Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les cas de COVID-19 ne font que diminuer depuis plusieurs semaines dans l’Est-du-Québec et sur la Côte-Nord.
Les cas de COVID-19 ne font que diminuer depuis plusieurs semaines dans l’Est-du-Québec et sur la Côte-Nord.

La COVID-19 continue de s’essouffler dans l’Est-du-Québec

Steeve Paradis
Steeve Paradis
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
L’annonce de François Legault mardi d’alléger les mesures de confinement dans l’Est-du-Québec et la Côte-Nord n’a évidemment rien de surprenant, si on considère leur situation épidémiologique. Les cas de COVID-19 ne font que diminuer depuis plusieurs semaines.

Sur la Côte-Nord, après une semaine de quatre nouveaux cas la semaine dernière, la santé publique régionale n’a rapporté que deux nouveaux cas au cours des sept derniers jours. Il s’agit là des deux seuls cas actifs chez les résidents de la région, après plusieurs journées sans aucun cas.

Il faut toutefois mentionner qu’une éclosion de moins de cinq cas concerne des travailleurs de l’extérieur de la région qui oeuvrent dans une installation minière de Fermont. La plupart de ces personnes, qui entrent dans la région sous le principe du fly in/fly out, ont été retournées de façon sécuritaire chez elles.

Même si, comme ailleurs au Québec, la région est à court de vaccin pour l’instant, le CISSS demande aux résidents de la Basse-Côte-Nord, de la Minganie et du secteur de Fermont à prendre rendez-vous pour recevoir une première dose du vaccin. La vaccination dans ces secteurs doit débuter le 10 février.

Le CISSS concentre les prochains vaccins dans ces régions, car elles sont éloignées et difficiles d’accès pour la plupart. Ces personnes recevront le vaccin produit par Moderna, car il n’y a pas les infrastructures nécessaires là-bas pour stocker le vaccin de Pfizer et BioNTech.

Amélioration aussi au Bas-Saint-Laurent

Comme ailleurs dans l’Est-du-Québec, le portrait épidémiologique du Bas-Saint-Laurent s’améliore de jour en jour, tant et si bien que seulement 11 nouveaux cas ont été enregistrés au cours des sept derniers jours. Ces nouvelles infections ont été recensées dans les MRC de La Mitis, de La Matapédia et de La Matanie. Un 30e décès s’est cependant ajouté au bilan total depuis le début de la pandémie. Le nombre d’hospitalisations est passé, mardi, de deux à trois.

Il ne reste que 16 cas actifs, alors que la région en comptait 24 il y a une semaine. Sur les 1 471 personnes qui ont contracté le virus depuis mars, 1 425 sont guéries. Une moyenne quotidienne de 564 tests de dépistage a été réalisée sur le territoire au cours des derniers jours.

Un seul milieu de soins est encore en éclosion: l’Unité transitoire de réadaptation fonctionnelle, située au Centre multiservices de Mont-Joli. Deux nouveaux cas se sont ajoutés à cette éclosion vendredi et lundi, pour totaliser 40 personnes contaminées, soit 26 usagers et 14 employés.

La vaccination se poursuit au Bas-Saint-Laurent avec l’arrivée de nouvelles doses du vaccin Moderna. «Des arrivages importants sont également prévus pour les semaines suivantes, assure le conseiller aux relations avec les médias, Gilles Turmel. Plusieurs sites de vaccination sont déjà identifiés dans les huit MRC du Bas-Saint-Laurent. La formation des équipes de vaccinateurs et d’injecteurs se poursuit également.»

Le CISSS a nommé officiellement une directrice de la vaccination COVID. Il s’agit de Murielle Therrien qui avait déjà la responsabilité de la campagne depuis décembre.

La Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine sont également en très bonne posture. Au cours de la dernière semaine, un seul cas a été répertorié sur le territoire. Ce dernier, qui se trouve dans la MRC du Rocher-Percé, est d’ailleurs officiellement guéri, ne laissant plus de cas actifs dans la péninsule. 

Avec la collaboration de Johanne Fournier et Simon Carmichael