Max Domi du Canadien est l'un des joueurs actifs sur les réseaux sociaux.

Les joueurs de la LNH s'activent... sur les réseaux sociaux

Un vidéo commence avec Morgan Rielly devant un évier, puis le défenseur des Maple Leafs commence à montrer la bonne façon de se laver les mains.

Le centre Elias Pettersson, des Canucks, a opté pour la légèreté avec un vidéo truqué sur son brio au golf.

Max Domi, du Canadien, utilise son bâton de hockey pour jongler avec une balle de ping-pong.

Dans une ère sans précédent de distanciation sociale, d’auto-isolement et de quarantaine pendant la pandémie de la COVID-19, les joueurs de la LNH et leurs équipes font de leur mieux pour rester en contact avec les fans sur les réseaux sociaux.

Les Leafs ont publié un vidéo du directeur général Kyle Dubas parlant de l’importance de rester à la maison; dans un autre, l’attaquant des Canucks Tyler Motte s’est concentré sur la santé mentale.

Pettersson, le capitaine des Canucks Bo Horvat et le défenseur Tyler Myers se sont réunis pour une vidéo sur la sécurité et la pertinence d’écouter les experts.

Les Flames ont partagé un FaceTime de l’ailier Matthew Tkachuk où il souhaite bon anniversaire à un jeune partisan, après l’annulation de sa fête d’amis.


« En raison de leur statut dans la société, ils sont sur un piédestal. Les gens vont les écouter. C’est l’occasion pour eux de faire un message d’intérêt public. »
Aziz Rajwani, chargé de cours à la Sauder School of Business, de l’Université de la Colombie-Britannique

Sur un piédestal

Aziz Rajwani, chargé de cours à la Sauder School of Business, de l’Université de la Colombie-Britannique, dit que les personnalités en vue, y compris les athlètes, ont une responsabilité dans les moments difficiles.

«En raison de leur statut dans la société, ils sont sur un piédestal, mentionne t-il. Les gens vont les écouter. C’est l’occasion pour eux de faire un message d’intérêt public.»

Beaucoup de jeunes, du moins au début de la crise, ne prenaient pas au sérieux les avertissements de santé publique concernant les dangers de se rassembler en grands groupes.

«Les équipes devraient appeler les provinces et demander comment les joueurs peuvent-ils aider à communiquer le message, le respect des pratiques sûres, le lavage des mains, quoi que ce soit d’autre, estime Rajwani.

«Certains pourraient dire qu’ils ne veulent pas cette charge, qu’ils ne se voient pas comme des modèles. Je répondrais que oui vous l’êtes et par conséquent, agissez d’une manière qui donne le bon exemple.»

Certaines équipes simulent des jeux et partagent les résultats en ligne; d’autres tweetent en direct au sujet d’anciens matches notables, rejoués par des réseaux de télévision en quête de contenu.

Les équipes et les joueurs doivent quand même faire preuve de jugement. Les millionnaires qui partagent des vidéos d’isolement dans des demeures de luxes sont loin de ce que vivent de nombreuses familles, avec des licenciements et l’incertitude.

Rajwani trouve cependant qu’en période instable, faire les choses comme il faut peut rapporter beaucoup.

«L’image de marque [de tel joueur ou telle équipe] sera renforcée, dit-il. Ça se traduit par de l’argent au bout du compte, mais faire ce qu’il faut et être responsable, en particulier pour les jeunes joueurs, ça construit vraiment une image de marque.»