Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

En zone jaune, la Côte-Nord vise à éteindre les «petits feux» de COVID-19

Steeve Paradis
Steeve Paradis
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
Même si la Côte-Nord est au niveau d’alerte jaune depuis vendredi dernier, pas question de baisser la garde pour la direction régionale de santé publique. On veut même augmenter le nombre de tests de dépistage pour les gens qui sont sortis de la région.

Pour ce faire, le médecin-conseil en santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord, le docteur Richard Fachehoun, recommande fortement aux résidents des MRC de l’ouest de la région, soit La Haute-Côte-Nord, Manicouagan et Sept-Rivières, de se faire dépister à leur retour dès qu’ils ont passé plus de 24 heures dans une zone orange ou rouge.

«Ça va nous permettre d’être réactif et ça va nous permettre d’éteindre les petits feux», a-t-il lancé lors du premier point de presse COVID en près d’un mois sur la Côte-Nord.

Pour les résidents de l’est et du nord de la région, soit les MRC de Minganie, de la Basse-Côte-Nord et de Caniapiscau, ce test de dépistage au retour et au septième jour est obligatoire depuis la mise en place du protocole de gestion des entrées sur ces territoires.

Tout résident de l’extérieur qui débarque dans ces trois MRC doit aussi subir un test de dépistage. Le CISSS a instauré ce protocole afin d’éviter la propagation de la COVID-19 dans les communautés isolées ou plus vulnérables, comme notamment chez les Innus.

Vaccination

Jusqu’ici, 30 % de la population nord-côtière est vaccinée. Ce pourcentage grimpe à 38 % chez les 18 ans et plus. En Basse-Côte-Nord, 79 % des adultes sont vaccinés, comparativement à 30 % en Haute-Côte-Nord. Un total de 91 % des Nord-Côtiers de 80 ans et plus, de 88 % des 70 à 79 ans et de 45 % des 60 à 69 ans ont reçu une première dose de vaccin.

Le Dr Fachehoun a profité de l’occasion pour rappeler qu’il faut au moins que 70 % de la population en général soit vaccinée pour obtenir une immunité collective. Individuellement, cette immunité est acquise deux semaines après avoir reçu la deuxième dose du vaccin.

Même si la Côte-Nord n’a connu qu’un seul nouveau cas de COVID-19 au cours des deux dernières semaines, le médecin-conseil s’est dit inquiet pour la région «quand je regarde ce qui se passe au Bas-Saint-Laurent et dans la Capitale-Nationale», où les cas d’infections dus à un variant du coronavirus sont en nette augmentation.

«D’ici deux à trois semaines, les variants seront prédominants au Québec», a ajouté le Dr Fachehoun, en faisant valoir au passage que si la Côte-Nord se trouve pour l’instant au niveau jaune des paliers d’alerte, «c’est le résultat de l’adhésion de la population aux mesures sanitaires».