Côte-Nord: oui à la réouverture, mais pas tout azimut

BAIE-COMEAU — La direction de la santé publique de la Côte-Nord a bien sûr pris acte du plan du premier ministre François Legault, qui a dévoilé mercredi que son programme de réouverture des régions, dans lequel on lit que la Côte-Nord sera rouverte le 18 mai. On souhaite cependant ne pas avoir à gérer une réouverture totale.

«On a encore quand même une vingtaine de jours pour réfléchir aux enjeux et penser à certaines mesures d’atténuation, mais on ne pense pas nécessairement ouvrir à 100 % sans surveillance», a soutenu le Dr. Stéphane Trépanier, médecin conseil en santé publique au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord en indiquant qu’on «peut s’attendre à ce que certains cas apparaissent». 

La directrice générale adjointe de l’organisation, Dyane Benoît, a toutefois prévenu que malgré la réouverture annoncée par Québec, «il est toujours recommandé d’éviter de se déplacer d’une région à l’autre», à moins que ce soit pour le travail ou des raisons de santé.

Les autorités sanitaires régionales sont doublement prudentes en ce qui concerne les barrages qui contrôlent l’accès à la Minganie et la Basse-Côte-Nord, qui demeureront en place après le 18 mai. Le docteur Trépanier a indiqué que d’après ses conversations avec les élus de ces secteurs, on espère garder un bon niveau de protection pour encore quelques semaines.

«Quand on va lever les barrages sur la Côte-Nord, on peut penser que même avec les meilleures mesures, il risque d’y avoir une certaine transmission. Mais les villages et les communautés de la Minganie et de la Basse-Côte-Nord sont plus isolés, il y a plus de personnes âgées et il y a plus de maladies chroniques», a fait valoir le médecin en rappelant que «depuis le début (de la pandémie), ce sont les populations les plus vulnérables qui sont touchées». 

En ce qui a trait aux statistiques, la Côte-Nord n’a enregistré aucun nouveau cas d’infection à la COVID-19 depuis le 25 avril. En dehors de la MRC de Sept-Rivières, c’est un minimum de trois semaines sans cas. Le total régional s’établit à 113, avec 88 personnes déclarées rétablies. Il ne reste donc que 25 personnes en isolement à domicile à se rétablir de ce coronavirus dans la région.