Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les faux masques ne sont pas testés pour voir s’ils répondent aux normes strictes N95 et pourraient mettre en danger les travailleurs médicaux de première ligne s’ils sont utilisés lors du traitement de patients atteints de la COVID-19.
Les faux masques ne sont pas testés pour voir s’ils répondent aux normes strictes N95 et pourraient mettre en danger les travailleurs médicaux de première ligne s’ils sont utilisés lors du traitement de patients atteints de la COVID-19.

Saisie de 10 millions de faux masques N95 destinés à des hôpitaux

Colleen Long
Associated Press
Article réservé aux abonnés
WASHINGTON — Les responsables américains ont saisi quelque dix millions de faux masques N95 de marque 3M ces dernières semaines, dans le cadre d’une enquête en cours sur des contrefaçons vendues dans au moins cinq États à des hôpitaux, des établissements médicaux et des agences gouvernementales.

Les saisies les plus récentes ont eu lieu mercredi, lorsque des agents de la Sécurité intérieure ont intercepté des centaines de milliers de masques 3M contrefaits dans un entrepôt de la côte est qui devaient être distribués, ont annoncé des responsables.

Acheminés vers des hôpitaux

Les enquêteurs ont également contacté environ 6000 victimes potentielles dans au moins 12 États, dont des hôpitaux et des établissements médicaux, qui pourraient avoir acheté des contrefaçons sans le savoir, les exhortant à cesser d’utiliser les masques dans des circonstances exigeant une qualité médicale. Les responsables ont encouragé le personnel médical et les entreprises à consulter le site web de 3M pour obtenir des conseils sur la façon de détecter les faux.

Les faux masques ne sont pas testés pour voir s’ils répondent aux normes strictes N95 et pourraient mettre en danger les travailleurs médicaux de première ligne s’ils sont utilisés lors du traitement de patients atteints de la COVID-19.

Près d’un an après le début de la pandémie, la fraude reste un problème majeur, car les escrocs cherchent à exploiter les hôpitaux et les Américains en temps de crise. Les enquêteurs fédéraux disent avoir constaté une augmentation du nombre de sites web bidons prétendant vendre des vaccins ainsi que de faux médicaments produits à l’étranger et comportant des escroqueries impliquant des équipements de protection individuelle. Les produits bidons sont livrés aux acheteurs, contrairement à ce qui prévalait au début de la pandémie, lorsque les fraudeurs se concentraient davantage sur le vol de clients.

L’entreprise 3M, établie à Maplewood, dans le Minnesota, est l’un des plus grands producteurs mondiaux du masque N95, qui a été approuvé par l’Institut national américain pour la sécurité et la santé au travail. Il est considéré comme l’étalon-or en matière de protection contre le coronavirus. La société a livré quelque deux milliards de masques N95 en 2020 alors que la pandémie s’intensifiait, mais au cours des premiers mois de 2021, les masques se faisaient plus rares, et les fraudeurs en ont profité.

Nombreuses escroqueries

Jusqu’à présent, pendant la pandémie, les enquêtes de la sécurité intérieure ont mobilisé 7000 agents, ainsi que des responsables de la frontière, de l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) et de la police fédérale (FBI) qui ont enquêté sur les escroqueries, saisissant 33 millions US de faux produits et arrêtant plus de 200 personnes.

L’initiative part du Centre national de coordination des droits de propriété intellectuelle, un organisme de surveillance gouvernemental visant à faire appliquer les lois commerciales internationales et à lutter contre le vol de propriété intellectuelle.

Au cours des deux dernières semaines, des agents fédéraux ont exécuté des mandats de perquisition et saisi des masques dans cinq États différents, et d’autres mesures sont attendues. Mais les faux masques ont déjà atteint les travailleurs de première ligne dans certains cas.

L’entreprise 3M fait face à de plus en plus de cas de fraude. Au cours de l’année écoulée, il y a eu plus de 1250 perquisitions de la part des forces de l’ordre qui ont abouti à la saisie de millions de faux masques. La société a intenté plus d’une douzaine de poursuites pour fraude, contrefaçon et prix excessifs.