COVID-19: la Gaspésie «sur la bonne voie», dit la santé publique

Simon Carmichael
Simon Carmichael
Initiative de journalisme local - Le Soleil
Après avoir été le théâtre de deux éclosions majeures dans les dernières semaines, la situation semble se stabiliser dans la péninsule gaspésienne, alors qu’on rapporte peu de cas dans les communautés au cours des derniers jours. Si la bataille n’est pas encore gagnée, la région est sur «la bonne voie», selon le directeur de la santé publique.

En début de deuxième vague, la Baie-des-Chaleurs s’est rapidement retrouvée témoin d’une importante éclosion de COVID-19, touchant autant la communauté que les centres d’hébergement pour ainés, plaçant la zone en tête de liste des régions les plus infectées de la province. Quelques semaines plus tard, la Côte-de-Gaspé était à son tour touchée par une éclosion majeure, notamment au Manoir Saint-Augustin, où plus de 100 personnes ont contracté la maladie. 

Dans les derniers jours, le virus semble être moins virulent dans la péninsule, une vingtaine de cas ont été recensés, dont plusieurs dans des milieux fermés tels que le centre de détention de New Carlisle. Selon le directeur de la santé publique gaspésienne, le Dr Yv Bonnier-Viger, le travail de sensibilisation fait par les équipes de la santé publique a porté ses fruits. «Nos équipes ont beaucoup travaillé avec les milieux pour expliquer la notion de famille, qui n’est pas la même pour tous. Une ‘’famille’’, c’est un groupe de personnes vivant à la même adresse», note-t-il.

Des fêtes sous haute surveillance

La santé publique gaspésienne reste tout de même méfiante pour les prochaines semaines, notamment avec la période des fêtes. «Techniquement les gens ont le droit de fêter sans limites pendant quatre jours. Si on réfléchit en termes de droits plutôt qu’en prévention, ça peut être inquiétant», croit le Dr Bonnier-Viger, qui fêtera de son côté avec sa conjointe et une de ses filles, plutôt que la fête familiale habituelle rassemblant près de 70 personnes.  

Selon lui, le contrat moral proposé par le premier ministre était nécessaire, même s’il comporte certains risques. « Les gens ont besoin de se rencontrer. C’est un risque qu’on pouvait se permettre. De toute façon, on aime mieux mettre un certain cadre que d’opter pour un non catégorique où les gens se rencontreraient sans balises», conclut-il. 

Bilan quotidien

Le CISSS de la Gaspésie rapportait 15 nouvelles infections de COVID-19, mercredi. «Mais plusieurs sont en milieu fermé», note la porte-parole de l’établissement, Clémence Beaulieu-Gendron. «Dans une petite région, c’est normal que ça varie d’un jour à l’autre, mais on est sur la bonne voie», soutient le Dr Bonnier-Viger.

Les cas sont répartis un peu partout dans la péninsule, la MRC de Rocher-Percé ayant la plus forte hausse avec six nouveaux cas. Cinq infections s’ajoutent dans la Côte-de-Gaspé, deux dans Bonaventure et un seul en Haute-Gaspésie. 

Une personne supplémentaire est décédée de la COVID-19 dans la région, portant le total à 40 décès. Elle résidait au CHSLD Mgr-Ross de Gaspé, où cinq résidents et «moins de cinq» employés ont reçu des diagnostics positifs à la maladie. 

Sept personnes sont actuellement hospitalisées en Gaspésie et aux Iles, qui comptent 114 cas actifs. Il y a une semaine exactement, c’était 209 personnes qui étaient atteintes de la maladie dans la péninsule.