«Pour le baseball, c’est une très belle journée. La date pour recommencer à jouer est rapide, dès ce lundi, et on pourra tenir des matchs pendant une bonne partie de l’été. S’il y avait un sport avantagé par les règles de distanciation, c’était bien le baseball», estimait Jean-Philippe Roy, vice-président régional de Baseball Québec et responsable du programme sport-études des Canonniers de Québec.
«Pour le baseball, c’est une très belle journée. La date pour recommencer à jouer est rapide, dès ce lundi, et on pourra tenir des matchs pendant une bonne partie de l’été. S’il y avait un sport avantagé par les règles de distanciation, c’était bien le baseball», estimait Jean-Philippe Roy, vice-président régional de Baseball Québec et responsable du programme sport-études des Canonniers de Québec.

La relance du baseball ne dénaturera pas le sport, selon Jean-Philippe Roy

Les différents parcs de baseball retrouveront toute leur vitalité à compter du 8 juin à l’occasion de la reprise progressive des sports collectifs pratiqués à l’extérieur, comme l’a annoncé la ministre déléguée à l’Education, jeudi. Il en va de même pour le Stade Canac, où le dôme devrait bientôt disparaître du décor pour céder le terrain à ceux qui ont hâte de pratiquer à nouveau leur sport préféré.

Pour l’heure, la relance se fera dans le cadre d’entraînement supervisé et de concours d’habiletés, et si tout se passe bien, il pourrait y avoir des matchs dès la fin du mois de juin.

À LIRE AUSSI: Retour du sport d’équipe, bientôt sans souliers de Patof

«Pour le baseball, c’est une très belle journée. La date pour recommencer à jouer est rapide, dès ce lundi, et on pourra tenir des matchs pendant une bonne partie de l’été. S’il y avait un sport avantagé par les règles de distanciation, c’était bien le baseball», estimait Jean-Philippe Roy, vice-président régional de Baseball Québec et responsable du programme sport-études des Canonniers de Québec.

Selon lui, le baseball ne perdra pas de son lustre malgré les modifications que l’on devra y apporter pour respecter les mesures de la santé publique.

«Il y aura certains ajustements à faire, mais le baseball sera parmi les sports les moins dénaturés parce qu’il n’y a pas de contact. Notre sport va bien s’en sortir. S’il fait vivre un été sans but volé, avec un arbitre derrière le monticule et pas de jeu de glissade au marbre, on va le faire. Et qu’il n’y ait pas de receveur au niveau atome, ce n’est pas si grave.»

Dès lundi, Roy prévoit réunir les joueurs du programme sport-études dans le champ extérieur du Stade Canac, où les entraîneurs pourront tenir une première séance d’entraînement selon les directives en place. En plus du baseball de participation régional, il est convaincu qu’il y aura du baseball d’élite AA à Québec, et peut-être même de niveau midget AAA, ne serait-ce que dans un regroupement d’équipes de l’extérieur de la région de Montréal, si Baseball Québec et les autorités le permettent.

«Jusqu’à ce qu’on autorise les déplacements éloignés, la région de Québec est capable de s’autosuffire», notait celui qui est aussi membre du conseil d’administration du Complexe Baseball Victoria qui gère le Stade Canac.

L’organisme n’attend que la confirmation d’un soutien financier de la Ville de Québec pour enlever le dôme et redonner le terrain aux jeunes, car depuis la mi-mars, CBV ne génère aucun revenu.

«On ne peut se permettre que le stade soit fermé pendant deux mois», admettait Roy.

Il en coûte annuellement 85 000$ pour monter et démonter cet équipement régional. Si l’on procède comme prévu pour l’enlever à compter du 15 juin, le terrain serait disponible pour l’ouverture des camps de jour, vers le 22 juin.

«Le beau côté de l’annonce, c’est qu’il y a une forte possibilité que les jeunes retrouvent leur stade et que celui-ci soit occupé à 75% de son utilisation annuelle d’ici la fin de l’été. Au total, ce sont plus de 15 000 joueurs qui pourraient en profiter à nouveau», estimait Michel Laplante, qui porte les casquettes de président des Capitales, vice-président provincial de Baseball Québec et membre du conseil d’administration de CVB.

À LIRE AUSSI: Legault donne de l’espoir aux Capitales et aux Aigles

À LIRE AUSSI: Soccer: enfin le terrain!