Audrey Larroquette et Steve Charbonneau travaillent sur un livre de recettes réconfortantes proposées par les participants, bénévoles, partenaires et donateurs de la Fondation des sports adaptés.
Audrey Larroquette et Steve Charbonneau travaillent sur un livre de recettes réconfortantes proposées par les participants, bénévoles, partenaires et donateurs de la Fondation des sports adaptés.

La Fondation des sports adaptés se retrousse les manches

Comme bien des organismes à but non lucratif, la Fondation des sports adaptés (FSA), basée à Lac-Brome, doit se renouveler pour trouver des façons d’amasser des fonds et assurer sa survie après l’annulation d’importants événements-bénéfices, cet été. Souhaitant rassembler autrement ses participants, ses bénévoles, ses donateurs et ses partenaires ainsi que leur donner un objectif, la FSA leur a lancé l’idée de créer un livre de recettes réconfortantes.

Le tournoi de golf de la fondation, en juin, ainsi que deux autres tournois de golf organisés par des partenaires au profit de l’organisme ne pourront avoir lieu. Ces événements permettaient de couvrir une bonne partie des frais annuels. Le tiers du budget de la FSA — qui permet à des personnes vivant avec un handicap ou d’anciens combattants blessés de sortir de l’isolement en pratiquant le ski nautique, le ski alpin ou la course en sentier grâce à des équipements adaptés — provient d’événements-bénéfices.

Par contre, ce n’est pas une pandémie qui allait stopper les méninges de l’équipe.

« Steve Charbonneau, le directeur général, a un côté artistique. Il cuisine beaucoup et prend des photos qui nous font saliver, raconte Audrey Larroquette, coordonnatrice des événements et des projets spéciaux à la FSA. Et puis, à force de voir ça, les gens voulaient essayer les recettes. L’idée est sortie. »

Plutôt que de simplement se partager des recettes entre eux, participants, bénévoles, partenaires et donataires ont été invités à participer à la création d’un livre de recettes qui ont une signification réconfortante pour eux.

Créateur de souvenirs

« Je pense qu’on va avoir amplement de choix, mentionne M. Charbonneau, ex-footballeur au grand cœur. C’est sûr que chaque recette doit être accompagnée d’une belle photo. Et la beauté de ce livre-là, c’est que c’est un outil où on présente les gens. On leur demande pourquoi ils sont associés à la Fondation. Ça nous fait réaliser qu’on est importants pour eux. »

Le livre ne sera donc pas constitué que de recettes, mais aussi d’histoires. Le fondateur de la Fondation des sports adaptés, Peter Treacy, signera un mot, de même que le président du conseil d’administration, Brian Edwards. La mission de la FSA se fera ainsi connaître davantage.

Le souhait de l’équipe est que ce livre ne se démode pas dans le temps, qu’il soit sujet de conversations autour de la table à dîner, qu’il traîne constamment sur le coin du comptoir et qu’il soit créateur de doux moments.

Mme Larroquette a par ailleurs commencé à publier des capsules vidéos pour présenter, avec humour, quelques recettes choisies pour le livre — pour le plus grand bonheur de ses enfants — et faire saliver les internautes.

« On essaie de faire au moins une recette par semaine jusqu’à la sortie du livre. Deux, idéalement. Mais je ne veux pas faire de promesses parce qu’il faut les manger, ces recettes-là ! Je vais essayer d’en faire plusieurs, de faire sourire les gens et de leur donner envie de les essayer et de se procurer le livre. »

La date de sortie du livre n’est pas encore connue. Il reste encore beaucoup de travail à abattre pour que le livre soit aussi beau que bon. Il sera par ailleurs disponible en français et en anglais.

+

BRISER L'ISOLEMENT MALGRÉ LE CONFINEMENT

L’isolement a une signification particulière pour les participants de la Fondation des sports adaptés. Certains se sentent déjà isolés en raison de leur handicap et des soldats blessés vivent particulièrement mal avec le confinement.

Les activités de la FSA leur permettent, en temps normal, de sortir de leur isolement et d’avoir un sentiment de liberté, accompagné d’une bonne dose d’adrénaline. 

La saison de ski alpin adapté s’est terminée abruptement et, depuis, il n’est pas possible pour eux de considérer, pour l’instant, une saison de ski nautique adapté ou encore de course en sentier avec les Dahüs, des fauteuils roulants tout-terrain uniques qui permettent, grâce à l’énergie de deux à six coureurs, de se balader en forêt.

« On a deux catégories de participants. On a les soldats blessés et on a les personnes qui vivent en situation de handicap, explique Steve Charbonneau, directeur général de la FSA. Parmi les gens qui sont handicapés, on en a qui vivent normalement et leur limitation fonctionnelle n’est pas un handicap pour eux. D’autres sont handicapés par la situation. C’est entre les deux oreilles, souvent. Présentement, on est confiné à la maison et il se passe bien des affaires entre les deux oreilles pour bien du monde. »

Quant aux militaires blessés, ils vivent non seulement avec leur blessure physique, mais aussi bien souvent avec un choc post-traumatique. 

« Une semaine pour nous, ça passe vite, mais une semaine pour certains qui vivent avec leurs démons, ça peut être très long, confie M. Charbonneau. On est l’élément déclencheur qui les a fait sortir, donc on ne les laissera pas tomber. »

Depuis quelques semaines, l’équipe organise donc des rencontres en vidéoconférences pour discuter, pour prendre des nouvelles et même pour organiser des jeux. Dernièrement, Mme Larroquette a animé une séance virtuelle du jeu Jokes de papa et M. Charbonneau une grande roue. Dans les deux cas, les participants pouvaient gagner des prix. Des rencontres virtuelles où les sourires étaient contagieux.

Le projet de livre de recettes a aussi son effet rassembleur à travers les discussions.