Le confinement difficile à faire respecter dans les HLM

Denis Villeneuve, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Denis Villeneuve, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Le confinement obligatoire imposé par la Santé publique commence à être difficile à supporter pour les locataires des 3500 habitations à loyer modique (HLM) gérées par l’Office municipal d’Habitation Saguenay-Le Fjord.

Adam Boivin, directeur de l’OMH-Saguenay-Le Fjord, reconnaît qu’avec l’arrivée des belles journées du printemps, la pression monte, au sein des immeubles à haute densité, alors que les locataires commencent à avoir le goût de bouger, de se rassembler et de revivre au détriment des mesures de confinement et de distanciation. « On sent qu’avec la belle température, les gens commencent à être tannés et veulent sortir. Les prochaines semaines vont être difficiles. »

Depuis deux semaines, l’OMH a procédé à l’embauche d’agents de sécurité assignés à l’entrée des neuf immeubles du territoire les plus imposants de 8 à 22 h, comme les immeubles de la rue Smith, Lafontaine, etc. « On veut être capable de contrôler et de limiter la circulation dans les immeubles. On sait qu’il y a une vie sociale au sein des édifices, que des gens jouent aux cartes. On fait des rappels, mais ces agents se font ramasser. On vise à protéger la clientèle de 70 ans et plus », explique M. Boivin.

Au cours des prochains jours, le rôle de ces agents de sécurité devrait être appelé à évoluer puisqu’ils devront dénoncer les habitants qui ne se conforment pas auprès des équipes d’intervenants sociaux de l’OMH.

Déménagements

À l’approche du 1er juillet, date de renouvellement des baux de location, l’OMH, en collaboration avec le Service de police de Saguenay et le CIUSSS, travaille à l’élaboration d’un protocole afin d’encadrer les opérations de déménagement.

Selon les explications fournies, un contrôle sera effectué de façon à limiter le nombre d’amis ou parents qui viendront prêter main-forte au déménagement. Des avis seront émis aux locataires voisins et aux policiers afin de les prévenir qu’il y aura un déménagement en mentionnant l’adresse exacte du logement tout en leur demandant de demeurer chez eux. Après que l’appartement aura été vidé, une équipe de l’OMH procédera à une opération de désinfection.

Évidemment, les traditionnels repas composés de pizzas et de bières seront interdits.

M. Boivin rappelle que depuis le début de la pandémie, l’OMH a adopté plusieurs mesures pour limiter la propagation de la COVID-19 avec l’installation de distributeurs de désinfectant aux entrées des immeubles, la pose d’affiches de prévention et un service d’appel par les travailleurs sociocommunautaires qui en sont à leur troisième tournée.

Ces mesures coûtent cher et c’est pourquoi il croit que des sommes supplémentaires devront être ajoutées au budget par la Société d’habitation du Québec (SHQ).