Anne-Lise M. Plante, copropriétaire de la compagnie gatinoise ALLasleep, montre ici un prototype de masque de protection qu’elle fabrique dans son atelier de Gatineau.
Anne-Lise M. Plante, copropriétaire de la compagnie gatinoise ALLasleep, montre ici un prototype de masque de protection qu’elle fabrique dans son atelier de Gatineau.

Des entreprises de Gatineau répondent à la demande de masques

La pandémie de la COVID-19 et la décision des autorités publiques de finalement recommander aux citoyens le port d’un masque lors de certaines sorties ont obligé de petites entreprises de Gatineau à bonifier leur offre de produits pour répondre à une demande fulgurante.

Anne-Lise M. Plante est copropriétaire avec sa sœur et sa mère de la compagnie ALLasleep, une entreprise spécialisée dans la confection de masques pour les yeux afin de faciliter le sommeil en voyage.

ALLasleep travaillait déjà sur un prototype de masque de protection pour le visage pour des clients qui voyagent en avion et qui voulaient un tel accessoire afin de se protéger de l’air recyclé.

La pandémie est venue bousculer les choses, et à l’intérieur de 24 heures plus tôt cette année l’entreprise a converti son procédé de fabrication.

« Quand on a vu la situation se développer avec la COVID-19, on a décidé d’être proactives, et on a complètement changé la chaîne de production de nos masques de voyage pour des masques hygiéniques », a expliqué Mme M. Plante.

Les composantes sont sensiblement les mêmes, ce qui a permis à ALLasleep de procéder rapidement. Ça fait d’ailleurs un peu plus de trois mois que l’entreprise fabrique des « masques coronavirus ».

« Nous avons nos tissus, nous les coupons ici. On a juste changé le patron du masque et on a commencé à les fabriquer », a précisé la femme d’affaires, dont les masques hygiéniques sont vendus avec deux filtres.

Anne-Lise M. Plante porte un masque de protection fabriqué par la compagnie ALLasleep.

« Nous voulions faire quelque chose que nous, on voudrait utiliser. Le masque a un filtre pour les postillons, qui est résistant à l’eau et qui est lavable. On l’a fait pour qu’il s’attache derrière la tête », a partagé Mme M. Plante, précisant que cette caractéristique est plus confortable par rapport aux élastiques aux oreilles.

L’entreprise de six employés située dans le parc industriel de Gatineau reçoit des milliers de commandes chaque jour. Le délai est d’environ sept jours avant l’expédition.

Anick Archambault a elle aussi dû modifier la production de son entreprise Créations P’tit Oiseau en raison de la demande de ses clients.

Mme Archambault est seule dans son entreprise, elle qui en temps normal confectionne des produits personnalisés comme des sacs à collation, des essuie-tout, des serviettes hygiéniques, des bavettes pour bébé, tous des produits lavables et écolos, précise-t-elle.

Créations P’tit Oiseau est en quelque sorte un passe-temps pour elle puisqu’elle travaille à temps complet dans le secteur public.

Sa mère lui donne un coup de main ces temps-ci en raison de la popularité des masques. Elle hésitait à fabriquer l’accessoire de protection au début, mais elle a cédé sous la pression des clients.

« Ça fait un mois que j’ai commencé à faire des masques. La demande était là. J’avais tellement de clients qui en voulaient que j’ai décidé d’en fabriquer », a indiqué Mme Archambault, qui propose un modèle de masque avec trois grandeurs.

Les clients en commandent plusieurs à la fois, et les demandes affluent, ce qui fait qu’elle a été obligée de fermer à au moins deux occasions son carnet de commandes.

« J’ai d’autres commandes pour les autres produits aussi. J’essaie donc de faire ça entre les masques, sans négliger mes clientes », a souligné Mme Archambault.

Ses masques aux motifs variés ont deux épaisseurs de coton et peuvent être portés avec des élastiques aux oreilles ou attachés autour de la tête.

Ses commandes viennent d’un peu partout au Québec.