Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

La virulence des variants se manifeste dans l’Est du Québec

Simon Carmichael
Simon Carmichael
Initiative de journalisme local - Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Alors que la Gaspésie et la Côte-Nord semblent pour l’instant épargnées par les variants, la situation critique au Bas-Saint-Laurent donne un avant-goût des risques que posent ces formes plus contagieuses de la COVID-19, même hors des grands centres.

Au cours de la dernière semaine, le Bas-Saint-Laurent s’est imposé comme exemple de région où la propagation des variants est rapidement devenue hors de contrôle. Il y a sept jours, on rapportait 72 cas actifs, dont 30 possiblement reliés aux variants. Une semaine plus tard, la santé publique régionale rapporte 276 cas actifs, dont «la très grande majorité» serait des variants. 

Aux prises avec une importante éclosion de cas probablement reliés aux variants dans l’ouest du territoire, la région se place tout juste derrière Montréal et Laval quant au taux de contamination, avec 140 cas par 100 000 habitants.

Or, si on se concentre sur les secteurs les plus touchés où plus de 90% des nouveaux cas sont rapportés, soit les MRC du Kamouraska et de Rivière-du-Loup, on obtient les deux régions les plus touchées au Québec, toutes deux avec plus de 400 cas par 100 000 habitants. Mardi, le premier ministre François Legault a affirmé que ces zones étaient «sous haute surveillance». 

Au cours de la dernière semaine, la région de l’Est a battu à deux reprises son record d’infections, rapportant jusqu’à 54 nouveaux cas lundi. Même scénario du côté des hospitalisations. Quelque 12 patients sont présentement hospitalisés dû à la COVID-19.

Afin d’éviter d’aggraver la contamination communautaire, le Centre de services scolaire de Kamouraska-Rivière-du-Loup a décidé de suspendre ses cours en personne jusqu’au retour de Pâques, alors que la quasi-totalité des établissements scolaires était touchée par le virus. 

Ne se classant pas parmi les régions éloignées, ni parmi  les centres urbains durement touchés, le Bas-St-Laurent fait piètre figure en termes de vaccination, avec environ 11% de couverture vaccinale. En moyenne 15% des Québécois sont vaccinés. Mardi, le gouvernement annonçait l’envoi de 10 000 doses supplémentaires dans la région afin de rattraper le retard. 

« Lorsque le gouvernement a choisi d’intensifier la vaccination dans la région métropolitaine, les élus municipaux de la région ont appuyé cette stratégie, considérant qu’il s’agissait de l’épicentre de l’épidémie. Or, la situation est fort différente aujourd’hui et nous avons besoin de l’appui du gouvernement pour la redresser », a rappelé le préfet de la MRC du Kamouraska, Yvon Soucy, dans un communiqué de la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent qui saluait la décision du gouvernement. 

Gaspésie et Côte-Nord 

Si le Bas-Saint-Laurent est attaqué de toutes parts par les variants du coronavirus, le portrait est tout autre sur la Côte-Nord, où on n’a répertorié qu’un seul nouveau cas d’infection en deux semaines. Jusqu’ici, le passage de la région en zone jaune n’a pas aggravé le bilan régional.

Ce nouveau cas porte à 360 le nombre de personnes infectées par la COVID-19 depuis le début de la pandémie. On ne compte présentement qu’un seul cas actif chez un Nord-Côtier, mais il y en a quelques autres, moins de cinq, touchant des personnes qui n’ont pas leur adresse permanente sur la Côte-Nord et qui ne sont donc pas comptabilisés dans le bilan régional.

La vaccination va aussi bon train. Avec tout près de 28 000 doses de vaccin administrées en date de mardi, la région a franchi le cap des 30 % de résidents vaccinés, soit le double du pourcentage total de Québécois vaccinés, qui s’établit à 15,4 %, selon les données du gouvernement. La vaccination des personnes de 60 ans et plus est sur le point de s’amorcer.

Le scénario est similaire en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, ou à peine deux cas de COVID-19 ont été rapportés dans la dernière semaine. Deux cas y sont toujours actifs, dont une personne qui est hospitalisée. Plus de 25 % de la population a reçu une première dose de vaccin. 

Avec la collaboration de Steeve Paradis