Lundi, la séance du conseil s’est déroulée à huis clos. La Ville de Québec fera de même pour les prochains conseils d’arrondissement. Le maire et l’opposition officielle ont convenu de mettre la politique de côté pour passer immédiatement aux affaires courantes à la séance de lundi.

Les conséquences économiques déjà sous la loupe de la Ville de Québec

Moins d’une semaine avant les premières mesures prises pour freiner la propagation de la COVID-19, la Ville de Québec s’attaque déjà aux conséquences de la pandémie sur l’économie et ses finances.

«Nous sommes déjà dans l’anticipation des conséquences», a laissé savoir Régis Labeaume, lundi, lors d’un point de presse sur l’état de la situation.

«Différentes sous-équipes travaillent à faire une analyse des impacts sur la culture, le tourisme, le développement économique et les finances de la Ville», a-t-il expliqué, flanqué de son directeur général, Luc Monty et de la directrice adjointe et directrice de la Sécurité civile, Chantal Giguère.

M. Labeaume reconnaît qu’il y aura un ralentissement économique. La situation nuira à la rentabilité de nombreux commerces. Selon lui, c’est aux gouvernements fédéral et provincial d’annoncer des programmes d’aide financière aux entreprises touchées. Pour l’instant, la Ville n’envisage aucun allégement fiscal ou autre mesure de compensation.

«On sent beaucoup d’inquiétude dans la Ville, de l’anxiété. Je le comprends», a lancé le maire, deux jours après que le gouvernement du Québec eut déclaré l’état d’urgence sanitaire. Dans ces circonstances, il réitère l’importance de suivre les conseils et directives du premier ministre François Legault et du Dr Horacio Arruda, directeur national de la santé publique du Québec. 

«C’est la seule façon de passer au travers cette période trouble», insiste-t-il en substance. Les repères les plus importants sont la science et la discipline collective.»

Du même souffle, il lance un message aux citoyens qui, par ignorance ou par manque de solidarité, se mettent en marge de le l’effort collectif. «Je vais paraître un peu brutal, mais ceux qui ne suivent pas les directives participent à accélérer la propagation du virus et augmentent les dangers pour leurs voisins et leurs concitoyens», ajoute-t-il.

Les mesures annoncées par le gouvernement Legault visent à créer l’éloignement social pour ralentir la propagation du virus et protéger les personnes âgées, plus vulnérables.

Séances publiques reportées

Après avoir annoncé samedi la fermeture de ses installations municipales comme les bibliothèques et les piscines, la Ville a décidé de reporter 25 séances publiques sur divers sujets et conseils de quartier qui devaient se dérouler au cours des deux prochaines semaines. Il y a 170 rencontres du genre prévues à l’horaire d’ici l’été. Le maire assure que l’annulation de rencontres n’entraînera aucun retard au projet de réseau structurant de transport en commun.

Lundi, la séance du conseil s’est déroulée à huis clos. La Ville fera de même pour les prochains conseils d’arrondissement. Le maire et l’opposition officielle ont convenu de mettre la politique de côté pour passer immédiatement aux affaires courantes à la séance de lundi. 


« Je vais paraître un peu brutal, mais ceux qui ne suivent pas les directives [données par le gouvernement] participent à accélérer la propagation du virus et augmentent les dangers pour leurs voisins et leurs concitoyens »
Le maire Régis Labeaume

En après-midi, les élus de tous les partis ont rencontré le Directeur de la santé publique de Québec, le DFrançois Desbiens, pour une mise à jour de la situation.

Sur le plan administratif, Mme Giguère souligne que le télétravail pourrait s’appliquer à près de 2000 des 5000 employés de la Ville. Seul autre nouveau service touché est celui de la perception des amendes avec la fermeture de deux comptoirs. Il est toujours possible d’acquitter son dû par la poste, par téléphone ou en ligne.