Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
En zone rouge, pour les élèves du primaire, le port du couvre-visage est maintenant obligatoire lors des déplacements, dans les espaces communs intérieurs ainsi que dans le transport scolaire. S’ajoute, au troisième cycle (5e et 6e année), le port du couvre-visage en classe.
En zone rouge, pour les élèves du primaire, le port du couvre-visage est maintenant obligatoire lors des déplacements, dans les espaces communs intérieurs ainsi que dans le transport scolaire. S’ajoute, au troisième cycle (5e et 6e année), le port du couvre-visage en classe.

Rentrée scolaire d’hiver 2021: ce qu’on sait et ne sait pas

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Les élèves du primaire sont revenus en classe lundi, ceux du secondaire seront de retour le 18 janvier. Quelles sont les modalités précises de cette rentrée scolaire d’hiver 2021? Le ministère de l’Éducation a transmis aux établissements un nouveau plan sanitaire, dont nous présentons ici les grandes lignes. Des questions restent toutefois encore sans réponses.

Qualité de l’air 

- Dans le but de s’assurer de la conformité des taux de CO2 (qui servent d’indices pour savoir à quel point une classe est bien ventilée), le réseau scolaire doit effectuer des tests systématiques dans l’ensemble des établissements. 

- Le problème, c’est que les modalités entourant ces tests de qualité de l’air ne sont pas encore connues. Dans le document qu’il a transmis aux établissements le 8 janvier, le ministère de l’Éducation précise qu’une communication sera envoyée «prochainement» au réseau scolaire «pour préciser les modalités de cette opération».

Déjà, le Centre de services scolaire (CSS) des Premières Seigneuries a indiqué au Journal de Québec que six à huit semaines pourraient s’écouler avant que les tests de qualité de l’air puissent être réalisés dans toutes les classes. Au CSS de la Capitale, on attend les précisions du ministère de l’Éducation avant de s’avancer «sur l’échéancier et les modalités». Idem au CSS des Découvreurs.

- En décembre, des tests de qualité de l’air ont été effectués avec des détecteurs de CO2 dans des classes de 330 écoles, ce qui représente environ 10 % des établissements de la province. En conférence de presse, vendredi, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge a déclaré que la qualité de l’air s’était avérée satisfaisante dans la majorité des classes testées (1320 classes testées au total). 

- Le problème, c’est que la méthodologie utilisée lors de ces tests est remise en question par plusieurs experts, notamment parce que les données présentées sont des moyennes de la concentration de COmesurée à trois moments, dont l’un avant l’arrivée des élèves. Les moyennes sont donc minorées par la prise de données dans des classes… vides. 

- Les purificateurs d’air en classe ne sont pas recommandés, mais pas interdits.

- Le rapport sur la ventilation et la transmission de la COVID-19 produit par le comité d’experts mandaté par le gouvernement recommande d’aérer régulièrement les pièces occupées en ouvrant les fenêtres deux fois par jour, de 10 à 15 minutes, et d’ouvrir les portes et les fenêtres 30 minutes avant et après les classes.

- Les CSS avaient déjà mis en place des mesures pour assurer la qualité de l’air dans ses établissements et limiter la transmission de la COVID-19. Le rapport du comité d’experts n’a ainsi rien changé pour les CSS de la Capitale et des Découvreurs, qui appliquent les mêmes mesures de ventilation qu’à l’automne.

- Le CSS de la Capitale suggère aux élèves «d’apporter et de porter au besoin un survêtement pour plus de confort».

Port du masque de procédure au secondaire

En zone rouge, dès le 18 janvier, le masque de procédure devient obligatoire en tout temps pour tous les élèves du secondaire : en classe, lors des déplacements, dans les espaces communs, sur les terrains de l’école ainsi que dans le transport scolaire. 

- L’élève doit porter le masque de procédure dès son arrivée sur le terrain de l’école. Oui, le couvre-visage est interdit. 

- Les masques de procédure seront fournis par les établissements à tous les élèves, à raison de deux par jour. 

À LIRE AUSSI: Le masque de procédure dans les écoles aurait dû être privilégié dès le début, selon l’INSPQ

- L’élève peut porter son propre masque de procédure, mais s’il n’est pas possible de valider avec certitude que ce masque est certifié, «il est préférable que l’élève porte celui qui lui fournira son établissement scolaire», précise le ministère de l’Éducation.

- Le document du ministère ne précise pas comment exactement ces masques seront distribués.

- Au CSS de la Capitale, on indique que chaque direction d’école est responsable de la distribution des masques aux élèves, «selon les réalités des clientèles». Pour éviter la manipulation des masques par plusieurs intervenants, chaque élève recevra une boîte à son nom avec une réserve de 50 masques.  

Selon le ministère de l’Éducation, la livraison des masques de procédure aux établissements se fait cette semaine. Près de 19 millions de masque de procédure seront remis mensuellement. 

