L'état d'urgence est prolongé jusqu'au 26 mai à Montréal.
L'état d'urgence est prolongé jusqu'au 26 mai à Montréal.

COVID-19: l’état d’urgence renouvelé à Montréal

MONTRÉAL — Sans surprise, le comité exécutif de la Ville de Montréal a renouvelé l’état d’urgence, jusqu’au 26 mai, sur l’ensemble du territoire de l’agglomération de Montréal en raison de la pandémie de COVID-19.

Décrété le 27 mars dernier, l’état d’urgence local accorde des pouvoirs exceptionnels à la métropole pour faire face à la pandémie.
On rapportait 349 cas confirmés de plus dans la région de Montréal vendredi, pour un total de 23 413 personnes infectées. La région de Montréal compte ainsi la moitié des cas confirmés de la maladie au Québec.

Le bilan présenté vendredi faisait état de 46 141 personnes infectées dans la province, dont 65 nouveaux décès, pour un total de 3865 personnes qui ont succombé à la COVID-19 depuis le début de la crise en mars dernier.

Parmi les 1479 personnes hospitalisées vendredi, 171 patients étaient soignés aux soins intensifs.

La prochaine mise à jour de Santé Québec devrait avoir lieu samedi après-midi. Toutefois, il n’y aura pas de conférences de presse du premier ministre François Legault et de son homologue fédéral Justin Trudeau qui prennent donc une pause en fin de semaine.

Vendredi, la vice-première ministre du Québec Geneviève Guilbault et la ministre de la Culture, Nathalie Roy, ont annoncé la réouverture des musées, des comptoirs de prêt des bibliothèques et des cinq cinéparcs de la province à partir du 29 mai.

Les consignes sanitaires, dont la distanciation de deux mètres, devront être appliquées en tout temps. Les cinéparcs devront garder leurs aires de jeu fermées et leurs restaurants ne pourront offrir que des commandes pour emporter.

Par ailleurs, les studios d’enregistrement et la captation de spectacles en salle, sans public, pourront reprendre leurs activités à compter du 1er juin, en observant des règles très strictes, dont le maintien d’une distance de deux mètres entre les personnes sur scène ou en studio et la réduction de l’équipe technique à un maximum de cinq personnes.