Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

L'Est du Québec reste sur ses gardes avec la COVID-19

Gilles Gagné
Gilles Gagné
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
CARLETON – Le Bas-Saint-Laurent, la Côte-Nord, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine restent sur leurs gardes en dépit d’une situation épidémiologique qui fait l’envie de bien d’autres régions québécoises. Quelques éclosions récentes de COVID-19 incitent les autorités de la santé et les citoyens à maintenir la vigilance.

Dans le Bas-Saint-Laurent, c’est la présence de deux cas d’infection avec un variant qui inquiète, alors que trois nouveaux cas, dont deux dans des écoles de Baie-Comeau, constituent un élément quotidien inhabituel sur la Côte-Nord. En Gaspésie, c’est une suite de sept jours d’affilée avec des nouveaux cas, du 8 au 14 mars inclusivement, qui a relancé l’inquiétude, bien que les 15 et 16 mars aient été exempts de ces nouveaux cas.

Personne n’est cependant hospitalisé en raison de la COVID-19 dans l’une ou l’autre des trois régions.

Entre le 9 et le 16 mars, le Bas-Saint-Laurent a enregistré 35 nouveaux cas de COVID-19, soit six de plus qu’au cours de la semaine précédente. Les deux cas présomptifs de variants ont été localisés dans l’ouest de la région.

C’est d’ailleurs dans l’ouest du Bas-Saint-Laurent que sont concentrés 31 des 51 cas actifs rapportés dans la région en date du 16 mars, c’est-à-dire 17 dans le réseau local de santé du Kamouraska et 14 dans le réseau de Rivière-du-Loup. La Matanie, qui est aux prises avec une éclosion au Cégep de Matane, en comptait sept le 16 mars. Les 13 autres cas actifs étaient répartis dans quatre des cinq autres MRC de la région. La MRC de la Matapédia ne comptait aucun cas.

Le Bas-Saint-Laurent rapporte un total de 1628 cas de COVID-19 depuis le début de la pandémie, et 30 personnes en sont décédées.

En Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, 14 nouveaux cas se sont ajoutés au bilan global entre les 9 et 16 mars, comparativement à 18 lors de la semaine précédente. Le bilan des 12 derniers mois en matière de pandémie s’établit à un total de 1732 cas de coronavirus, incluant 46 décès.

Le pourcentage de la population gaspésienne et madelinienne vaccinée s’établissait à 12,5% en date du 14 mars, à raison de 11,8% dans la péninsule et de 17% dans l’archipel. Environ 11 400 personnes avaient alors reçu leur vaccin, dont 8,5% des personnes âgées de moins de 60 ans, 7,1% des personnes de 60 à 69 ans, 16,5% des gens de 70 à 79 ans et 59,1% des personnes de 80 ans et plus.

La région comptait 21 cas actifs de coronavirus le 16 mars, après avoir abaissé ce chiffre à zéro brièvement deux semaines plus tôt. Onze de ces cas actifs sont localisés dans la MRC de la Côte-de-Gaspé, comparativement à six dans la MRC du Rocher-Percé.

Côte-Nord

Après des semaines de calme relatif, avec seulement un ou deux cas par semaine, le coronavirus vient de rappeler qu’il n’avait pas encore quitté la Côte-Nord. En effet, le mardi 16 mars, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la région a indiqué qu’il enregistrait trois nouveaux cas de COVID-19, tous dans la région de Baie-Comeau.

On rapporte ainsi au moins un cas au cégep de Baie-Comeau et un autre à l’école primaire St-Cœur-de-Marie, située tout près. Pour ce qui est du cégep, toutes les personnes qui ont eu des contacts étroits ou modérés avec la personne infectée ont été avisées par la santé publique et doivent donc subir un test de dépistage, tout en étant isolées pour les prochains jours.

Les cours se poursuivent normalement pour le reste des étudiants. Rappelons que depuis quelques semaines déjà, tous les étudiants du Cégep de Baie-Comeau suivent leurs cours en classe. Il n’y a plus d’enseignement à distance.

Quant à l’école primaire, pas moins d’une soixantaine de jeunes ont été placés en isolement préventif avec enseignement à distance, soit les 19 élèves de la bulle-classe de l’enfant ayant reçu un résultat positif à son test de dépistage, 19 autres élèves qui ont pu être en contact avec ce dernier à la garderie scolaire ou dans l’autobus, ainsi que les 18 frères et sœurs des jeunes qui attendent le résultat de leur test de dépistage. De plus, cinq membres du personnel de l’établissement sont aussi en isolement préventif.

Ainsi, en date du 16 mars, on compte quatre cas actifs de COVID-19 sur la Côte-Nord, pour un total de 359 depuis le début de la pandémie.

Il y a maintenant 18 877 doses de vaccin qui ont été administrées jusqu’ici dans la région. La vaccination pour les personnes de 70 ans et plus a débuté lundi dans l’ouest du territoire. Certaines personnes de moins de 70 ans considérées à risque ont aussi commencé à recevoir leur première dose du vaccin.

La Gaspésie, les Îles-de-la-Madeleine et la Côte-Nord basculeront dans la zone jaune en matière d’épidémiologie le 22 mars. Dans ce code jaune modifié, par rapport à ce qu’il était en septembre, il n’y aura plus de couvre-feu, et deux familles pourront se rencontrer dans les maisons. La pratique des sports d’équipe s’assouplira et le hockey devrait redémarrer. Ces assouplissements restent à annoncer par la ministre Isabelle Charest.

Le Bas-Saint-Laurent restera en zone orange jusqu’à nouvel ordre, les autorités de la santé ayant décidé de ne pas fragmenter la région en matière de code d’alerte, malgré des situations épidémiologiques assez différentes entre l’est et l’ouest.

Par ailleurs, les étudiants de Listuguj fréquentant l’école Sugarloaf High School de Campbellton pourront réintégrer leurs classes dans deux semaines, quand ils auront été vaccinés. Cette vaccination pourrait avoir lieu à compter du vendredi 19 mars. Les étudiants mi’gmaqs ont été expulsés de Sugarloaf High School au début d’octobre, en raison du resserrement des normes de circulation imposées aux Gaspésiens par le gouvernement du Nouveau-Brunswick.

La députée de la circonscription d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Kristina Michaud, qui a fait plusieurs démarches afin de favoriser la réintégration des étudiants de Listuguj dans leur école, se réjouit du dénouement récent de cette saga. Elle se dit soulagée d’apprendre que les élèves de Listuguj  pourront regagner leur école, mais elle croit que « le gouvernement Higgs doit faire preuve d’introspection et comprendre la gravité et l’impact des mesures mises en place par son gouvernement » parce que ces étudiants se sont sentis isolés et rejetés.