Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin a signalé 56 cas de COVID-19 chez ses élèves ou son personnel pendant la fin de semaine, un record.
Le Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin a signalé 56 cas de COVID-19 chez ses élèves ou son personnel pendant la fin de semaine, un record.

Situation toujours préoccupante en Beauce: beaucoup de cas dans les milieux scolaires

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Le Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin (CSSBE) a signalé 56 cas de COVID-19 chez ses élèves ou son personnel pendant la fin de semaine, un record. Même si les écoles sont fermées.

Le précédent record avait été établi la semaine dernière, 31 cas avaient été déclarés entre le 9 et 11 avril.  

«Nous notons également comme particularité que les cas sont répartis sur l’ensemble du territoire de la Beauce et des Etchemins. La situation nous préoccupe», soulève Joannie Demers, du département des communications au secrétariat du CSSBE.  

La Direction de la santé publique continue d’informer le centre de services scolaire des cas de la COVID-19 malgré la fermeture des écoles. 

«Nous avons l’obligation de les déclarer même si l’élève ne fréquente pas présentement l’école, car son isolement pourrait avoir un impact lors du retour en classe. Il s’agit également d’une obligation ministérielle afin d’informer les élèves et les parents», explique Mme Demers. 

La transmission du virus au sein des écoles est en partie liée aux services de garde d’urgence. Quatre groupes sont présentement touchés par un avis d’isolement préventif, parmi 80 groupes. Quelque 650 élèves fréquentent le service de garde d’urgence sur le territoire du CSSBE. 

«À ce jour, les services de garde d’urgence continuent d’être en opération et notre centre de services scolaire continue d’appliquer toutes les mesures sanitaires dictées par la Direction de santé publique dans ses établissements, y compris dans les services de garde d’urgence», note Mme Demers. 

Le CSSBE tient à préciser qu’il reçoit un «bel appui» de la santé publique depuis le début de la pandémie. «Nous remarquons une grande collaboration entre nos deux organisations en ce qui concerne le suivi de l’état de la situation épidémiologique sur le territoire desservi par le CSSBE», ajoute Mme Demers.  

Pour le moment, à la demande du gouvernement, tous les établissements scolaires sont fermés jusqu’au 25 avril inclusivement. 

Selon les dernières données de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), la sous-région de la Beauce possède toujours le plus haut taux de cas actifs par 100 000 habitants (675,7).  

En date de lundi, on note 496 cas actifs en Beauce et 62 dans la sous-région des Etchemins.   

La sous-région de Beauce est considérée comme l’épicentre de la pandémie, la troisième vague y frappe fort. Elle a été pointée du doigt par la santé publique il y a quelques jours. 

Le ministre Christian Dubé s’y est rendu jeudi passé pour inciter les Beaucerons à faire preuve de prudence.  

La vaccination des 55 ans et plus avec la dose d’AstraZeneca s’est avérée timide toute la fin de semaine, même chose lundi. Au centre de vaccination de Saint-Georges, 57 personnes étaient passées se faire piquer, lundi à 15h30.  

Pendant la fin de semaine, 275 personnes âgées de 55 ans et plus ont reçu la dose d’AstraZeneca, à Saint-Georges.