Le projet de recherche s’intéressera plus spécifiquement à l’adaptation des individus et des familles, particulièrement ceux et celles en situation de vulnérabilité, et à celle des acteurs et des structures du milieu de la santé et des services, entre autres.
Le projet de recherche s’intéressera plus spécifiquement à l’adaptation des individus et des familles, particulièrement ceux et celles en situation de vulnérabilité, et à celle des acteurs et des structures du milieu de la santé et des services, entre autres.

Les impacts psychosociaux de la pandémie à Québec sous la loupe de chercheurs

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
Des équipes de chercheurs du CIUSSS de la Capitale-Nationale étudieront les impacts psychologiques et sociaux de la pandémie de COVID-19 sur la population de la région.

«Partout dans le monde, la crise sanitaire actuelle oblige une réorganisation sociale importante et inégalée, et l’ampleur de la mobilisation actuelle nous amène à nous questionner sur les enjeux d’adaptation que cette crise sanitaire nous impose aujourd’hui, et qu’elle nous imposera dans le futur. Chez nous, il y a un besoin urgent de mieux comprendre les effets psychosociaux de la crise et les stratégies d’adaptation mises de l’avant au Québec afin d’être mieux préparés à d’éventuelles crises sanitaires», explique dans un communiqué Yves De Koninck, directeur de la recherche au CIUSSS de la Capitale-Nationale et professeur à la Faculté de médecine de l’Université Laval.

Le projet de recherche s’intéressera plus spécifiquement à l’adaptation des individus et des familles, particulièrement ceux et celles en situation de vulnérabilité, et à celle des acteurs et des structures du milieu de la santé et des services, entre autres.

Tout en visant l’ensemble de la population du territoire du CIUSSS de la Capitale-Nationale, les chercheurs espèrent rejoindre un grand nombre de participants provenant des populations généralement vulnérables, ou considérées vulnérables de par le contexte de la crise sanitaire (personnes aînées, personnes ayant des incapacités, souffrant de maladies chroniques ou de troubles de santé mentale, jeunes et familles vulnérables, personnes provenant des minorités culturelles, etc.) Une attention particulière sera également portée sur les personnes issues des milieux ruraux.

«L’étude de ces groupes permettra non seulement d’adapter l’étude des données selon les besoins identifiés de ceux-ci, mais également selon les différentes phases prévues dans l’évolution de la crise sanitaire actuelle. Ces phases incluent la phase d’impact, soit celle dans laquelle nous nous trouvons actuellement, la phase du point tournant, celle correspondant au moment où la crise sera maîtrisée grâce aux mesures de restriction mises en place, la phase immédiatement après la crise, lors de l’allègement des mesures de restriction, et finalement la phase de rétablissement, au cours des mois et des années qui suivront le ‘retour à la normale'», détaille-t-on dans le communiqué.

Quatre centres de recherche du CIUSSS participeront au projet, soit le CERVO, le Centre de recherche universitaire sur les jeunes et les familles (CRUJeF), le Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS) et le Centre de recherche en santé durable (VITAM).