Construction résidentielle post-COVID-19: problèmes décelés dans des matériaux

Lia Lévesque
La Presse Canadienne
MONTRÉAL — Depuis la reprise des chantiers de construction résidentielle, le 20 avril, des problèmes assez sérieux ont été constatés dans 128 unités d’habitation qui devaient être livrées d’ici le 31 juillet.

Ce sont les visites express réalisées par Garantie de construction résidentielle, l’organisme qui gère le plan de garantie des maisons neuves, qui ont révélé ces «éléments préoccupants».

GCR a visité 3745 unités d’habitation dans plusieurs régions du Québec, durant les semaines du 20 et du 27 avril, pour vérifier l’état des chantiers et des matériaux qui avaient été soumis aux intempéries pendant un mois, après la fermeture des chantiers, à cause de la pandémie de coronavirus.

Une unité d’habitation peut être une maison unifamiliale, un jumelé, une maison en rangée ou un condominium dans un petit bâtiment.

Panneaux déformés, infiltrations d'eau

Parmi les principaux problèmes qui ont été constatés, on retrouve des panneaux de contre-plaqué, sur lesquels le plancher doit être installé, qui avaient été déformés après avoir été soumis aux intempéries pendant un mois.

Il en était de même pour d’autres matériaux de construction, comme des 2 X 4 et des murs préfabriqués.

GCR a aussi constaté des infiltrations d’eau à l’intérieur de certains bâtiments.

De tels problèmes, s’ils n’avaient pas été décelés à temps, auraient pu entraîner la prolifération de moisissures.

«C’était notre plus grande crainte», a commenté en entrevue, mardi, François-William Simard, vice-président aux communications et relations avec les partenaires à Garantie construction résidentielle.

Il a souligné que ces visites avaient été faites sans préavis. Et il n’y a pas eu d’obstruction de la part des entrepreneurs. «Le but n’était pas de les surprendre. Ce n’était pas fait non plus dans l’optique de reprocher des choses aux entrepreneurs.»

Il a également rappelé que la majorité de ces visites — qui n’étaient pas des inspections proprement dites, puisque celles-ci durent deux heures — n’ont pas révélé de problème.

«On est satisfait parce qu’une forte majorité des entrepreneurs ont fait leur devoir», même s’ils ont dû fermer leur chantier assez rapidement, sur ordre du gouvernement.

Après ces visites express, Garantie de construction résidentielle fera des inspections plus poussées, afin de s’assurer que les correctifs requis ont été apportés, a ajouté M. Simard. Ces secondes visites ont d’ailleurs commencé cette semaine.

«On ne va pas regarder seulement les éléments qui ont fait l’objet de préoccupations, mais l’ensemble de la construction. S’il fallait remplacer des matériaux, on va s’assurer que ça a été fait. S’il faut faire rouvrir les murs, on va le faire», a insisté M. Simard.