Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Scénarios de la quarantaine au Canada, volontaire ou pas [VIDÉO]

Adina Bresge
La Presse Canadienne
Catherine Lévesque
La Presse canadienne
Article réservé aux abonnés
TORONTO - Alors que les variants du SRAS-CoV-2 font de plus en plus leur apparition chez nous, les autorités de santé publique demandent - et même ordonnent, de plus en plus - à certains citoyens de se mettre en quarantaine à l’extérieur de leur foyer.

Voici quelques exemples de la façon dont les hôtels et autres sites de quarantaine sont utilisés pour empêcher le coronavirus de se propager dans la communauté.

Voyageurs en attente des résultats du test

Alors que le gouvernement fédéral applique de nouvelles restrictions pour empêcher les mutations contagieuses du coronavirus de traverser la frontière, davantage de voyageurs devraient être placés dans des hôtels et d’autres sites pour effectuer au moins une partie de leur quarantaine obligatoire de 14 jours.

En vertu des nouvelles règles fédérales, qui devraient entrer en vigueur prochainement, les voyageurs de retour au pays devront passer un test à l’aéroport, à leurs frais. Ils devront ensuite passer les trois premiers jours de leur quarantaine dans un hôtel surveillé, en attendant leurs résultats, et acquitter les frais de ce séjour sanitaire, qui pourraient atteindre 2000 $.

Les voyageurs dont les résultats seront négatifs pourront faire le reste de leur quarantaine à la maison, mais ceux dont les tests sont positifs seront transférés dans des établissements désignés par le gouvernement.

Ces établissements désignés

Depuis que l’épidémie s’est installée au Canada, Ottawa a hébergé des voyageurs dans des hôtels et autres sites d’hébergement comme «solution de dernier recours», pour ceux qui n’avaient pas d’endroit convenable pour s’isoler, a déclaré une porte-parole de l’Agence de la santé publique du Canada.

Tammy Jarbeau a indiqué dans un courriel que l’agence exploite actuellement 11 installations de quarantaine désignées dans neuf villes du Canada, en plus de deux autres sites gérés par une province. En date du 24 janvier, ces sites avaient hébergé 5030 voyageurs, a déclaré Mme Jarbeau, qui n’a pu préciser le coût de ce programme.

Depuis jeudi dernier, tous les vols internationaux de passagers doivent atterrir dans l’un des quatre aéroports désignés par Ottawa: Montréal, Toronto, Calgary ou Vancouver. Mme Jarbeau indique que le gouvernement pourra désigner, ou annuler, des sites de quarantaine au besoin, mais elle a refusé de divulguer leur emplacement pour «protéger la vie privée et la sécurité des voyageurs».

Sites d’isolement pour les voyageurs du Nord

Deux des trois territoires nordiques exigent depuis longtemps que les voyageurs respectent une quarantaine avant d’entrer.

Ainsi, pour rentrer au Nunavut, les résidants doivent d’abord passer deux semaines dans des sites d’isolement à Ottawa, Winnipeg, Edmonton ou Yellowknife. Le gouvernement du territoire couvre les frais d’hébergement, mais les voyageurs sont responsables de tous les frais de vol supplémentaires.

Les voyageurs qui se dirigent vers les Territoires du Nord-Ouest doivent aussi s’isoler dans l’une des quatre collectivités désignées: Yellowknife, Inuvik, Hay River ou Fort Smith. Ceux qui n’ont pas d’endroit pour faire leur quarantaine sont envoyés dans des centres d’isolement. Le mois dernier, le territoire a annoncé qu’il ne paierait plus pour héberger des résidents qui voyagent pour des raisons de loisirs. Les non-résidents doivent encore couvrir leur propre logement.

Sites d’isolement volontaire

Un nombre croissant de gouvernements mettent en place des sites d’»isolement volontaire» pour permettre aux malades de guérir sans mettre en danger les autres membres de leur foyer.

Les responsables de la santé publique affirment que de nombreux Canadiens ne peuvent pas s’isoler adéquatement dans des logements surpeuplés, ce qui contribue à la propagation disproportionnée des infections dans les quartiers à faible revenu.

Des centres d’isolement volontaire offrent à ces citoyens un endroit sûr et gratuit, avec certains services comme les repas, la sécurité, le transport, le soutien du revenu et des liens avec le réseau de la santé.

Le gouvernement fédéral a ainsi consacré environ 29 millions $ pour soutenir des sites d’isolement exploités par les municipalités à Toronto, Ottawa et dans les régions de Peel et de Waterloo. Le gouvernement de l’Ontario dépense également 42 millions $ pour créer et agrandir des centres - il prévoit ajouter jusqu’à 1525 lits dans les semaines à venir.

Incitatifs pour s’isoler

En Alberta, les personnes infectées qui ont besoin de s’isoler peuvent non seulement séjourner gratuitement à l’hôtel, mais elles peuvent également être admissibles à une prestation d’urgence de 625 $, au moment du départ, si elles ont respecté la quarantaine.

Un centre de dépistage de COVID-19 de l’aéroport de Toronto  

L'AGENCE DE LA SANTÉ PUBLIQUE DÉVOILE SES CRITÈRES POUR LES HÔTELS

L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a dévoilé ses critères pour les hôtels qui souhaitent accueillir des voyageurs pendant trois jours en attendant les résultats de leurs tests de dépistage.

Les hôtels intéressés ont jusqu’au 10 février, à 23h59, heure du Pacifique, pour soumettre leur demande.

Les hôtels choisis par l’ASPC devront être situés à moins de 10 kilomètres d’un des quatre aéroports internationaux qui sont autorisés à recevoir les voyageurs - à Montréal, Toronto, Calgary et Vancouver.

Ils devront assurer un transport de l’aéroport à l’hôtel ou offrir des espaces de stationnement pour les voyageurs arrivant à bord d’un véhicule privé.

Une fois arrivés à l’hôtel, les voyageurs auront droit à des repas conformes au Guide alimentaire canadien livrés sans contact, une télévision et une radio «fonctionnelles» ainsi qu’un accès gratuit à un réseau Wi-Fi.

Ils auront le droit d’aller à l’extérieur, mais seulement pour des «périodes essentielles et brèves» comme une pause-cigarette, par exemple.

Les hôtels désignés devront également séparer les clients réguliers des voyageurs. Les procédures de nettoyage seront accrues dans les chambres et les lieux publics.

La date d’entrée en vigueur de la quarantaine à l’hôtel pendant trois jours est encore inconnue.