Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Méga Fitness: Dan Marino, un propriétaire rattrapé par la pandémie [VIDÉO]

Marc Allard
Marc Allard
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Durant des mois, le propriétaire du Méga Fitness Gym, Daniel Marino, a minimisé les risques de la pandémie et a encouragé le mouvement complotiste. Maintenant, son centre d’entraînement est au cœur d’une éclosion liée à plus de 500 cas primaires ou secondaires de COVID-19, selon la Santé publique. Retour sur un des hommes les plus controversés de la troisième vague.

Dès la réouverture du Méga Fitness Gym, en mars, Michel* a recommencé à s’entraîner. Il a salué le propriétaire, Daniel Marino, et a croisé les doigts pour que la COVID-19 ne rejoigne pas le gym.

Trois semaines plus tard, Michel n’a jamais été aussi épuisé et tousse aux deux minutes. Il a été déclaré positif à la suite de l’éclosion au Méga Fitness Gym. Et il est en colère. 

Jeudi dernier, il a sursauté en voyant une publication Facebook de Daniel Marino qui affirmait avoir, «comme citoyen et comme entrepreneur», respecté les mesures sanitaires «depuis le début».

«Quand il dit qu’il respecte les normes, c’est une insulte à notre intelligence», dit Michel.  

Durant des mois avant l’éclosion, Daniel Marino a négligé le port du masque et la distanciation sociale dans son gym, selon sept clients et travailleurs du Méga Fitness avec qui Le Soleil s’est entretenu. Ceux qui l’ont côtoyé de plus près s’inquiétaient de voir M. Marino dériver vers le mouvement complotiste et craignaient que le Méga Gym écope. 

Au début, le discours de Daniel Marino provoquait une certaine hilarité chez des membres du gym, se souvient Michel. «Maintenant, on ne rit plus du tout». 

Malgré plusieurs appels et messages, Daniel Marino n’a pas répondu aux demandes d’entrevue du Soleil

«Enlève ça ton torchon»

Comme d’autres clients, Michel a été frappé par la manière dont le propriétaire lui-même portait le masque à l’intérieur du gym. Dan Marino avait l’habitude de rabattre son masque sous son menton ou de le laisser pendouiller à son oreille, décrit Michel. 

Mario*, un autre client du Méga Fitness Gym, a constaté la même chose en mars. «Je ne l’ai jamais vu, vraiment, avec le masque au visage. Ça m’a marqué parce que je trouvais que, comme propriétaire, il ne donnait pas l’exemple». 

Deux clients affirment qu’il arrivait même au propriétaire du Méga Fitness Gym de décourager le port du masque. Michel se souvient que, lors d’une conversation avec Daniel Marino en mars, celui-ci lui a dit : «“enlève ça ton torchon”». 

Marc, un abonné du Méga Fitness Gym, affirme que quand le port du masque est devenu obligatoire, à la mi-juillet, Dan Marino «allait voir les clients pour leur dire de ne pas porter le masque, parce que ça ne servait à rien, c’était toutes des inventions».

Quand le Méga Fitness Gym était ouvert, cet été, le port du masque n’était pas nécessaire lors de l’effort physique, mais obligatoire durant les déplacements. En mars, il était possible de l'enlever seulement pour les appareils cardiovasculaires. Or, selon plusieurs clients, le masque était rarement porté, point.  

La distanciation de deux mètres était rarement respectée au Méga Fitness Gym, selon les abonnés à qui nous avons parlé.

Bertrand*, un client, se souvient d’avoir évalué la proportion de masques dans le gym un jour de mars. «Au minimum, 60 % des gens n’avaient pas de masque pantoute, dit-il. On était 40 % qui avaient un masque, mais sur les 40 % il y en a la moitié qui le gardait en dessous du menton». 

Bertrand s’était promis d’éviter le Méga Fitness Gym pour un moment. Après y être retourné, une dizaine de jours plus tard, il a contracté la COVID-19. 

Trois clients disent avoir vu cet été une affiche qui indiquait que le Méga Fitness Gym ne pouvait pas légalement exiger une justification de santé à ceux qui ne portaient pas le masque. 

«En conséquence, si vous entrez sans masque, nous présumerons que votre santé ne vous permet pas de respecter cette nouvelle mesure, et nous vous laisserons entrer et encourager notre commerce», pouvait-on lire sur l’affiche. 

La distanciation de deux mètres était rarement respectée au Méga Fitness Gym, selon les abonnés à qui nous avons parlé. Sans masque, les gens se parlaient souvent très près l’un de l’autre, se souvient Mario. «On aurait dit qu’il n’y avait pas de pandémie».

Plusieurs clients affirment qu’ils n’ont pas vu les membres du personnel du Méga Fitness Gym avertir ceux qui ne respectaient pas le deux mètres ou ne portaient pas le masque adéquatement.

