Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Cette relance «progressive et sécuritaire» était saluée par plusieurs grandes chaînes du milieu. Les terrasses leur permettraient de souffler un peu, répétait notamment l’Association des restaurateurs du Québec.  
Cette relance «progressive et sécuritaire» était saluée par plusieurs grandes chaînes du milieu. Les terrasses leur permettraient de souffler un peu, répétait notamment l’Association des restaurateurs du Québec.  

Réouverture des terrasses le 28 mai dans l'ensemble du Québec

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Les restaurateurs peuvent encercler la date du 28 mai à leur calendrier. Le gouvernement prévoit vraisemblablement annoncer l’ouverture des terrasses mardi, dans son – très attendu – plan de déconfinement.

Les informations ont d’abord été rapportées par Radio-Canada, en fin de journée lundi. Même en zone rouge, les restaurants pourraient finalement relancer leurs opérations, d’ici la fin du mois. 

Avec l’arrivée de plus chaudes températures, les restaurants réclament au minimum l’ouverture des terrasses depuis plusieurs jours maintenant.  

Cette relance «progressive et sécuritaire» était saluée par plusieurs grandes chaînes du milieu. Les terrasses leur permettraient de souffler un peu, répétait notamment l’Association des restaurateurs du Québec.  

Les restos-bars pas si emballés 

Difficile de faire plaisir à tout le monde. Les propriétaires de restos-bars s’inquiètent d’une décision «discriminatoire».

La consigne qui devrait être annoncée mardi permettrait le service aux tables seulement à l’extérieur. 

«Il est complètement illogique et insensé d’envisager un tel scénario», grognent la Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec ainsi que l’Union des Tenanciers de bars du Québec. 

Les deux présidents, Renaud Poulin et Peter Sergakis estiment que cette décision serait «discriminatoire» envers tous les tenanciers et restaurateurs qui n’ont pas le luxe d’avoir des places à l’extérieur.  

Il serait aussi hasardeux de s’aventurer dans une telle organisation : la météo empêcherait les propriétaires de servir leurs clients de façon continue, expliquent les deux hommes dans une lettre envoyée au premier ministre lundi. Les restaurants devront oublier les journées de pluie, de forts vents ou de froid.  

Si la pluie venait à s’inviter au dîner, les clients ne pourraient pas trouver refuge à l’intérieur des salles de restaurants ou de bars, expliquent aussi MM. Poulin et Sergakis. 

Les deux hommes s’inquiètent du «vrai casse-tête de gestion» que l’ouverture des terrasses seule pourrait procurer, dans la mesure où celle-ci serait entièrement dépendante des prévisions météo.

Considérant la couverture vaccinale avancée dans la province, MM. Poulin et Sergakis croient qu’une ouverture complète de l’industrie devrait être envisagée, pour que tous en soient gagnants.   

À ce stade, «une réouverture sélective et discriminatoire n’est absolument pas appropriée», écrivent les deux présidents dans leur lettre envoyée à l’intention du premier ministre.