Plusieurs restaurateurs se plaignent d’avoir prouvé cet été qu’ils étaient capables de faire respecter les mesures sanitaires dans leurs établissements et que l’augmentation des cas continue malgré la fermeture des restaurants.  
Plusieurs restaurateurs se plaignent d’avoir prouvé cet été qu’ils étaient capables de faire respecter les mesures sanitaires dans leurs établissements et que l’augmentation des cas continue malgré la fermeture des restaurants.  

Manif: des restaurateurs veulent ouvrir du 10 décembre au 10 janvier [VIDÉO]

Valérie Marcoux
Valérie Marcoux
Le Soleil
Ouvrir les restaurants du 10 décembre au 10 janvier, c’est ce que proposent les organisateurs d’une manifestation pour la réouverture des commerces «non essentiels» qui s’est tenue devant le parlement de Québec mercredi après-midi, entre 14h et 15h.  

Sébastien Tailleur, DJ, et Daniel Bouchard, conseiller chez Antidote Média, ont rassemblé une centaine de personnes devant l’Assemblée nationale pour interpeller les politiciens sur le sort des propriétaires et des employés des commerces actuellement fermés, notamment les restaurants.  

Les organisateurs étaient soutenus dans leur démarche par la présence de restaurateurs de Québec, dont le propriétaire du Michelangelo à Sainte-Foy Nicolas Cortina, les copropriétaires du Quartier Général Zoran et Nikola Drakul, le propriétaire du Houston à Lebourgneuf Thierry Ryckman et d’autres. 

Plusieurs restaurateurs se plaignent d’avoir prouvé cet été qu’ils étaient capables de faire respecter les mesures sanitaires dans leurs établissements et que l’augmentation des cas continue malgré la fermeture des restaurants.  

«On s’est rendu compte que ça n’avait pas d’allure de voir tous les autres commerces ouverts» explique Nikola Drakul, copropriétaire du Quartier général venu contester les mesures du gouvernement instaurées depuis le 1er octobre. «Surtout quand on a vu, vendredi au Black Friday, les files de gens et les magasins bondés sans distanciation. Nous, on est capable de faire [respecter] les mesures sanitaires facilement : tout le monde est assis.» 

Daniel Bouchard propose au gouvernement d’ouvrir les restaurants du 10 décembre au 10 janvier et d’évaluer ensuite si les restaurants sont à l’origine des nouveaux cas. Cette démarche serait facilitée par les listes sur lesquels les restaurateurs prennent en note chaque client avec un moyen de le rejoindre, une mesure qui était déjà en vigueur cet été. M. Bouchard, ancien propriétaire de restaurant, ajoute que les restaurateurs sont habitués de se soumettre à des normes sanitaires élevées. 

Après les déclarations des deux organisateurs, le micro a été prêté à l’ex-animateur de radio Éric Duhaime qui brigue maintenant la chefferie du Parti conservateur du Québec (PCQ). Celui-ci a salué une proposition «constructive» ajoutant qu’il était, selon lui, «plus sécuritaire d’aller manger dans un restaurant à Noël que d’aller manger chez sa grand-mère».  

Commerces «non essentiels» 

Bien que l’événement se soit finalement concentré sur le sort des restaurateurs, les propriétaires et les employés de tous les commerces «non essentiels» étaient invités, notamment ceux des centres de conditionnement physique, des salles de cinéma et de spectacle et des salons, pouvait-on lire sur l’événement créé sur Facebook par Sébastien Tailleur et Daniel Bouchard.