Aucune mesure n’a encore été prise pour protéger les enfants de la DPJ, dénonce la Fédération des familles d’accueil et des ressources intermédiaires du Québec.
Aucune mesure n’a encore été prise pour protéger les enfants de la DPJ, dénonce la Fédération des familles d’accueil et des ressources intermédiaires du Québec.

Contacts entre les enfants et leur famille biologique: la DPJ critiquée

Aucune mesure n’a encore été prise pour protéger les enfants de la DPJ, dénonce la Fédération des familles d’accueil et des ressources intermédiaires du Québec (FFARIQ). «Quotidiennement, plusieurs messages sont lancés à la population québécoise sur la nécessité de s’isoler socialement. Pourquoi la directive est-elle différente pour les enfants en famille d’accueil?» demande la Fédération.

Selon la FFARIQ, depuis cinq jours, la DPJ maintient les contacts et les visites entre les enfants et leur famille biologique, «ce qui compromet tous nos efforts pour protéger notre maisonnée, les enfants et les gens déclarés vulnérables vivant également dans plusieurs milieux d’accueil à travers le Québec».

La Fédération implore le premier ministre du Québec de «lancer un message clair aux établissements».

«Les enfants, tout comme les familles d’accueil, ont aussi droit à la sécurité et à la santé», rappelle par voie de communiqué la présidente de la FFARIQ, Geneviève Rioux.