Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Québec met fin aux premières doses du vaccin d'AstraZeneca [VIDÉO]

La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Québec annonce que le vaccin d'AstraZeneca ne sera plus offert comme première dose dans la province.

Cette décision s'appuie sur les recommandations du Comité d'immunisation du Québec, précise le ministère de la Santé dans un communiqué.

On précise que la presque totalité des doses disponibles au Québec a été écoulée au cours des dernières semaines. Les 45 ans et plus avaient pu se faire vacciner avec le produit d'AstraZeneca à la fin avril, avant l'ouverture de la vaccination pour ce groupe d'âge.

Les personnes de moins de 45 ans n'avaient pas accès à ce vaccin.

Une livraison de 148 000 doses supplémentaires du vaccin d'AstraZeneca est prévue au cours de la semaine prochaine. Ces doses seront réservées afin de les offrir en deuxième dose aux personnes ayant reçu le CoviShield ou le AstraZeneca en première dose.

Québec annonce que le vaccin d'AstraZeneca ne sera plus offert comme première dose dans la province.

Le ministère recommande d'ailleurs aux personnes de 45 ans et plus qui auraient reçu le vaccin d'AstraZeneca comme première dose de recevoir le même pour la seconde dose.

On note qu'il sera tout de même possible pour les personnes ayant reçu ce vaccin en première dose de se tourner vers le vaccin à ARNm de Pfizer ou de Moderna comme deuxième dose.

«Toutefois, selon les données récemment publiées sur ce type de stratégie de vaccination, soulignons que les personnes qui recevront deux vaccins différents ressentiront probablement des effets secondaires plus importants dans les jours suivant la seconde dose, tels que de la fièvre, des maux de tête et de la fatigue», précise le ministère de la Santé.

Les cas de thrombose sont considérés comme une complication possible du vaccin d'AstraZeneca, mais ils demeurent très rares, à environ un cas sur 100 000 vaccins administrés lors de la première dose. Lors de l'administration de la seconde dose, ce taux est encore plus bas, soit un cas sur 1 000 0000, indique-t-on.

Une femme au Québec est décédée d'une thrombose après avoir reçu une dose du vaccin d'AstraZeneca, en avril dernier.

Québec note que les rendez-vous pour une première dose d'AstraZeneca qui étaient prévus jeudi seront annulés et que les modalités pour ceux qui souhaitent un vaccin à ARNm comme seconde dose seront communiquées ultérieurement.

+

L’AstraZeneca aurait provoqué jusqu’ici au moins 18 cas de thrombose au Canada

L’Agence de la santé publique du Canada a confirmé jusqu’ici 18 cas de thrombose induite par le vaccin Oxford-AstraZeneca et 10 autres cas qui font toujours l’objet d’une enquête.

Plus de deux millions de Canadiens ont reçu ce vaccin jusqu’à présent. La directrice de la santé publique du Canada, la docteure Theresa Tam, affirme que l’Agence de la santé publique a estimé le taux actuel de thrombose induite par ce vaccin à un cas sur 83 000 doses administrées. Par contre, ce taux pourrait atteindre jusqu’à un cas sur 55 000, selon les résultats des enquêtes en cours.

La grande majorité des Canadiens ont reçu l’AstraZeneca avant le 1er mai, mais le syndrome peut apparaître de quatre à 28 jours après la vaccination. De nombreuses personnes sont donc encore dans la «fenêtre à risque» et d’autres cas pourraient être découverts.

La plupart des provinces n’utilisent plus l’AstraZeneca en premières doses pour le moment: d’une part à cause des limites d’approvisionnement, d’autre part à cause des préoccupations concernant le risque de caillots sanguins.

L’administrateur adjoint de la santé publique du Canada, Howard Njoo, a rappelé jeudi que tout le monde devrait attendre 12 semaines avant d’obtenir la deuxième dose, et que ceux qui ont reçu l’AstraZeneca en première dose devraient recevoir ce même produit en deuxième dose.

Une étude est toujours en cours au Royaume-Uni sur la «vaccination hybride» - l’administration d’une deuxième dose différente de la première.

Le major-général Dany Fortin dit que lui et son équipe travaillent sur des conseils pour le Cabinet fédéral afin de déterminer si le Canada devrait continuer à recevoir des doses supplémentaires du vaccin Oxford-AstraZeneca.

Le commandant militaire responsable du déploiement des vaccins au Canada n’a pas voulu dire quels seraient ces conseils.

M. Fortin a affirmé qu’il est encore temps d’utiliser certaines des doses qui expireront ensuite, mais qu’il y a aussi la possibilité pour les provinces qui ont des doses qui pourraient se périmer, de demander de l’aide pour redéployer ces doses vers d’autres provinces qui peuvent et veulent les utiliser.

Il a indiqué que les doses du programme international COVAX arrivées jeudi n’expirent qu’à la fin du mois d’août.

M. Fortin a affirmé que les doses seront conservées à l’installation d’Innomar Strategies près de Toronto en attendant des commandes spécifiques de la part de gouvernements provinciaux.

Jusqu’à présent, les cargaisons de vaccins ont été réemballées et expédiées aux provinces au prorata de la population, mais M. Fortin a souligné que les provinces sont en train de déterminer comment elles ont l’intention d’utiliser l’AstraZeneca à l’avenir. /La Presse Canadienne