Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le bloc opératoire de l’Hôpital de Papineau a été fermé pour «rapatrier des ressources» à l’Hôpital de Hull. À l’Hôpital de Gatineau, les activités chirurgicales ont été réduites.
Le bloc opératoire de l’Hôpital de Papineau a été fermé pour «rapatrier des ressources» à l’Hôpital de Hull. À l’Hôpital de Gatineau, les activités chirurgicales ont été réduites.

Situation «très grave» en Outaouais: déjà un millier de chirurgies annulées

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La situation est «très grave», «critique», «très fragile» «préoccupante». Peu importe le descriptif utilisé, les autorités de la santé en Outaouais ont bien fait comprendre, mercredi, que la région n’a pas encore repris le «contrôle» sur la transmission de la COVID-19. Et pendant ce temps, un millier de chirurgies ont dû être annulées au cours du dernier mois.

La directrice régionale de la santé publique, la Dre Brigitte Pinard, a souligné en point de presse virtuel qu’il est encore «trop tôt pour affirmer» que l’Outaouais a «repris le contrôle de la situation». Le taux de positivité des tests de dépistage demeure notamment élevé dans la région et tourne autour des 10 à 11% ces derniers jours.

La Dre Pinard a indiqué mercredi que la région compte actuellement 86 éclosions actives; 19 en milieu de travail, 23 en milieu de soins ou d’hébergement, 13 en milieu communautaire, 17 en milieu scolaire et 14 en service de garde.

À LIRE AUSSI : COVID-19: près de 100 nouveaux cas diagnostiqués en Outaouais

La directrice régionale de la santé publique a souligné que la transmission de la COVID-19 continue d'être forte chez les 50 ans et moins, qui représentent près des trois quarts des nouveaux cas en Outaouais actuellement. La forte présence du variant britannique fait aussi en sorte que le virus se propage très rapidement au sein des bulles familiales, a-t-elle ajouté.

«On voit qu'avec le variant actuellement en place, c'est un peu plus difficile de contrôler rapidement la situation. […] J'ai espoir qu'on continue à voir tranquillement une baisse, mais je crois que ça va prendre plus de temps à contrôler la situation, même avec les mesures en place, comparativement à ce qu'on a vécu et pu observer aussi au début de janvier.»

Délestage

La transmission demeure donc élevée, ce qui se répercute en milieu hospitalier. La hausse des hospitalisations causées par la COVID-19 entraîne un délestage qui se fait durement sentir sur les listes d’attente en chirurgie. Le bloc opératoire de l’Hôpital de Papineau a été fermé pour «rapatrier des ressources» à l’Hôpital de Hull. À l’Hôpital de Gatineau, les activités chirurgicales ont été réduites.

La présidente-directrice générale adjointe du CISSSO, France Dumont, a fait savoir que depuis le 21 mars, 1126 opérations ont dû être annulées. Et le rattrapage risque d’être «quand même difficile» pour le CISSSO, qui s’assure tout de même que les cas urgents et oncologiques puissent passer aux blocs opératoires.

Le CISSSO s’attend à ce que les prochaines semaines soient «aussi à des niveaux passablement élevés au niveau des hospitalisations [COVID]». «Alors la prudence demeure très importante et l’application des mesures […] doit perdurer chez toute la population», a insisté Mme Dumont.

Les chiffres présentés mercredi par la PDG adjointe du CISSSO montrent à quel point la troisième vague fait mal dans la région. «Depuis la troisième vague, donc depuis le 21 mars dernier, nous avons hospitalisé 141 personnes, ce qui représente 22% de l’ensemble de nos hospitalisations depuis le début de la pandémie», a-t-elle mentionné.