Le brigadier général précise que les militaires ont reçu une formation adéquate avant d’être affectés dans les établissements, entre autres pour bien se protéger, pour donner des soins de chevet et pour déplacer de manière sécuritaire des patients.
Le brigadier général précise que les militaires ont reçu une formation adéquate avant d’être affectés dans les établissements, entre autres pour bien se protéger, pour donner des soins de chevet et pour déplacer de manière sécuritaire des patients.

La COVID-19 atteint quelques militaires déployés au Québec et en Ontario

OTTAWA — Les Forces armées canadiennes confirment que cinq des leurs ont été infectés pendant leur déploiement dans les établissements de soins de longue durée où sévit la COVID-19.

Quatre de ces soldats étaient assignés à des CHSLD au Québec, le cinquième l’était en Ontario.

«C’est une situation comme on sait où il y a des risques», a souligné le premier ministre Justin Trudeau lorsqu’il a été invité à commenter cette information.

«Nous allons nous assurer qu’on continue et on renforce les mesures pour assurer que nos forces armées demeurent en sécurité autant que possible. Et bien sûr, nous allons nous assurer que la COVID-19 ne se répande pas à l’intérieur de nos forces armées. Nous allons prendre les actions nécessaires», a-t-il ajouté lors de son point de presse, vendredi en fin d’avant-midi.

Dans un communiqué diffusé moins de deux heures plus tard, les autorités militaires ont offert les mêmes assurances.

Les militaires sont logés dans des hôtels avec des «systèmes indépendants d’alimentation, de transport et de buanderie», a-t-on écrit.

Et puis, s’il devait y avoir transfert d’un établissement à un autre, les militaires se soumettraient d’abord à une vérification de leur état de santé et «toutes les mesures sanitaires personnelles seront appliquées à la lettre», a-t-on également promis.

Dr Horacio Arruda n’avait pas plus d’informations à fournir sur la situation des quatre militaires, lors de la conférence de presse à Montréal à laquelle il a participé, en après-midi. La santé de ces soldats «évolue bien», à ce qu’en sait le directeur national de la santé publique du Québec.

À ses côtés, le premier ministre François Legault a refusé de dire quel «plan de contingence» il a, dans l’éventualité où plusieurs militaires seraient frappés par la maladie.

«J’espère que ça ne va pas arriver», s’est contenté de répondre M. Legault, estimant «hypothétique» la question du journaliste.

Les Forces armées promettent d’annoncer le nombre de cas chez les militaires tous les 15 jours. Une mise à jour sera donc publiée le 29 mai prochain.

On compte en ce moment environ 1400 militaires qui oeuvrent dans 25 établissements au Québec et 275 militaires dans cinq établissements ontariens.