Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Des agents du Service de police de la Ville de Québec étaient présents en «assistance» lors de l’intervention afin de «s’assurer que tout se passe bien et qu’il n’y ait pas de débordements».
Des agents du Service de police de la Ville de Québec étaient présents en «assistance» lors de l’intervention afin de «s’assurer que tout se passe bien et qu’il n’y ait pas de débordements».

La Santé publique intervient pour fermer le Méga Fitness Gym [VIDÉO]

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Le Méga Fitness Gym 24h a gardé ses portes ouvertes mercredi, malgré une ordonnance de fermeture émise par le CIUSSS de la Capitale-Nationale pour «d’évidentes lacunes sanitaires» ayant mené à une éclosion touchant près de 70 personnes. Des employés de la Santé publique et des membres des forces policières sont intervenus.

En dépit des consignes de la Santé publique qui devaient prendre effet «immédiatement», le Méga Fitness Gym accueillait toujours des clients entre ses murs, mercredi après-midi.

La Santé publique de la Capitale-Nationale avait pourtant ordonné mercredi matin la fermeture du gym de Québec jusqu’à nouvel ordre, en raison d’«évidentes lacunes sanitaires». Une éclosion majeure affecte jusqu’ici près de 70 personnes.

«Toute activité à cet endroit est ainsi interdite», écrivait en matinée le porte-parole Mathieu Boivin, afin de «contrer toute menace à la santé et la sécurité de la population».

L’exploitant du centre de conditionnement physique venait alors d’être informé d’une ordonnance de fermeture de son établissement, à l’origine d’une éclosion majeure qui a jusqu’ici permis de détecter 68 cas positifs de COVID-19. Pour plusieurs de ces infections, il y aurait suspicion de variant.

Le gérant de l’endroit (de dos) a récupéré en mains propres l’avis de fermeture émise par le CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Après avoir constaté visuellement que l’ordonnance de fermeture n’était pas respectée, elle a été servie en personne par la Santé publique et des membres des forces policières, peu avant 15h. 

«Nous avons fait appliquer ce qui avait été signifié verbalement au propriétaire», résume M. Boivin.

Un responsable de l’endroit a récupéré en mains propres l’avis de fermeture et tous, clients comme employés, ont quitté les lieux de façon «courtoise».

Le propriétaire Dan Marino, qui avait défié les autorités en rouvrant son centre d’entraînement à la mi-juin en affirmant qu’il n’était «pas dangereux pour la santé publique de rouvrir» alors que tous les gyms de la région avait l’interdiction de le faire, n'était pas présent, mercredi. Un membre de l'organisation a affirmé sur les ondes de Radio-Canada qu'il était hospitalisé.

«Il n’y a plus de raison que personne se présente ici», ajoute le porte-parole du CIUSSS, précisant que les activités y sont suspendues «jusqu’à nouvel ordre».

Des agents du Service de police de la Ville de Québec étaient aussi présents en «assistance» lors de l’intervention afin de «s’assurer que tout se passe bien et qu’il n’y ait pas de débordements», précise le porte-parole du corps policier Étienne Doyon.

Au cours des prochains jours, le SVPQ assurera une vigie afin de s’assurer que le Méga Fitness Gym demeure fermé, tel que prescrit. 

Il s’agit de la première fois depuis le début de la pandémie que le CIUSSS de la Capitale-Nationale sévit de la sorte auprès d’un commerce. Il avait toutefois remis des ordonnances auprès de citoyens précédemment, dans d’autres contextes.

Des agents du Service de police de la Ville de Québec étaient présents en «assistance» lors de l’intervention afin de «s’assurer que tout se passe bien et qu’il n’y ait pas de débordements».

Situation «préoccupante»

Lors de visites des équipes du CIUSSS de la Capitale-Nationale mardi, le personnel a pu constater que le Méga Fitness Gym n’avait pas mis en place «de contrôle de la présence de symptômes à l’arrivée de la clientèle et des travailleurs», que les clients s’entraînent à moins de deux mètres l’un de l’autre et que la protection individuelle est «inadéquate pour les travailleurs sur place».

Le directeur régional de santé publique Dr André Dontigny expliquait que ces unités avaient été déployées pour veiller à la mise en place des mesures sanitaires et au respect des consignes émises au Méga Fitness Gym.

Dans ses enquêtes, la direction de santé publique a aussi trouvé que des clients de ce gym de Québec sont liés à «au moins» huit éclosions dans leurs milieux de travail.

Déjà en début de semaine, la situation était suivie de près et la Santé publique avait qualifié de «préoccupante» l’éclosion en cours à cet endroit.

Le Méga Fitness Gym n’avait pas mis en place «de contrôle de la présence de symptômes à l’arrivée de la clientèle et des travailleurs», les clients s’entraînent à moins de deux mètres l’un de l’autre et la protection individuelle est «inadéquate pour les travailleurs sur place».

Legault «pas content»

En conférence de presse mercredi, les autorités nationales ont affirmé que le retour en zone rouge de Québec n'était pas seulement lié à l'éclosion au Méga Fitness Gym, bien qu'il s'agisse d'un «facteur». Le ministre de la Santé a qualifié de «malheureux» les événements entourant le centre d'entraînement. 

Le premier ministre Legault s'est pour sa part dit «pas content» de ce qu'il a pu observer au cours des derniers jours. En réponse à une question en anglais, il a répété que le respect des mesures était une question de «solidarité» envers la population et que les citoyens de Québec «souffrent» maintenant de «mauvaises décisions» prises au gym. 

Plus tôt, le maire de Québec n'a pas non plus mâché ses mots concernant le Méga Fitness Gym. Il s'est malheureusement dit «pas surpris» que la ville attire l’attention avec une «préoccupante éclosion» de COVID-19 sur son territoire. 

Après le karaoké du bar Kirouac à la fin de l’été dernier, voilà que le gym de Québec fait les manchettes pour la mauvaise gestion des mesures sanitaires. 

«Ce n’est plus de l’insouciance, c’est de la totale irresponsabilité, c’est grave. C’est absolument inacceptable», a martelé Régis Labeaume.  

«Bravo champion! Tout le monde a de beaux biceps, mais là le monde est malade», a-t-il ajouté.  Avec Judith Desmeules