Discours complotiste

Dès le début de la pandémie, Daniel Marino a commencé à tenir un discours complotiste à son gym, se souvient Michel. Le propriétaire, qui a l’habitude de surnommer ses clients masculins «Chuck», lui parlait ouvertement de ses croyances concernant la pandémie. 

«Il disait : “Voyons, Chuck, y’en a pas de COVID, c’est une grosse grippe, le gouvernement contrôle ça”», se souvient Michel. 

Daniel Marino estimait que les médias traditionnels cachaient la vérité à la population et que TVA, en particulier, s’était lancé dans une campagne de peur, souligne un travailleur du Méga Fitness Gym. 

Le profil Facebook de Daniel Marino était truffé de références complotistes. Par exemple, M. Marino relayait les adresses pour suivre Alexis Cossette-Trudel, un conspirationniste québécois banni de Facebook. Il partageait une vidéo de Daniel Pilon, un ex-comptable québécois devenu influenceur antimasque qui sommait les Québécois de se réveiller avant que leurs enfants soient «pucés» et «vaccinés à répétition». 

Daniel Marino, propriétaire du Méga Fitness Gym

Daniel Marino publiait aussi des entrevues du microbiologiste français Didier Raoult, ardent défenseur d’un remède inefficace — l’hydroxychloroquine — contre la COVID-19, ou de Robert Kennedy Jr, un militant anti-vaccin notoire. 

Dès le début de la pandémie, M. Marino écrivait que le «coronavirus... [est] la plus grosse arnaque mondiale» et ajoutait dans un commentaire que «le deep state... les banques et les compagnies pharmaceutiques vont s’en mettre plein les poches». Il publiait aussi du contenu associé à la théorie complotiste QAnon. 

Souper et manif

En personne, Daniel Marino a participé le 2 juillet à une soirée au Conti Caffe, dans le Vieux-Québec, organisée par la Fondation pour la défense des droits et libertés du peuple (FDDLP), qui a entrepris des recours judiciaires contre les mesures sanitaires. 

M. Marino apparaît dans une vidéo encore disponible sur YouTube où on le voit derrière l’ex-animatrice Josée Turmel et le président de la FDDLP, Stéphane Blais. Près d’eux, des dizaines de personnes fraternisent côte à côte lors d’un souper. 

Le 26 juillet, Daniel Marino a été acclamé par une foule de manifestants anti-masque devant l’Assemblée nationale, peut-on entendre sur une vidéo encore disponible sur YouTube. Au micro, M. Marino s’est prononcé pour un retour à la normale dans les commerces et a déploré la «peur» qui s’y serait installée.

Dan Marino avait acquis une certaine célébrité chez les antimasques lorsqu’il avait rouvert le Méga Fitness Gym, à la mi-juin, défiant l’interdiction de la santé publique. En entrevue avec l’ancien animateur du FM93, Éric Duhaime, après ce coup d’éclat, M. Marino s’était d’ailleurs réjoui du support de sa «bonne amie» Josée Turmel et de Stéphane Blais.  

Quand le Méga Fitness Gym a rouvert, le 8 mars, M. Marino a déclaré au Journal de Québec qu’il voulait prouver que les gymnases étaient sécuritaires. Trois semaines plus tard, le Directeur de santé publique de la Capitale-Nationale, Dr André Dontigny, ordonnait la fermeture du gym, où 68 cas positifs de COVID-19 avaient été répertoriés. 

La veille, la Santé publique s’était rendue sur place et avait constaté «d’évidentes lacunes sanitaires : pas de contrôle de la présence de symptômes à l’arrivée de la clientèle et des travailleurs, clients qui s’entraînent à moins de deux mètres l’un de l’autre, protection individuelle inadéquate pour [les] travailleurs sur place». 

Selon une source bien informée, un entraîneur privé a été déclaré positif à la COVID-19, mais est retourné travailler quelques jours avant la fin de son isolement. 

Dan Marino a lui-même contracté la COVID-19 et a dû être hospitalisé, selon notre source. Au moins 419 cas de COVID-19 sont liés directement ou indirectement à l’éclosion au Méga Fitness Gym, selon la Santé publique. 

Le bureau du coroner enquête sur la mort d’un homme de 40 ans, de Québec, qui aurait contracté la COVID-19 et aurait été un client du Méga Fitness Gym, selon plusieurs médias. 

Jeudi dernier, Dan Marino assurait sur sa page Facebook que le Méga Fitness Gym a fait des «efforts soutenus pour minimiser le risque» et instauré des mesures «au-delà des attentes». 

Cette publication semble avoir disparu depuis. 

*Ces clients ont demandé qu’on n’utilise pas leurs vrais noms pour ne pas être reconnus au gym et éviter des représailles sur le Web.