Le Dr Horacio Arruda, le ministre Christian Dubé et le Dr Eric Litvak ont présenté un système d’alertes et d’interventions régionales développé par la Santé publique du Québec, à Montréal, mardi. 
Le Dr Horacio Arruda, le ministre Christian Dubé et le Dr Eric Litvak ont présenté un système d’alertes et d’interventions régionales développé par la Santé publique du Québec, à Montréal, mardi. 

COVID-19: la Capitale-Nationale passe au code jaune [PHOTOS]

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
La Capitale-Nationale est, avec les régions de l’Outaouais, de l’Estrie et de Laval, passée en mode «préalerte», ou au jaune, selon le nouveau système de surveillance de la COVID-19 établi par le gouvernement. Cela signifie que «des feux sont allumés» et qu’il faut redoubler de vigilance, a résumé mardi le ministre de la Santé, Christian Dubé. Le CIUSSS de la Capitale-Nationale a d’ailleurs annoncé l’ouverture mercredi d’un troisième centre de dépistage sans rendez-vous dans l’ouest de la ville de Québec.

Pour le ministre Dubé, une région en préalerte signifie notamment qu’il «va y avoir plus de communication et d’actions de santé publique, plus d’inspections, plus de gens sur le terrain». «Les gens vont le voir qu’ils sont dans une région qui est plus à risque, ils vont le sentir», a-t-il expliqué en conférence de presse. 

«Ensuite on va inviter plus de groupes spécifiques à se faire tester. Vous l’avez vu dans la région de Québec, ce qui est arrivé [avec le karaoké au bar Kirouac], malheureusement, c’est rendu à avoir un impact sur les écoles. C’est triste ce qui arrive là!» a laissé tomber le ministre, précisant qu’il y aura aussi «des contraventions supplémentaires, ça, c’est sûr». «On avait été indulgent à date, on va en donner plus», a-t-il prévenu.

Vérification faite auprès du Service de police de Québec (SPVQ), les enquêtes entourant le bar Kirouac, son tenancier et le ou les client(s) infecté(s) par le virus qui aurai(en)t fait fi des consignes d’isolement en visitant d’autres établissements n’auraient révélé «aucune infraction criminelle». 

Le SPVQ a également indiqué qu’aucun constat d’infraction n’avait été remis lors des patrouilles préventives effectuées dans les bars de Québec durant le long congé de la Fête du Travail. 

La semaine dernière, la Direction de santé publique de la Capitale-Nationale avait dû émettre des ordonnances pour forcer un individu à s’isoler et un autre à collaborer à une enquête épidémiologique.

À propos du niveau de préalerte attribué à la Capitale-Nationale, le directeur régional de santé publique par intérim, le Dr Jacques Girard, a tenu à souligner mardi que «nous avons tous une responsabilité pour limiter la transmission du virus».

«Il faut aujourd’hui se reconnecter rapidement à la réalité, appliquer plus vigoureusement et renforcer les mesures de base, tout en limitant nos contacts dans les prochaines semaines. C’est une invitation à la vigilance et à la prudence, surtout lors de rassemblements. J’invite tous les citoyens à prendre cette préalerte très au sérieux et à assumer leurs responsabilités pour limiter la transmission de la COVID‐19 dans notre région», a déclaré par voie de communiqué le Dr Girard, tout en réitérant «l’importance pour ceux qui ont des symptômes d’aller se faire dépister rapidement et de demeurer isolés en attendant leur résultat».

39 nouveaux cas

Dans son bilan de lundi, le CIUSSS de la Capitale-Nationale faisait état de 51 nouveaux cas de COVID-19 en 24 heures, un record depuis le début de la pandémie. 

Mardi, 39 nouveaux cas se sont ajoutés dans la région, pour un total de 144 depuis vendredi. Pour une sixième journée, la Capitale-Nationale était mardi au-dessus de la barre des 20 cas quotidiens par million d’habitants fixée par le ministre Dubé, qui considère ce seuil comme une reprise de la pandémie, après l’accalmie estivale.


« Les gens vont le voir qu’ils sont dans une région qui est plus à risque, ils vont le sentir »
Le ministre de la Santé, Christian Dubé

Depuis la fin de semaine du 29 août, le CIUSSS a rapporté un total de 68 cas cumulés liés au bar Kirouac (cinq de plus que la veille), qui ont généré plusieurs cas secondaires dans la communauté, notamment chez des élèves d’au moins quatre écoles de la région. «Pour éviter la confusion» entre les cas directs et les cas secondaires, seuls les cas directs seront dorénavant diffusés, a indiqué le CIUSSS mardi. 

Une éclosion a également été signalée il y a quelques jours à la microbrasserie La Souche, dans Limoilou, qui comptait mardi 12 cas confirmés de COVID-19, soit cinq de plus que la veille.

Selon le CIUSSS, les rassemblements privés et les bars sont actuellement identifiés comme des vecteurs privilégiés de propagation en raison notamment de la «proximité des participants» et du «port du masque aléatoire». 

Une quinzaine d’écoles touchées

Au total, 15 établissements scolaires de la région de Québec doivent composer avec la COVID-19 depuis le début de la rentrée. Aucune éclosion n’a toutefois encore été rapportée, de sorte que les établissements touchés demeurent tous ouverts. Seul les élèves infectés et leurs cas contacts ont été mis en isolement. 

