À la clinique désignée COVID-19 de Québec, 107 visiteurs étaient attendus jeudi pour y subir un test de dépistage. La clinique en était à sa deuxième journée d’ouverture.
À la clinique désignée COVID-19 de Québec, 107 visiteurs étaient attendus jeudi pour y subir un test de dépistage. La clinique en était à sa deuxième journée d’ouverture.

Premier cas de COVID-19 dans la région de Québec

La tension a monté d’un cran dans la grande région de Québec, jeudi, alors qu’un premier cas confirmé de coronavirus a été signalé à Lévis. À Québec, aucun cas n’a encore été détecté à la clinique désignée COVID-19, où des tests de dépistage ont été effectués sur plus de 160 patients depuis mercredi. Une entreprise du Parc technologique a par ailleurs décidé de fermer temporairement ses bureaux après avoir été informée qu’un colocataire voisin avec qui elle partage des espaces communs aurait pu être exposé à la maladie.

Bien que cette personne n’ait montré aucun signe de maladie à ce jour, Englobe a décidé d’adopter rapidement des mesures de précaution, explique dans un courriel le service des communications de l’entreprise spécialisée dans le domaine de l’ingénierie des sols, des matériaux et de l’environnement.

Outre la fermeture temporaire et la désinfection de ses bureaux du boulevard du Parc Technologique, Englobe a suspendu les déplacements d’affaires de tous ses employés ainsi que toute participation à des événements (salons, conférences, etc.).

«De plus, Englobe a fortement recommandé à tous ses employés d’organiser des réunions en utilisant la vidéoconférence et de limiter à l’essentiel les présences aux sites d’usines, laboratoires ou bureaux», ajoute l’entreprise, qui réexaminera la situation au fur et à mesure, «tout en respectant les directives des gouvernements fédéral et provincial». 

Plus tôt en après-midi, la Direction de santé publique de Chaudière-­Appalaches a confirmé un premier cas de COVID-19 sur son territoire. Selon nos informations, la personne malade est une résidente de Lévis. Elle a contracté la maladie à la suite d’un voyage en croisière dans les Caraïbes. 

Selon le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches, «la personne a contacté le 8-1-1 et a été dirigée vers une urgence où elle a été prise en charge avec les mesures d’isolement requises et selon les protocoles en vigueur afin d’assurer la sécurité du personnel soignant». 

«Son état général est bon et ne nécessite pas d’hospitalisation. Elle a été placée en isolement à la maison pour une période de 14 jours», précise le CISSS dans un communiqué.

Selon l’établissement, depuis son retour de voyage, la personne n’aurait été en contact qu’avec un nombre restreint d’individus. «Ceux-ci ont été identifiés et sont actuellement contactés par notre Direction de santé publique», précise-t-on. «Pour l’instant, il s’agit d’un cas isolé», ajoute l’établissement, tout en rappelant à la population l’importance de respecter les règles d’hygiène de base. 

Plus de 100 visiteurs à la clinique COVID-19

À la clinique désignée COVID-19 de Québec, 107 visiteurs étaient attendus jeudi pour y subir un test de dépistage. La clinique adjacente à l’Institut universitaire de santé mentale de Québec (IUSMQ) en était à sa deuxième journée d’ouverture. La veille, une soixantaine de patients s’y sont présentés.

Pour répondre à cette demande grandissante, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale a doublé ses effectifs, faisant passer de trois à six le nombre d’infirmières chargées de recevoir les personnes malades référées par le service Info-Santé 8-1-1. 

La clinique est ouverte 12 heures par jour, soit quatre de plus que ce qui était prévu au départ. Et il en sera ainsi tant que la demande le nécessitera, indique une porte-parole du CIUSSS, Annie Ouellet. Le centre de dépistage pourrait aussi accueillir des patients la fin de semaine au besoin, précise-t-elle.

Pour réduire le temps d’attente à Info-Santé, le gouvernement Legault a annoncé jeudi matin l’ajout de 20 nouveaux postes à cette ligne téléphonique. Au cours des derniers jours, plusieurs se sont plaints d’avoir attendu longtemps avant d’avoir la ligne, seule façon d’obtenir un rendez-vous dans une des cliniques désignées COVID-19 au Québec.

La Fédération des médecins spécialistes du Québec a annoncé jeudi sur Twitter que ses membres de retour de voyage et mis en quarantaine pourront donner un coup de main aux équipes du 8-1-1. 

Les résultats des prélèvements qui sont effectués dans une clinique désignée COVID-19 (il y en a une d’ouverte à Montréal depuis lundi et une autre qui ouvrira ses portes à Longueuil le 16 mars) sont disponibles au bout de 24 à 36 heures. Jusqu’ici, aucun cas confirmé de coronavirus n’a été signalé dans la région de la Capitale-Nationale. 

Au Québec, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) faisait état jeudi en fin de journée de 17 cas confirmés, dont deux hospitalisés, de 266 personnes sous investigation et de 798 analyses négatives.

Les hôpitaux prêts

Au CHU de Québec, qui regroupe cinq hôpitaux dans la capitale, on assure avoir les ressources humaines et matérielles suffisantes pour faire face à la pandémie. «Il pourrait être possible qu’on délaisse certaines activités moins urgentes, comme des suivis en consultation externe ou des chirurgies non urgentes, pour pouvoir hospitaliser plus de gens. On a aussi des sites identifiés où on peut installer des lits pour les patients moins malades», détaille la porte-parole Geneviève Dupuis. 

Tant le CHU de Québec que le CIUSSS de la Capitale-Nationale disent également avoir plusieurs équipements d’intubation artificielle, fixes et mobiles, pour les patients qui seraient plus gravement atteints par la maladie. «Plusieurs sont entreposés pour en disposer en cas de besoin et nous sommes à faire un inventaire plus précis que nous transmettrons au MSSS afin d’avoir une gestion provinciale des équipements», précise la porte-parole du CIUSSS.