Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Depuis la fin de l'après-midi, jeudi, tous les adultes québécois sont invités à fréquenter le site web Clic Santé ou à prendre rendez-vous par téléphone pour pouvoir profiter de la protection vaccinale contre le coronavirus.
Depuis la fin de l'après-midi, jeudi, tous les adultes québécois sont invités à fréquenter le site web Clic Santé ou à prendre rendez-vous par téléphone pour pouvoir profiter de la protection vaccinale contre le coronavirus.

Record de vaccination jeudi au Québec selon le ministre Dubé

Jean-Philippe Denoncourt
La Presse canadienne
Article réservé aux abonnés
En administrant jeudi quelque 110 000 doses de vaccins contre la COVID-19, le Québec a établi un nouveau record d'injections en une journée, selon ce que rapporte vendredi le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

Le ministre a aussi confirmé que depuis jeudi, les personnes peuvent recevoir leur preuve vaccinale de façon électronique et que déjà, 84 000 personnes ont téléchargé leur code QR qui constitue leur preuve vaccinale. Il a toutefois souligné qu'il ne s'agissait pas d'un passeport vaccinal, mais d'une preuve qui remplace le document imprimé remis lors de l'inoculation.

Il a aussi assuré que la Santé publique poursuivait ses travaux sur l'utilisation potentielle de la preuve électronique.

Le ministre Dubé fait aussi part de sa satisfaction d'avoir constaté que dans la catégorie des personnes âgées de 25 à 29 ans, qui ne peuvent prendre rendez-vous pour une injection que depuis mardi soir dernier, 50 % ont déjà reçu un vaccin ou ont pris un rendez-vous pour le recevoir.

Depuis la fin de l'après-midi, jeudi, tous les adultes québécois sont invités à fréquenter le site web Clic Santé ou à prendre rendez-vous par téléphone pour pouvoir profiter de la protection vaccinale contre le coronavirus.

Mardi dernier, le premier ministre François Legault a lancé un appel aux jeunes, les incitant fortement à aller se faire vacciner. Sur un ton très optimiste, il a affirmé que le Québec était en train de vaincre la troisième vague de COVID-19.

Le même jour, l'Institut national de santé publique (INSPQ) démontrait justement que ce sont les jeunes que les autorités de la santé publique devaient maintenant convaincre.

Des données recueillies entre les 16 et 28 avril indiquaient que parmi les répondants âgés de 25 à 34 ans, 15 % n'avaient pas l'intention de recevoir l'injection. Cette proportion était de 14 % chez les 18 à 24 ans et de 11 % chez les personnes âgées de 35 à 44 ans.

Parmi les récalcitrants à la vaccination, 24 % ont expliqué ne pas avoir confiance à la vaccination en général; 18 % ont dit redouter des effets secondaires possibles et 14 % n'ont pas vu l'utilité de l'inoculation, estimant que les risques pour leur santé étaient faibles même s'ils n'étaient pas vaccinés.

Dans des proportions égales de 10 %, les réfractaires ont dit avoir des craintes sur l'efficacité du vaccin et des craintes sur la nouveauté des vaccins.

C'est également dans ces trois catégories d'âge que figurait la plus grande proportion de personnes qui ignoraient encore si elles allaient se faire vacciner.