Ces nouveaux assouplissements doivent intervenir alors que la Russie a enregistré lundi 8985 nouveaux cas de coronavirus et 112 décès lors des dernières 24 heures.
Ces nouveaux assouplissements doivent intervenir alors que la Russie a enregistré lundi 8985 nouveaux cas de coronavirus et 112 décès lors des dernières 24 heures.

La Russie allège les mesures, fin du confinement à Moscou

MOSCOU — La Russie a annoncé lundi la levée d’importantes restrictions dues au nouveau coronavirus, y compris la fin du confinement à Moscou où un «retour à la normale» est prévu malgré le recensement quotidien de milliers de nouveaux cas.

Dans une allocution télévisée, le maire de la capitale russe Sergueï Sobianine a annoncé la levée dès mardi du système «d’auto-isolement» à domicile et du régime de laissez-passer obligatoires pour tous les Moscovites, y compris les personnes âgées ou malades.

«Moscou reprend son rythme de vie normal. Toutes les principales restrictions seront levées en juin, à condition que la sécurité épidémiologique et les mesures sanitaires soient préservées», a-t-il déclaré. Le confinement avait été décrété fin mars.

De son côté, le premier ministre Mikhaïl Michoustine a annoncé la levée partielle de la fermeture des frontières, en particulier pour les Russes ayant un motif sanitaire ou professionnel. Il n’a pas précisé de date pour cette mesure.

Ces annonces interviennent alors que le nombre total de cas de COVID-19 en Russie a atteint lundi 476 658, dont 5971 décès, le pays restant à la troisième place mondiale en nombre de contaminations.

Lors des dernières 24 heures, la Russie a enregistré 8985 nouveaux cas, un chiffre de progression stable depuis plus de trois semaines, et 112 décès.

Les autorités expliquent le faible taux de mortalité comparé à l’Europe occidentale par des mesures prises très tôt, une politique de dépistage massif et une réaction rapide du système hospitalier.

Le gouvernement a aussi dit ne compter que les décès dont la cause première est la COVID-19, alors qu’ailleurs la quasi-totalité des morts de personnes positives au nouveau coronavirus sont prises en compte.

Des critiques ont toutefois mis en doute la sincérité des chiffres officiels.

Moscou demeure l’épicentre de l’épidémie avec plus de la moitié du nombre de morts, même si le nombre de contaminations détectées quotidiennement y a chuté, passant de quelque 6000 début mai à environ 2000 début juin.

La mégapole d’environ 12 millions d’habitants est l’un des moteurs de l’économie russe, fortement éprouvée par l’épidémie.

Coiffeurs d’abord, piscine pour finir

Les salons de coiffure et beauté, les cliniques vétérinaires et les agences de recrutement pourront reprendre le travail à partir de mardi.

Puis à partir du 16 juin, ce sera au tour des terrasses de rouvrir, ainsi que des bibliothèques, des salles d’exposition et des musées.

Tous les restaurants, les piscines, les clubs de sport et les terrains de jeux pourront ensuite rouvrir à partir du 23 juin.

Dans le cadre d’un déconfinement prudent, la capitale avait déjà rouvert mi-mai ses chantiers et industries, puis le 1er juin des commerces et ses parcs.

Première mesure de réouverture des frontières, fermées aussi depuis fin mars, le premier ministre russe a dit que les Russes pourraient quitter sous peu le territoire national pour des raisons médicales, professionnelles ou liées aux études.

Les ressortissants étrangers pourront eux venir se faire soigner en Russie ou s’ils doivent s’occuper de proches, a précisé M. Michoustine lors d’une réunion télévisée, sans préciser le calendrier.

Référendum constitutionnel

Des critiques du Kremlin affirment que les autorités hâtent le déconfinement avant le 1er juillet, date du référendum sur la réforme constitutionnelle, prévu initialement fin avril, mais reporté à cause de l’épidémie.

La réforme doit notamment donner au président Vladimir Poutine la possibilité de rester au pouvoir jusqu’en 2036.

La fin de ces restrictions est aussi à mettre en lien avec la parade militaire du 24 juin en commémoration de la victoire soviétique sur les nazis. Elle aurait dû avoir lieu le 9 mai, puis a été reportée à contre-cœur, coronavirus oblige.

Le principal opposant au Kremlin Alexeï Navalny a évoqué lundi sur Twitter la possibilité d’une manifestation contre la réforme constitutionnelle, après la levée des mesures de confinement.

«Si toutes les restrictions contre le coronavirus sont levées le 23 juin et que l’immense parade a lieu le 24 à Moscou, ça veut dire qu’on peut tous se retrouver le samedi 27 juin pour manifester contre la mise à zéro des compteurs de Poutine ?», a-t-il réagi.