En ligne sur les réseaux sociaux depuis dimanche, la pétition réclamant que la Côte-Nord demeure fermée avait recueilli autour de 4000 signatures mercredi, l’objectif étant de 10 000.
En ligne sur les réseaux sociaux depuis dimanche, la pétition réclamant que la Côte-Nord demeure fermée avait recueilli autour de 4000 signatures mercredi, l’objectif étant de 10 000.

Pétition contre la réouverture de la Côte-Nord: le milieu laisse Québec décider

BAIE-COMEAU – Une pétition qui circule présentement sur Internet afin de réclamer que la Côte-Nord demeure fermée encore plusieurs mois, jusqu’à temps qu’on ait découvert un traitement ou un vaccin contre la COVID-19, n’attire pas la sympathie des décideurs de la région, surtout que la Côte-Nord n’a enregistré aucun cas depuis 11 jours.

En ligne sur les réseaux sociaux depuis dimanche, la pétition lancée par une infirmière auxiliaire de Baie-Comeau avait recueilli autour de 4000 signatures mercredi, l’objectif étant de 10 000.

Tourisme Côte-Nord a été le premier organisme à réagir publiquement et pour le coprésident Yanick Morin, «c’est une réaction normale d’avoir peur mais par contre, ce n’est pas le temps de se diviser, c’est le temps de trouver un équilibre.» Le porte-parole a ajouté que «les gens ont hâte de bouger. On ne peut pas rester confinés jusqu’à temps qu’on trouve un traitement.»

Quant au maire de Baie-Comeau Yves Montigny, à qui cette pétition sera expédiée, il a fait savoir que «c’est vraiment une décision qui regarde l’Institut national de santé publique, qui fait une recommandation au bureau du premier ministre et ça reste là. Moi, je ne peux rien faire avec ça», a soutenu celui qui se dit en accord avec la levée des barrages le 18 mai.

Même son de cloche en ce qui concerne le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, qui a rappelé que le déconfinement des régions appartient au gouvernement, sur recommandation de la direction nationale de santé publique, et que ce n’est pas par hasard que les régions ouvrent à des moments différents.

«Le CISSS n’a pas à prendre position, sinon de mettre en place l’ensemble des mesures demandées», a indiqué la directrice générale adjointe de l’organisation, Dyane Benoît.

Pour revenir au nombre de personnes infectées, il n’a pas bougé depuis le 25 avril, avec 113 cas. Du nombre, 102 personnes sont rétablies. Si on exclut la MRC de Sept-Rivières, l’une des six de la région, il y a tout près d’un mois que le reste de la région n’a pas enregistré un seul cas d’infection à la COVID-19.