Les Nord-Côtiers exemplaires pour le port du couvre-visage

BAIE-COMEAU – S’il faut en croire le président-directeur général par intérim du CISSS de la Côte-Nord, les citoyens de la Côte-Nord ont totalement changé d’attitude par rapport au couvre-visage depuis que ce dernier est obligatoire dans les lieux publics fermés.

Claude Lévesque, qui s’était dit «étonné» de constater il y a trois semaines à quel point les Nord-Côtiers ne portaient pas le couvre-visage en public, a changé son fusil d’épaule et vante «la grande discipline à porter le masque» des gens. «J’ai vu un virage à 180 degrés», a-t-il lancé.

Le pdg par intérim signale toutefois «des précautions prises de façon inégale» en ce qui concerne les rassemblements de jeunes. «Un des principaux vecteurs de transmission, ce sont les jeunes de 20 à 29 ans. On a l’impression qu’il y a un peu de laisser-aller», fait-il valoir.

Le médecin-conseil en santé publique de la région, le docteur Richard Fachehoun, signale d’ailleurs que les enquêtes épidémiologiques sur les derniers cas en juillet ont permis d’identifier certains comportements à risque, comme le non-respect de la distanciation physique et du port du couvre-visage lors de visites dans les bars ou durant des partys privés.

«Si vous avez eu ce genre de comportement dans les deux dernières semaines, je vous invite à vous faire dépister», de soutenir le médecin. Une campagne sur les réseaux sociaux sera d’ailleurs lancée dans les prochains jours pour rejoindre cette clientèle et leur rappeler l’importance du respect des mesures sanitaires.

Malgré la cohue de touristes dans la région, la Côte-Nord n’a recensé aucun nouveau cas d’infection à la COVID-19 sur son territoire depuis le 22 juillet, une nouvelle qui réjouit évidemment les deux hommes. On a enregistré depuis le début de la pandémie 126 cas sur la Côte-Nord, dont 124 considérés comme rétablis.

«Les informations que nous avons disent qu’une infime partie des touristes ne respecteraient pas la distanciation physique, mais la grande majorité le fait», d’ajouter le Dr Fachehoun.

Quant aux manifestations d’opposants au port du couvre-visage qu’ont connu Montréal et Québec, elles ne semblent pas se dessiner ici. «Les gens ont le droit de manifester, mais en temps de COVID, il faut manifester en respectant le deux mètres», a lancé le médecin, non sans une certaine ironie. 

Quant à Claude Lévesque, il dit vouloir mettre l’accent sur les gens qui portent le masque et non sur ceux qui refusent de s’exécuter. «Si on a été épargnés, ce n’est pas pour rien. Il y a une sensibilité particulière (au respect des mesures) ici», a-t-il conclu.