Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La propagation de la COVID-19 au retour des voyageurs qui ont fait fi des consignes sanitaires pour aller prendre un peu de soleil inquiète les autorités québécoises.  
La propagation de la COVID-19 au retour des voyageurs qui ont fait fi des consignes sanitaires pour aller prendre un peu de soleil inquiète les autorités québécoises.  

Situation «préoccupante» et images de voyageurs «choquantes», dit Christian Dubé

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
«Les images qu’on a vues des vacanciers dans le Sud sont choquantes pour tout le monde, surtout pour ceux qui suivent les règles et les travailleurs du réseau de la santé», déplore le ministre de la Santé Christian Dubé.

Le gouvernement Legault souhaite que les démarches entreprises par Ottawa s’accélèrent. La propagation de la COVID-19 au retour des voyageurs qui ont fait fi des consignes sanitaires pour aller prendre un peu de soleil inquiète les autorités québécoises.  

Lors de son dernier point de presse avant les Fêtes, le premier ministre François Legault n’excluait d’ailleurs pas la possibilité d’être «plus sévère» avec les vacanciers, mais attendait toujours des confirmations de la part du fédéral, les aéroports étant sous sa responsabilité.

«On veut éviter de reproduire ce qui s’est passé après la semaine de relâche au printemps», a d’entrée de jeu averti le ministre de la Santé Christian Dubé lors d’un point de presse tenu mardi en compagnie du directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda.

Pour ne pas «rejouer dans le même film», Québec a demandé au fédéral de mettre en place l’obligation de se faire tester avant de prendre un avion de retour au Québec. Du dépistage à l’aide de «tests rapides» doit aussi être déployé auprès de ceux qui auront voyagé à l’étranger dans les aéroports internationaux.

«Mais surtout, il faut une intensification du suivi du respect de la quarantaine, ce qui est une responsabilité du fédéral», a martelé le ministre Dubé.

Le gouvernement Trudeau planifiait la mise en application de ces mesures au début du mois de janvier.

«Ce n’est pas assez rapide d’attendre à la semaine prochaine», a pour sa part insisté le caquiste, devant une transmission communautaire «excessivement importante» et un nombre d’hospitalisations qui ne «cesse d’augmenter».

Le ministre de la Santé Christian Dubé, mardi

«On se rapproche du mur»

Le nombre de nouveaux cas confirmés se situe aux alentours de 2200 chaque jour depuis quelques semaines, avec une légère augmentation dans les derniers jours.

Résultat: la situation est «critique» dans certaines régions, notamment dans la grande région de Montréal.

«On se rapproche du mur en janvier, craint le ministre de la Santé Christian Dubé. Nos hôpitaux s’approchent dangereusement de leur capacité de soins».

Avec le délestage qui a été fait pour libérer environ 1100 chambres «COVID», les hôpitaux sont toujours en mesure de traiter des patients «non-COVID» à 58%, ce qui est une «bonne nouvelle», selon les autorités.

Toutefois, selon les projections, une augmentation «importante» de l’occupation des lits dans les prochaines semaines est à prévoir. Les capacités dédiées à la COVID pourraient aussi être dépassées, alors que la moitié des lits sont déjà occupés.

Pour autant, le gouvernement du Québec n’a pas ouvert la porte à l’implantation de mesures sanitaires supplémentaires pour freiner la propagation du virus dans la communauté. Il n’est donc pas prévu de prolonger le confinement au-delà du 11 janvier «pour le moment».

Seule une minorité de gens ne respectent pas les consignes en place, selon le ministre Dubé. Quelque 197 contraventions ont été remises dans l'ensemble du Québec par les corps de police lors de la première partie du temps des Fêtes, un nombre «relativement mineur dans les circonstances». 

Le Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique, mardi

La vaccination va comme prévu

Au total, 22 500 personnes avaient été vaccinées au Québec en date de mardi. Le plan de vaccination est respecté jusqu'à présent. Il reste un peu moins de 5000 doses à administrer, opération qui devrait être complétée dans les deux prochains jours.

L’autre moitié des quelque 57 000 vaccins reçus est conservée pour administrer la deuxième dose aux personnes déjà vaccinées (27 000 doses), selon une exigence du fabriquant Pfizer/BioNtech. Une exigence qui pourrait bien tomber «dans les prochaines semaines» à la suite d’une demande d’assouplissement de la part de Québec et de son respect des échéanciers de vaccination, prévoit la Santé publique.

Quant aux doses du vaccin Moderna, elles devraient arriver au Québec «sous peu».