Plus de la moitié des 312 médiateurs familiaux au Québec membres de l'AMFQ offrent la médiation à distance.
Plus de la moitié des 312 médiateurs familiaux au Québec membres de l'AMFQ offrent la médiation à distance.

COVID-19 et conflits familiaux: la médiation à la rescousse

Stéphanie Marin
La Presse Canadienne
Alors que les tribunaux du Québec fonctionnent au ralenti pendant la crise sanitaire, des problèmes familiaux, comme les conflits de garde d'enfants, ne peuvent pas être tous mis «sur pause». Des parents se tournent ainsi vers la médiation, qui peut être faite à distance en se servant d'outils technologiques comme la visioconférence.

L'Association des médiateurs familiaux du Québec (AMFQ) voit une hausse des demandes d'information, ainsi que des demandes de médiateurs qui veulent adhérer au regroupement depuis le début de la pandémie, indique la vice-présidente de l'Association, Claudine Cusson, avocate et médiatrice.

Après le choc initial de clients qui ont reporté leurs séances de médiation quand les mesures sanitaires ont été imposées, Me Cusson, qui s'occupe de dossiers en familial mais aussi dans d'autres domaines du droit, a elle-même a constaté une augmentation de clients depuis le début de la crise sanitaire.

Plus de la moitié des 312 médiateurs familiaux au Québec membres de l'AMFQ offrent la médiation à distance, souligne Me Cusson.

«Il n'y a rien qui ne peut se régler en médiation», soutient-elle.

La médiation familiale permet de régler les conséquences d'une séparation sans aller au tribunal. Elle est mise de l'avant depuis un bon moment par le gouvernement québécois, qui rend même obligatoire une séance d'information portant sur la parentalité pour les ex-conjoints ayant un enfant.

Certaines procédures urgentes sont toutefois encore entendues par des juges, notamment en matière familiale, et les tribunaux du Québec ont commencé à déployer les procès en ligne, parmi d'autres mesures mises en place par le ministère de la Justice pour faciliter la vie des citoyens.


« Il n'y a rien qui ne peut se régler en médiation »
La vice-présidente de l'Association des médiateurs familiaux du Québec, Claudine Cusson

La COVID-19 a trois impacts principaux pour les dossiers en droit de la famille, a expliqué Me Cusson en entrevue.

D'abord, il y a tous les enjeux de garde d'enfants, qui habitent en alternance chez les deux parents. La situation peut se compliquer quand l'un d'entre eux est un travailleur essentiel, comme une infirmière, en contact avec des gens potentiellement infectés. Des questions portent sur des situations qui impliquent qu'un enfant se déplace d'une région à une autre, a-t-elle souligné.

Et puis, la pandémie a mis au chômage bien des gens : cela complique le paiement de pensions alimentaires, qui doivent parfois être révisées, si les circonstances le justifient, explique la médiatrice. Des ententes temporaires peuvent être prises.

Finalement, la COVID-19 a un impact sur les couples qui se séparent et qui doivent partager le patrimoine familial. Si le calcul a été fait en janvier, la valeur du patrimoine peut ne plus être la même, notamment si les actions des investissements ont perdu de la valeur de façon considérable.

«La médiation est utile pour permettre aux gens de passer à travers et de prendre des ententes.» Et puis, la situation actuelle amène les gens à trouver des solutions, ce qu'elle a d'ailleurs généralement constaté.

«Les gens qui ne s'entendaient pas et qui disaient : "on va se voir en cour!"» et bien, maintenant, cela peut prendre du temps, fait valoir la médiatrice.

Même si elle avait initialement des questionnements sur la médiation en ligne, Me Cusson l'a essayée et s'est dite agréablement satisfaite.

«Ça fonctionne très bien», dit-elle, et parfois même mieux.

Certains parents sont moins stressés, car ils ne sont pas ensemble dans la même pièce. Et puis, quand les deux parents se coupent la parole, le son de la visioconférence coupe aussi, a-t-elle lancé.

Elle rappelle que des séances de médiation familiale sont gratuites au Québec : pour un premier dossier de rupture où il y a un enfant à charge, les cinq premières heures sont défrayées par le gouvernement. Des heures supplémentaires peuvent aussi être ajoutées, dans certaines circonstances.

Le site de l'Association des médiateurs familiaux du Québec (AMFQ) permet notamment de trouver un médiateur.