En effectuant un don sur le site de L’Itinéraire ou en achetant virtuellement une édition du magazine, il est possible de soutenir Bertrand Derome, camelot de la revue à Sutton et à Granby.
En effectuant un don sur le site de L’Itinéraire ou en achetant virtuellement une édition du magazine, il est possible de soutenir Bertrand Derome, camelot de la revue à Sutton et à Granby.

L’Itinéraire: soutenir son camelot virtuellement

Ceux qui avaient l’habitude de le croiser sur la rue Principale à Sutton, ou bien devant le Metro Plouffe de Granby, ont dû remarquer l’absence de leur camelot de L’Itinéraire, Bertrand Derome. En raison de la pandémie, l’organisme qui publie le magazine de rue du même nom a choisi de protéger ses camelots en rendant la publication disponible en ligne, moyennant des dons qui bénéficieront à ses égéries démunies.

Dès le début des mesures de confinement visant à endiguer la propagation de la COVID-19, les ventes de magazine, majoritairement effectuées sur la rue par les camelots en situation d’itinérance ou en voie de s’en sortir, entre autres, ont drastiquement chuté, a fait savoir la rédactrice en chef de la publication, Josée Panet-Raymond. « Les temps sont incertains », a-t-elle commenté.

Comme pour bon nombre des artisans du magazine, il s’agit là de leur seul revenu ou d’un revenu d’appoint qui fait toute la différence dans leur budget mensuel, L’Itinéraire a choisi de poursuivre la vente de la revue en ligne pour permettre la poursuite de ses activités et sa mission « d’accompagner des personnes marginalisées, exclues du marché traditionnel du travail, ayant connu l’itinérance, la dépendance, ou souffrant de problèmes de santé mentale ».

Les éditions du 1er et du 15 avril sont donc offertes sur le site itineraire.ca moyennant un don. Les prochaines parutions seront elles aussi vendues de façon virtuelle, le temps de la pandémie.

Ces recettes, comme les dons recueillis sur le site Internet du média, par texto au #30333 et les revenus issus des abonnements annuels, permettent ensuite l’achat de cartes-cadeaux de 50 $ échangeables dans des bannières de supermarchés, qui seront offertes aux camelots. « On en est à notre deuxième envoi, confirme Mme Panet-Raymond. En plus, nos intervenants appellent les camelots régulièrement pour prendre de leurs nouvelles. »

Bertrand Derome, premier et rarissime camelot distribuant le magazine en dehors de la métropole, bénéficiera donc lui aussi de la mesure. Déjà, des dons effectués par des résidents de Sutton et lui ayant été destinés ont permis de lui offrir trois cartes-cadeaux, qu’il devrait recevoir d’une journée à l’autre.