Ces écoles sont la Polyvalente de Charlesbourg, les écoles secondaires Jean‐de‐Brébeuf et de Neufchâtel, les écoles primaires Jules‐Emond, Les Prés‐Verts, des Hauts‐Clochers, du Cap‐Soleil, La Grande‐Hermine, Dominique‐Savio, Sainte‐Claude, du Beauséjour et des Jeunes-du-Monde, de même que l’école des Ursulines de Québec et le Centre de formation professionnelle Louis‐Jolliet. 

Le Cégep Limoilou, campus de Charlesbourg, a également signalé un cas de COVID-19, mardi. Là encore, seule la personne infectée a été retirée de l’établissement, de même que ses contacts proches, qui sont isolés pour 14 jours. 

27 cas chez les résidents de Place Alexandra

Quatre milieux d’hébergement pour aînés sont par ailleurs aux prises avec des éclosions. Parmi eux, la résidence privée pour aînés (RPA) Place Alexandra, dans le secteur de Beauport, où on dénombrait mardi un total de 27 résidents (deux de plus que la veille) et «moins de cinq» employés infectés. 

«Pour des raisons de confidentialité», le CIUSSS ne précise plus le nombre exact de cas lorsqu’il est inférieur à cinq «afin d’éviter d’identifier les personnes infectées». 

Selon le CIUSSS, «tous les tests de dépistage ont été effectués à la RPA Place Alexandra, et tous les résultats ont été reçus».

À la résidence intermédiaire (privée) Clairière du Boisé, on dénombrait toujours mardi cinq usagers et «moins de cinq» employés atteints du virus. Le CIUSSS signalait également moins de cinq cas tant chez les usagers que chez les employés de la RPA Kirouac et du CHSLD Louis-Hébert, qui comptaient respectivement six et trois cas cumulés en date de lundi.

«Les situations sont différentes d’un endroit à l’autre, mais il est possible que le plan de déconfinement du 18 juin, en autorisant les visites et sorties dans les centres d’hébergement, ait facilité la transmission du coronavirus. Les milieux frappés par une éclosion tombent, bien entendu, sous le coup de mesures de prévention et de contrôle des infections rigoureuses qui prévoient notamment les isolements appropriés», a indiqué mardi un porte-parole du CIUSSS, Mathieu Boivin.

Depuis le début de la pandémie, le CIUSSS a recensé 2323 personnes infectées dans la Capitale-Nationale, dont 1798 sont rétablies et 197 sont décédées, pour un total de 328 cas (confirmés) actifs. 

Le bilan de mardi du CIUSSS faisait état de 11 personnes hospitalisées pour complications (quatre de plus que la veille), dont deux aux soins intensifs (comme la veille). Neuf personnes issues des milieux d’hébergement sont par ailleurs isolées en milieu hospitalier (+1). 

Nouveau centre de dépistage

Dès mercredi matin, une nouvelle installation sera ouverte dans l’ouest de la ville, dans l’ancien garage du concessionnaire Hyundai de Sainte-Foy (au 2400, avenue Dalton, dans le Parc Colbert).

La situation dans la Capitale-Nationale a amené le CIUSSS à augmenter sa capacité de dépistage de 600 prélèvements supplémentaires par jour. Dès mercredi matin, une nouvelle installation sera ouverte dans l’ouest de la ville, dans l’ancien garage du concessionnaire Hyundai de Sainte-Foy (au 2400, avenue Dalton, dans le Parc Colbert). Au total, quelque 1900 tests par jour pourront être effectués dans la région.  

Depuis deux semaines, le taux de positivité des tests de dépistage atteint 2,9%, a indiqué le CIUSSS au Soleil, mardi. «Cela nous indique que ce sont les bonnes personnes qui sont allées se faire dépister», mentionne la porte-parole Annie-Ouellet.

Entre le 30 août et le 5 septembre, près de 6650 tests de dépistage ont été effectués dans la région, selon les données du CIUSSS.

La clinique de dépistage du Parc Colbert offrira des accès aux voitures ainsi qu’un accès piétonnier pour la clinique ambulatoire. Elle sera ouverte tous les jours de 7h à 20h, précise le CIUSSS dans un communiqué.

Par ailleurs, vu l’achalandage, le centre de dépistage d’Expo Cité demeurera ouvert de 8h à 17h jusqu’à nouvel ordre. La population peut aussi se présenter sans rendez-vous au centre Fleur de Lys, ouvert tous les jours de 7h à 20h.

17 nouveaux cas dans Chaudière-Appalaches 

Dans Chaudière-Appalaches, le CISSS rapportait mardi 17 nouveaux cas confirmés de COVID-19 depuis la publication de son dernier bilan, vendredi. La RPA Le Saint-Guillaume, à Saint-Georges, dénombre maintenant 15 personnes infectées (neuf de plus que vendredi), soit 10 résidents et cinq travailleurs. Tous les résidents et les travailleurs ont été dépistés au cours des derniers jours, a précisé le CISSS de Chaudière-Appalaches mardi.

Vendredi, le CISSS indiquait avoir mis tous les résidents en isolement dans leur chambre, renforcé les mesures d’hygiène, ajouté un gardien de sécurité à la résidence et limité les visites aux proches aidants seulement, avec l’application de mesures additionnelles. Une équipe de professionnels et de soins a également été mise en place pour s’assurer que l’état de santé de tous les résidents soit évalué et surveillé, précisait-il.

Les 17 nouvelles contaminations portent à 665 le nombre de personnes infectées dans Chaudière-Appalaches depuis le début de la pandémie. De ce nombre, 608 sont maintenant rétablies, huit sont décédées et aucune n’est hospitalisée. On compte donc actuellement 49 cas (confirmés) actifs dans la région.