En raison du plan imminent de déconfinement au Québec et de l‘éventuelle ouverture des régions moins infectées à la venue de visiteurs des villes plus touchées par la COVID-19, Yv Bonnier-Viger, directeur de la santé publique en Gaspésie et aux Îles, et ses collègues des régions recommandent «de maintenir le plus longtemps les points de contrôle».
En raison du plan imminent de déconfinement au Québec et de l‘éventuelle ouverture des régions moins infectées à la venue de visiteurs des villes plus touchées par la COVID-19, Yv Bonnier-Viger, directeur de la santé publique en Gaspésie et aux Îles, et ses collègues des régions recommandent «de maintenir le plus longtemps les points de contrôle».

Deux nouveaux cas de COVID-19 en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine

CARLETON – La Direction de la santé publique de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine rapporte deux nouveaux cas de COVID-19, ce qui porte le total régional à 165 depuis le début de la pandémie. Les deux nouveaux cas ont une origine connue, mais ils ne sont pas rattachés aux trois principales grappes de la région. Pour une douzième journée de suite, aucun décès n’est signalé dans la péninsule et l’archipel en lien avec la pandémie.

Cinq personnes s’ajoutent aux guérisons, pour un total de 59 et la Direction de la santé publique ne signale aucune hospitalisation supplémentaire. Deux personnes sont soignées à Rimouski, mais pas aux soins intensifs. Le nombre de travailleurs de la santé infectés reste à 38 lundi.

D’autre part, en raison du plan imminent de déconfinement au Québec et de l‘éventuelle ouverture des régions moins infectées à la venue de visiteurs des villes plus touchées par la COVID-19, Yv Bonnier-Viger, directeur de la santé publique en Gaspésie et aux Îles, et ses collègues des régions recommandent «de maintenir le plus longtemps possible les points de contrôle».

Sans donner de date, il fait référence au début de l’été et à la venue des touristes. Il associe la notion de «plus longtemps possible» à une modification des règles, pour que le tourisme se limite au camping, par exemple.

Le docteur précise que les propriétaires de résidences secondaires seront idéalement soumis à une quarantaine à l’arrivée. D’autre part, il convient qu’une quarantaine s’adapte mal à la réalité des visiteurs en court séjour.

«Il y a un risque assumé; que les gens qui viennent risquent d’apporter le virus», dit-il. Le médecin rappelle que le déconfinement et le décloisonnement des régions obligera tout le monde à la nécessité de prendre les mêmes précautions, dont la nécessité pour les personnes symptomatiques de se mettre en retrait, le lavage de mains et la distanciation sociale.