La députée bloquiste de Trois-Rivières, Louise Charbonneau.
La députée bloquiste de Trois-Rivières, Louise Charbonneau.

«Je suis inquiète… j’ai peur»: la députée Louise Charbonneau pleure sa soeur, emportée par la COVID

TROIS-RIVIÈRES — C’est par téléphone que Louise Charbonneau a du faire ses adieux à sa sœur Danielle, sa grande confidente de toujours. La sœur de la députée bloquiste de Trois-Rivières a été emportée par la COVID-19, quelques jours seulement après avoir contracté la maladie.

«La semaine dernière, j’avais une sœur qui était pleine de vie», a confié par téléphone Louise Charbonneau.

«Danielle et moi avions un lien très fort. Nous avons vécu beaucoup de choses ensemble. Elle m’a toujours accompagnée et guidée. Elle était un exemple pour moi. Un exemple de ténacité et de volonté. Elle était une femme créative, heureuse, humaine et qui mettait des fleurs partout et de la joie dans sa vie.»

Originaire de Cap-de-la-Madeleine, Danielle Charbonneau vivait dans une résidence pour personnes âgées de Longueuil. Forte de ses 73 années de vie, elle s’intéressait toujours à l’actualité «avec passion», se souvient sa sœur.

«Elle était au courant de ce qui se passait. Elle lisait un livre actuellement sur Jean Charest et elle avait ma pancarte électorale dans sa chambre», ajoute la députée du Bloc québécois avec un léger sourire perceptible dans la voix.

«Je suis inquiète, j’ai peur»

De ses appartements, Danielle savait qu’un tueur invisible rôdait dans plusieurs CHSLD et résidences pour personnes âgées de la province. «Elle m’a dit: ‘‘j’ai peur de la COVID. Il y a des femmes ici à la résidence, il y a des gens qui partent et on a plus de nouvelles. Je suis inquiète… j’ai peur’’», raconte Louise Charbonneau.

Danielle Charbonneau, la soeur de la députée de Trois-Rivières, a été emportée par la COVID-19.

Il y a tout juste une semaine, le 9 mai, Louise Charbonneau a reçu l’appel qu’elle redoutait tant. Son neveu lui apprenait que sa sœur avait contracté le coronavirus. «À la suite d’un évanouissement, elle a été transférée à l’hôpital Pierre-Boucher de Longueuil et c’est là qu’on a découvert qu’elle était atteinte de la COVID-19», explique la députée bloquiste

L’état de santé de sa sœur s’est ensuite rapidement détérioré, souligne Louise Charbonneau. «Je lui ai parlé cette semaine et elle avait beaucoup de difficulté à respirer. Elle me disait: ‘‘c’est la souffrance la plus intense que j’ai jamais vécue’’», avoue-t-elle.

Après des jours à lutter contre la maladie, Danielle Charbonneau s’est éteinte vendredi matin. «Elle est décédée toute seule», déplore sa sœur.

En raison des risques de contagion importants, ses proches n’ont pas pu l’accompagner vers son dernier voyage. Ils se doivent maintenant de vivre leur deuil chacun de leur côté, car aucune cérémonie funéraire ne peut avoir lieu. Des circonstances extrêmement difficiles à vivre, avoue la députée de Trois-Rivières.

Le choix déchirant d’une députée

Louise Charbonneau aurait pu aller voir sa sœur dans ses derniers instants de vie, mais elle aurait dû se placer en isolement durant deux semaines par la suite en plus de risquer de contracter elle-même la maladie. Elle a dû faire un choix très déchirant, précise-t-elle.

«Mon rôle de députée me retenait. On a du travail à faire et il y a des citoyens qui ont besoin de nous. Je veux les aider», note-t-elle.

Malgré le deuil, la députée de Trois-Rivières a accepté de livrer un témoignage au Nouvelliste pour qu’on réalise que derrière les statistiques quotidiennes sur la COVID-19, il y a des femmes et des hommes qui sont des sœurs, des frères, des parents ou encore des grands-parents. Précédée dans la mort par son mari Michel Gosselin, Danielle Charbonneau laisse d’ailleurs dans le deuil un fils et une fille, ainsi que quatre petits-enfants.

«Ça met un visage à la COVID-19, ce qui arrive dans les résidences pour personnes âgées puis le travail exceptionnel des infirmières qui m’ont laissé lui parler, même si elle était dans un état d’inconscience», estime Louise Charbonneau.