- Les masques de procédure fournis par le ministère aux établissements sont de grandeur standard. Dans son document, le ministère précise que «si le masque de procédure fourni à l’élève est trop grand pour lui, il est possible de l’ajuster en réduisant la longueur des élastiques (en effectuant un tour de plus autour de l’oreille ou à l’aide de nœuds) pour que le masque de procédure couvre bien son nez et sa bouche».

Le CSS des Découvreurs pourrait commander et fournir des masques «de petite taille» aux directions d’école, au besoin. 

Selon le ministère de l’Éducation, le masque de procédure peut être réutilisé s’il est «visuellement propre». 

- Le ministère recommande d’entreposer «adéquatement» ledit masque dans un sac propre «en respectant l’hygiène des mains et la manipulation par les ficelles (et en le remplaçant dès qu’il est souillé et humide)». «Il est recommandé de prévoir deux sacs distincts pour chaque masque afin d’assurer un entreposage adéquat», ajoute le ministère.

Il est recommandé aux écoles de constituer une réserve de masques pour permettre d’en fournir plus de deux par élève au besoin (masque souillé ou échappé par terre, par exemple).

Le document remis aux établissements est silencieux quant à la façon de disposer ou de récupérer les masques souillés, et le ministère de l’Éducation n’avait pas répondu à nos questions à ce sujet (entre autres) au moment d’écrire ces lignes. 

Port du couvre-visage au primaire

On distribue des masques aux élèves qui n'en ont pas.

- En zone rouge, pour les élèves du primaire, le port du couvre-visage est maintenant obligatoire lors des déplacements, dans les espaces communs intérieurs ainsi que dans le transport scolaire. S’ajoute, au troisième cycle (5e et 6année), le port du couvre-visage en classe.

- La distanciation de 2 mètres entre les élèves doit être appliquée lorsqu’ils retirent leur couvre-visage, notamment lors de la prise des repas ou lorsque la pratique d’activités le requiert (musique, théâtre, sport), précise le ministère dans son document destiné aux établissements.

Services de garde scolaire

- Pour les élèves du 3e cycle, qui sont déjà visés par le port du couvre-visage en tout temps à l’intérieur, l’obligation de le porter est maintenue lorsqu’ils fréquentent les services de garde. 

- Les élèves des 1er et 2e cycles doivent le porter dans les déplacements et lorsqu’ils sont en présence, à moins de 2 mètres, d’élèves appartenant à d’autres groupes-classes stables que le leur. 

- En zone rouge, les services de garde scolaire doivent respecter le principe du groupe-classe stable. 

- Le ministère recommande de limiter «au maximum» la formation de «groupes stables service de garde» composés d’élèves de groupes-classes stables différents, et de privilégier, dans la mesure du possible, le maintien d’une distance de 2 mètres entre les élèves lorsque c’est le cas. «Ainsi, l’installation de barrières physiques permettant de limiter la proximité d’élèves de groupes différents est encouragée. Toutefois, si cette mesure devait faire en sorte d’isoler des élèves, ces derniers pourraient être regroupés au sein de «groupes stables service de garde», précise le ministère. Lorsque ces mesures ne peuvent être respectées, le port du couvre-visage pour les élèves des 1er et 2e cycle devra être privilégié. 

Les élèves du préscolaire ne sont pas visés par l’obligation du port du couvre-visage.  

- Comme le port du couvre-visage pour tous les enfants du primaire (incluant les 5e et 6années) n’est pas exigé lorsqu’ils sont à l’extérieur, les services de garde pourraient privilégier les activités extérieures.

Repas

- En zone rouge, le repas est pris en classe «si possible», recommande le ministère de l’Éducation. Si les repas sont pris dans la cafétéria, le groupe-classe doit être respecté et une distanciation physique de deux mètres entre les groupes-classes stables différents doit être maintenue. Les élèves ne retirent leur masque ou leur couvre-visage qu’une fois assis et prêts à manger. Aucune directive particulière concernant la ventilation des cafétérias ne figure dans le document du ministère.

Dépistage et tests rapides

- Dès l’apparition de symptômes d’allure grippale, l’enfant est invité à se faire dépister. Il n’est plus nécessaire d’attendre 24 heures.

- Le gouvernement n’envisage pas de déployer des tests rapides dans les écoles, estimant qu’ils ne sont pas aussi fiables que les tests PCR.

Fermeture des écoles

- Outre la situation épidémiologique, le contrôle de la transmission et la capacité du système de soins, on ne connaît pas les critères précis sur lesquels se basent le gouvernement et la Santé publique pour décider de fermer ou de rouvrir les écoles. Au ministère de la Santé, on nous dit seulement que «les autorités analysent quotidiennement la situation, observent ce qui est fait ailleurs dans le monde et les résultats qui y sont associés, et voient quels principes pourraient être bénéfiques pour la situation vécue au Québec si jamais la situation progresse plus rapidement».