La Commissaire à la santé enquêtera sur la performance du réseau de la santé durant la pandémie, mais elle n’aura pas tous les pouvoirs d’une commission d’enquête.
La Commissaire à la santé enquêtera sur la performance du réseau de la santé durant la pandémie, mais elle n’aura pas tous les pouvoirs d’une commission d’enquête.

La Commissaire à la santé enquêtera sur la performance du réseau durant la pandémie

Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
La Commissaire à la santé et au bien-être se penchera sur la performance du réseau de la santé durant la pandémie, mais elle n’aura pas tous les pouvoirs d’une commission d’enquête.

Le gouvernement Legault est toutefois prêt à accorder à la commissaire Joanne Castonguay le pouvoir de contraindre les témoins si elle le requiert, a laissé entendre le ministre de la Santé, Christian Dubé.

En conférence de presse mercredi à l’Assemblée nationale, il a dit qu’il était important de faire la lumière sur ce qui était arrivé pendant la pandémie.

Cependant, il estime que pour avoir des réponses plus rapidement, il n’est pas nécessaire d’accorder à la commissaire tous les pouvoirs d’une commission d’enquête.

Cependant, M. Dubé assure que le gouvernement acceptera de créer une commission d’enquête si Mme Castonguay le requiert.

«Si Mme Castonguay jugeait qu’il est important pour elle d’avoir, le pouvoir d’astreindre des gens (à comparaître), ce qui pourrait se faire par une commission d’enquête, on lui répondra affirmativement. Mais on ne pense pas qu’en ce moment, c’est le besoin.»

Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, s’est adressé au premier ministre François Legault sur cet enjeu. Il lui a demandé pourquoi il n’a pas mis sur pied une commission d’enquête comme son homologue ontarien Doug Ford.

«Le premier ministre ne devrait pas craindre une commission d’enquête, puisqu’il nous dit que la seule erreur qu’il a commise, c’est de ne pas avoir payé à temps les préposés aux bénéficiaires, a-t-il déclaré. Pourquoi avoir choisi une commission inoffensive, non contraignante, qui ne permettra pas d’aller au fond des choses?»

Joanne Castonguay sera assistée de deux experts dans le domaine de la santé, Anne Lemay et Jean-Louis Denis. Elle devra rendre son rapport d’ici au 1er septembre 2021.