Voici un petit guide sur ce que le gouvernement autorise, recommande, déconseille ou interdit jusqu’ici.
Voici un petit guide sur ce que le gouvernement autorise, recommande, déconseille ou interdit jusqu’ici.

Petit guide pour vous rassembler (ou pas) aux Fêtes

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
Pendant que les lutins, masqués et à deux mètres l’un de l’autre, travaillent en temps supplémentaire obligatoire dans l’usine à jouets du pôle Nord, plusieurs Québécois se demandent encore quel genre de période des Fêtes ils pourront avoir ici. Voici un petit guide sur ce que le gouvernement autorise, recommande, déconseille ou interdit jusqu’ici.

Quand?

Les rassemblements privés impliquant des gens habitant des adresses différentes seront autorisés du jeudi 24 au dimanche 27 décembre.

À moins d’être une personne vivant seule. Ce qui donne déjà le droit de rencontrer d’autres personnes même en zone rouge, une à la fois, en tout temps.

Ces quatre journées et les règles qui s’y rattachent s’appliquent dans toutes les régions du Québec, peu importe le niveau d’alerte.

Par contre, «si une augmentation marquante de la transmission était observée au cours des prochaines semaines, ce scénario pourrait être revu», répètent les autorités.

À combien?

Ces rassemblements pourront réunir au maximum 10 personnes en même temps dans un lieu fermé, comme une maison.

Avant et après?

Pour se rassembler avec famille et amis, chacun doit essayer de respecter un isolement volontaire d’une semaine avant et d’une semaine après la fameuse période de quatre jours.

Du 17 au 23 décembre, puis du 28 décembre au 3 janvier, on reste le plus possible à la maison et on évite tout contact avec des gens qui ne vivent pas avec nous.

Si cette quarantaine n’est pas possible pour de bonnes raisons, comme le travail, le gouvernement et la Santé publique s’en remettent au bon jugement des Québécois. Chacun doit évaluer sa tolérance au risque, selon son exposition à la COVID-19 dans son milieu de travail, par exemple, et la vulnérabilité des gens à rencontrer.

Aucun rassemblement au Nouvel An. L’arrivée de 2021 se soulignera en compagnie des gens de son propre foyer seulement.

Encore et encore?

Ce n’est pas parce que les rassemblements sont autorisés durant quatre jours qu’on peut voir autant de gens que possible, à coups de 10 à la fois. Oubliez l’enfilade de brunchs, 5 à 7, soupers et réveillons avec des groupes distincts.

Sur les quatre journées, la Santé publique recommande de s’en tenir à deux rassemblements par personne. «Si vous avez peur puis vous n’avez pas le goût de fêter, on va respecter ça, c’est le choix. Après ça, faites-le maximum deux, idéalement un, si c’est possible», demande le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda.

Entre les régions?

Les déplacements entre régions sont «fortement déconseillés» par les autorités. Encore plus d’une zone rouge, où vivent la grande majorité des Québécois, vers une zone plus pâle. Et si jamais ça arrive, redoublez de précaution! martèle le Dr Arruda.

«Le gouvernement du Québec demande à l’ensemble des citoyens d’éviter autant que possible de se déplacer d’une région à l’autre ou d’une ville à l’autre», lit-on sur Québec.ca. Pour les travailleurs, une garde partagée d’enfant et le transport de marchandises, les déplacements essentiels entre régions demeurent autorisés.

Où faire dodo?

Même durant les quatre jours, il n’est pas recommandé de dormir ailleurs que dans votre propre résidence.

«Si cela est nécessaire, il faut idéalement que les invités aient leur propre chambre et salle de bain. Les autres mesures doivent par ailleurs être observées (port du masque, respect de la distance de 2 m, etc.)», prescrit le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Lieux publics?

La fermeture de certains commerces est maintenue selon les paliers d’alerte régionale.

En zone rouge, les salles à manger des restaurants, bars, salles de spectacles, centres de conditionnement physique, musées, spas et autres lieux à potentiel de rassemblement resteront fermés sans interruption au moins jusqu’au 11 janvier.

Les mesures?

Dans les rassemblements, on continue de garder une distance de 2 mètres entre les gens de bulles familiales différentes. Quand cela n’est pas possible, le port du couvre-visage est recommandé.

Surtout autour des personnes plus vulnérables âgées de 70 ans et plus, atteintes de maladies chroniques ou ayant un système immunitaire affaibli, toutes plus susceptibles de souffrir de complications si elles attrapent la COVID-19.

Quelqu’un qui a la COVID-19, des symptômes s’y apparentant, a eu un contact à risque avec une personne infectée ou attend le résultat de son test de dépistage de la COVID-19 doit évidemment s’abstenir de tout rassemblement.

Et la bouffe?

Précision alimentaire intéressante dans Québec.ca : «Les buffets ne sont pas recommandés, car les gens doivent se déplacer et peuvent se trouver ainsi à moins de 2 mètres, ce qui augmente les risques de transmission. Il n’y a pas d’évidence de transmission du virus par les aliments, aussi les repas partagés sont possibles. Nous recommandons toutefois que les gens se lavent les mains avant et après le repas, demeurent assis à une distance de 2 mètres les uns des autres (ou entre les bulles) et que le repas soit servi à table par une personne qui porte le masque.»