La directrice générale du réseau Tecnic (140 succursales à travers la province) confirmait lundi que les élèves qui seront appelés en premier à poursuivre leurs cours sont ceux qui approchaient l’obtention du permis.
La directrice générale du réseau Tecnic (140 succursales à travers la province) confirmait lundi que les élèves qui seront appelés en premier à poursuivre leurs cours sont ceux qui approchaient l’obtention du permis.

Les élèves «finissants» auront priorité au retour des cours de conduite, dit Tecnic

Lorsqu’elles pourront recommencer les cours pratiques, les écoles de conduite prioriseront les élèves qui approchaient l’obtention de leur permis de conduire avant l’arrêt des activités en raison de la COVID-19, les autres devront attendre.

Lundi, la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) annonçait recommencer graduellement la tenue des examens théoriques. Toutefois, elle observait encore les différents scénarios pour la poursuite des examens pratiques.

La directrice générale du réseau Tecnic (140 succursales à travers la province) confirmait lundi que les élèves qui seront appelés en premier à poursuivre leurs cours sont ceux qui approchaient l’obtention du permis. En plus de compléter les cours, les élèves doivent avoir en poche 12 mois de pratique avant de pouvoir passer l’examen de conduite pratique. Tous ceux qui achevaient (ou ont dépassé en raison des annulations) ces 12 mois auront la priorité afin d’avoir la chance d’obtenir leur permis sans trop de retard.

«Les élèves sur le point de terminer leur parcours seront appelés avant pour les sortir en premier. On planifie fort le retour des activités et on pense pouvoir recommencer à la fin du mois de mai ou au début de juin, sous toutes réserves, on sait que ça peut changer», indique la directrice générale du réseau des écoles Tecnic, Mylène Sévigny.

La majorité des succursales de Tecnic offrent déjà les cours théoriques en ligne, cette solution continuera d’être déployée. Les écoles se sont aussi munies de masques, de visières et de produits nettoyants afin d’être prêtes à respecter toutes les consignes qui seront exigées de la santé publique. 

«Je comprends que les autres ont hâte, mais on va y aller étape par étape. On va démarrer la machine en priorisant les cas plus urgents, et on va finir par y arriver.»

L’industrie avait fait les démarches pour être reconnue comme service essentiel au début de la crise. «Pour certaines personnes, c’est une question d’urgence de pouvoir se déplacer», juge Mme Sévigny.

Temps d’attente

La directrice générale ne nie pas qu’il existe beaucoup d’attente pour s’inscrire aux cours pratiques dans certaines succursales de la province. Elle sait aussi que la planification des cours dès la reprise des services sera «tout un casse-tête, comme beaucoup d’entreprises».

«Il faut commencer quelque part, c’est sûr qu’on ne pourra pas tout régler en un seul mois. En fin de compte on travaille fort», insiste-t-elle.

Mme Sévigny exprime aussi que le problème d’attente semblait s’améliorer juste avant la crise.

«L’an dernier, on a amené une nouvelle technologie de réservation en ligne. On a eu beaucoup d’ajustements à faire, les préposés ne pouvaient plus aider l’élève à bien échelonner ses cours pendant les 12 mois que dure son permis d’apprenti. On a corrigé l’outil et juste avant la COVID-19, ça allait de mieux en mieux», explique-t-elle.

Pénurie de main-d’œuvre

Mais il y aussi l’éternel problème de pénurie de main-d’œuvre. Bien qu’elle juge que le travail de moniteur soit attrayant, le salaire, lui, l’est beaucoup moins. 

«Lorsqu’on rappelle des gens au travail, on est en compétition avec la [Prestation canadienne d’urgence] PCU. On ne veut pas les obliger à rentrer travailler non plus, on ne veut pas perdre notre monde.»

Beaucoup d’incertitude règne encore dans le plan de réouverture des écoles conduite, comme dans tout le programme de «déconfinement». La directrice mentionne que les écoles seront prêtes lorsque le «OK» du gouvernement leur sera envoyé. 

Pour les cours de moto, étant donné qu’ils durent trente jours et que la distanciation sociale est facilement respectée, les problèmes de retards sont moins inquiétants.