Le CIUSSS de la Capitale-Nationale déploiera mercredi matin une première clinique mobile afin de dépister l’ensemble des élèves et du personnel de l’école primaire Sans-Frontière, dans le secteur Vanier.
Le CIUSSS de la Capitale-Nationale déploiera mercredi matin une première clinique mobile afin de dépister l’ensemble des élèves et du personnel de l’école primaire Sans-Frontière, dans le secteur Vanier.

COVID-19: dépistage massif dans une école de Québec

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
La Capitale-Nationale enregistrait encore mardi 60 nouveaux cas de COVID-19 et déplorait deux nouveaux décès. Une éclosion a par ailleurs été signalée dans une troisième école de Québec, forçant une première opération de dépistage massif qui aura lieu dès mercredi matin.

Au cours des derniers jours, cinq cas de COVID-19 (trois membres du personnel et deux élèves) ont été recensés à l’école primaire Sans-Frontière, dans le secteur Vanier. Selon la porte-parole du Centre de services scolaire de la Capitale, Véronique Gingras, «il y avait trois cas de confirmés le 11 septembre, puis deux cas se sont ajoutés hier [lundi]». 

Deux classes d’élèves et plusieurs membres du personnel – Mme Gingras n’était pas en mesure de préciser le nombre exact, mardi - sont actuellement en isolement préventif.

Cet isolement a évidemment un impact «que nous tentons de régler rapidement en ayant recours à nos banques de suppléance pour assurer le remplacement», indique la porte-parole du Centre de services scolaire de la Capitale.

Par mesure préventive, et bien que le risque de transmission soit considéré faible, le CIUSSS de la Capitale-Nationale déploiera mercredi matin une première clinique mobile afin de dépister l’ensemble des élèves et du personnel de l’école.

Cette école est la troisième de Québec à être aux prises avec une éclosion, après Dominique-Savio (huit cas) et la Grande-Hermine (trois cas), dans Limoilou. 

Depuis le début de la rentrée scolaire, une vingtaine d’écoles de la Capitale-Nationale ont été ciblées par des mesures d’isolement après la découverte d’au moins un cas de COVID.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale a toutefois annoncé mardi la levée des mesures d’isolement à l’école primaire du Cap-Soleil, dans Charlesbourg. Une cinquantaine d’élèves pourront donc retourner à l’école dès mercredi matin. 

Quatre autres écoles dont les élèves étaient considérés des contacts à risque faible et suivaient leurs symptômes jusqu’à mardi ne sont par ailleurs plus sous surveillance. Il s’agit de l’école Saint-Malo, dans Saint-Sauveur, Saint-Claude, dans Montchâtel, du Beau-Séjour, dans Saint-Émile, et de l’école secondaire Boudreau, dans Vanier.

Selon une porte-parole du CIUSSS, Annie Ouellet, «ça montre que les mesures de surveillance ou d’isolement et le dépistage préventif ont fonctionné parce qu’il n’y a pas eu de transmission au sein de ces écoles-là».

Du côté des bars, le CIUSSS de la Capitale-Nationale faisait état mardi de deux nouveaux cas de COVID-19 liés à l’éclosion du Pub X, situé sur le chemin Sainte-Foy, près de l’Université Laval. Cela porte à sept le nombre de cas cumulés jusqu’à maintenant dans cet établissement.

La situation est restée stable au bar Kirouac, dans Saint-Sauveur, et à la microbrasserie La Souche, dans Limoilou, qui comptaient toujours mardi 72 et 19 cas cumulés respectivement.

Deux décès à Place Alexandra

Les deux décès signalés au cours des dernières 24 heures sont survenus à la résidence pour aînés (RPA) Place Alexandra, où on comptait toujours mardi un total de 40 résidents et 12 employés infectés.

La RPA Kirouac, dans Saint-Sauveur, enregistrait mardi un nouveau cas chez les résidents, qui sont maintenant 14 à avoir contracté le virus (moins de cinq cas chez les employés).

La résidence Humanitae, qui n’avait des cas que chez ses employés, lundi, comptait mardi quatre contaminations du côté de ses résidents (cinq chez les employés).

La situation est restée stable à la résidence intermédiaire privée Clairière du Boisé (six usagers et moins de cinq employés infectés) et au CHLSD Louis Hébert (un usager et moins de cinq employés contaminés).

Dépistage et résultats

Devant les nombreuses critiques sur les délais dans la transmission des résultats de dépistage, le CIUSSS de la Capitale-Nationale a tenu à rappeler mardi que «les résultats positifs sont généralement donnés par la santé publique dans les heures suivant l’arrivée du résultat des laboratoires, soit en moins de 24 heures».

«Pour ce qui est des résultats négatifs, cela varie en fonction d’une priorisation établie et de l’achalandage. Par exemple, si une personne a des symptômes importants comme la perte de goût et de la fièvre et vit en hébergement, elle sera priorisée par rapport à la personne avec le nez qui coule ou celle qui n’a aucun symptôme mais qui vient de façon préventive se faire tester comme cas contact», explique le CIUSSS.

L’établissement assure par ailleurs qu’il accentuera le recours à la diffusion des résultats négatifs par message texte, «de façon à accélérer le processus».

Le CIUSSS dit avoir observé depuis une semaine une augmentation de plus de 30% du volume régulier dans ses cliniques de dépistage. Il signale qu’«en plus d’augmenter le nombre de ressources pour dépister et enquêter, et d’ajouter des cliniques de dépistage sur le territoire, de nouvelles ententes pour augmenter la capacité des laboratoires permettront d’analyser plus de prélèvements». La capacité d’analyse de la région passera donc bientôt de 1900 tests par jour à plus de 3000, calcule l’établissement.

En plus des 60 nouvelles contaminations et des deux nouveaux décès, le bilan de mardi du CIUSSS faisait état de 25 hospitalisations, soit deux de plus que la veille. Parmi ces personnes hospitalisées, cinq se trouvent aux soins intensifs (+1).

«Le nombre de nouveaux cas encore élevé pour notre région est préoccupant. Si on veut passer un automne et un hiver agréables, il faut changer nos façons de faire dès aujourd’hui: limiter nos regroupements et appliquer les mesures sanitaires de façon plus rigoureuse», a réitéré dans son communiqué quotidien le directeur de santé publique de la Capitale-Nationale par intérim, le Dr Jacques Girard.

EN BREF

Capitale-Nationale

  • + 60 nouveaux cas, pour un total de 2624 depuis le début de la pandémie
  • 1890 personnes rétablies
  • 199 personnes décédées
  • 25 personnes hospitalisées, dont cinq aux soins intensifs
  • 535 cas (confirmés) actifs