Les six nouvelles contaminations portent à 1999 le nombre de cas confirmés de COVID-19 dans la Capitale-Nationale.
Les six nouvelles contaminations portent à 1999 le nombre de cas confirmés de COVID-19 dans la Capitale-Nationale.

Six nouveaux cas de COVID-19 dans la Capitale-Nationale

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
La Capitale-Nationale comptait mercredi six nouveaux cas confirmés de COVID-19, tous recensés dans la communauté. La Direction régionale de santé publique rappelle à la population l’importance de ne pas baisser la garde.

Selon le CIUSSS de la Capitale-Nationale, aucune des six nouvelles contaminations ne serait liée à l’éclosion du Costco Lebourgneuf, limitée jusqu’à maintenant à neuf employés. Les six nouveaux cas, tous isolés, témoigneraient d’un certain relâchement en-dehors des heures de travail, constate l’établissement.

«On le voit dans les enquêtes épidémiologiques, c’est souvent dans les moments de relaxation que les gens ont tendance à baisser la garde. Ça peut être pendant une pause à l’extérieur, pour le dîner, par exemple, lors d’une jasette dans le stationnement, pendant un 5 à 7 avec des amis… Dans les milieux fermés et sur les lieux de travail, les gens portent le masque et les mesures [d’hygiène et de distanciation] sont bien respectées, mais il ne faut pas qu’ils baissent la garde en-dehors de ces milieux, parce qu’il y a de la transmission qui se fait dans ces moments-là», insiste une porte-parole du CIUSSS, Annie Ouellet.  

Les six nouvelles contaminations portent à 1999 le nombre de cas confirmés de COVID-19 dans la Capitale-Nationale. De ces 1999 personnes infectées, 1741 sont rétablies, 195 sont décédées et sept sont hospitalisées (trois de plus que la veille), dont aucune aux soins intensifs. On compterait donc actuellement 63 cas (confirmés) actifs dans la région.

Auberge aux Trois Pignons

La situation demeure stable à l’Auberge aux Trois Pignons, avec 21 usagers et neuf employés infectés, et quatre décès. Le CIUSSS conservera la gestion des soins dans cette résidence privée pour aînés au moins jusqu’au début du mois de septembre, a indiqué Annie Ouellet, mercredi. 

Le CIUSSS avait pris le contrôle de l’établissement de Beauport à la fin du mois de juillet, après que Le Soleil eut fait état de témoignages troublants qui ont fait craindre pour la sécurité des résidents. À la suite de l’éclosion, la qualité des soins s’était dégradée, notamment en raison des absences et des démissions du personnel de la ressource privée. Des lacunes avaient notamment été observées sur le plan des soins physiques et ceux des services alimentaires et de la buanderie. 

Pour pouvoir conserver sa certification, la résidence a été sommée d’apporter d’importants correctifs, avec des délais à respecter. Le ministère de la Santé a de son côté ordonné une enquête indépendante sur la résidence, dont le rapport est attendu en septembre.

Par ailleurs, devant la récente baisse de l’achalandage constatée au centre de dépistage temporaire d’ExpoCité, le CIUSSS de la Capitale a annoncé mercredi que celui-ci fermera une heure plus tôt le soir, soit à 19h au lieu de 20h. De plus grande envergure, le centre de dépistage Fleur de Lys, lui, demeure ouvert de 7h à 20h. 

Pas de nouveau cas dans Chaudière-Appalaches 

Dans Chaudière-Appalaches, la situation reste stable. Le bilan de mercredi fait toujours état de 588 personnes infectées, dont 571 sont rétablies et huit sont décédées (aucune hospitalisation). Le nombre de cas (confirmés) actifs dans cette région s’élève donc maintenant à neuf.