Au bar Le Dauphin, personne n’a voulu parler au Soleil, jeudi.
Au bar Le Dauphin, personne n’a voulu parler au Soleil, jeudi.

Capitale-Nationale: 37 nouveaux cas, 180 élèves en isolement et nouvelle éclosion dans une résidence pour aînés

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
La situation s’aggrave dans la région de la Capitale-Nationale, qui enregistrait jeudi 37 nouveaux cas confirmés de COVID-19, la plus forte hausse depuis mai. Environ 180 élèves sont actuellement en isolement après que des cas aient été découverts dans sept écoles. Et alors que le CIUSSS annonçait mercredi la fin des éclosions dans ses milieux d’hébergement pour aînés, voilà que la résidence intermédiaire Clairière du Boisé vient de signaler deux cas de COVID-19 parmi ses usagers.

Pas plus tard que la semaine dernière, la région de Québec ne recensait que deux à quatre nouveaux cas par jour, soulignait mercredi en conférence de presse le directeur de santé publique de la Capitale-Nationale par intérim, le Dr Jacques Girard.

Puis les cas se sont mis à augmenter samedi dernier, une hausse en grande partie attribuable à l’éclosion au bar Kirouac. Depuis lundi, le CIUSSS de la Capitale-Nationale a recensé pas moins de 122 nouvelles contaminations. L’établissement calcule qu’un total de 62 cas de COVID-19 sont liés à l’éclosion du Kirouac (52 contaminations directes et 10 contaminations secondaires). Les autres seraient des cas «isolés» dans la communauté, selon le CIUSSS.

Mercredi, la Direction de santé publique de la Capitale-Nationale a indiqué qu’elle surveillait activement six bars du quartier Saint-Sauveur et des environs parce que des clients du Kirouac atteints de la COVID-19 se seraient présentés dans l’un ou l’autre de ces établissements (ou dans les six dans le cas d’au moins un contrevenant). 

Il s’agit, outre le bar Kirouac, du bar La Gamelle, du Bistro Vanier et du 56 (brasserie urbaine), dans Vanier, ainsi que du bar Le Dauphin et du Pub du Petit Boulevard, dans Saint-Roch. Ces établissements offrent tous des activités de karaoké, à l’exception de la Gamelle et du 56, qui n’en offrent plus depuis la réouverture des bars.

Parmi ces six bars, seuls le Kirouac, la Gamelle et le Bistro Vanier ont fermé temporairement leurs portes. Dans le cas de la Gamelle et du Bistro Vanier, les fermetures, volontaires, ont été faites de façon préventive, aucun cas n’ayant jusqu’à maintenant été signalé dans ces établissements. 

Sur la page Facebook du Pub du Petit Boulevard, on peut lire que «puisque nous sommes situés dans le quartier Saint-Roch, près du quartier Saint-Sauveur, et que nous avons à cœur la santé de nos clients et de notre personnel, la direction de la santé publique recommande d’aller passer le test COVID-19 à titre préventif». «De notre côté, nous continuons de suivre toutes les consignes afin de garder les activités du Pub sécuritaires. À notre connaissance, veuillez noter qu’aucun cas ne provient du Pub du Boulevard», ajoute-t-on. 

Au 56, le propriétaire, Martin Bélanger, a indiqué que toutes ses serveuses avaient été dépistées, et que tous les résultats étaient négatifs. Sa clientèle a aussi été avisée de la situation, en particulier celle des soupers-spectacles du dimanche soir, a précisé M. Bélanger, qui n’a «pas grande inquiétude» quant au risque que la COVID-19 ait pu être transmise dans son établissement, toujours ouvert. 

Au bar Le Dauphin, personne n’a voulu parler au Soleil, jeudi.

La Direction de santé publique de la Capitale-Nationale, assistée par le Service de police de la Ville de Québec, fait actuellement des visites préventives et assure une surveillance accrue des bars du secteur, a indiqué le CIUSSS jeudi. 

Toutes les personnes qui ont fréquenté un bar du quartier Saint-Sauveur ou des environs depuis le 23 août sont fortement invitées à se faire tester, à plus forte raison si elles présentent un ou des symptômes associés à la COVID-19 (fièvre, toux, perte d’odorat, perte de goût, grande fatigue, écoulement nasal, etc.) 

En raison de l’achalandage accru, le CIUSSS a doublé les effectifs affectés au centre de dépistage d’ExpoCité, dont l’heure d’ouverture a été prolongée jusqu’à 18h, et à celui de Fleur de Lys, ouvert tous les jours de 7h à 20h. Mercredi, les deux centres ont reçu ensemble près de 1400 visiteurs. À titre de comparaison, le CIUSSS effectuait dans les dernières semaines autour de 500 prélèvements par jour.

Sept écoles touchées

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale a par ailleurs annoncé jeudi un nouveau cas de COVID-19 en milieu scolaire, cette fois à l’école primaire des Hauts-Clochers, dans le secteur de l’Ancienne-Lorette. Cela porte à sept le nombre d’établissements scolaires de Québec qui doivent composer avec la COVID-19 depuis le début de la rentrée. 

Des cas ont été signalés plus tôt cette semaine à la Polyvalente de Charlesbourg, à l’école secondaire Jean-de-Brébeuf, à l’école secondaire de Neufchâtel de même que dans les écoles primaires Les Prés-Verts, Jules-Émond et du Cap-Soleil. 

Comme aucun de ces milieux n’est actuellement en éclosion, ils demeurent ouverts et «sécuritaires», selon le CIUSSS. 

Au total, quelque 180 élèves ont dû être mis en isolement. Selon la direction de santé publique de la Capitale-Nationale, trois des cas recensés dans les écoles sont liés à l’éclosion du bar Kirouac, des clients infectés ayant transmis le virus dans leurs milieux familiaux respectifs.

Attention aux Initiations

Dans le contexte actuel de la hausse des cas dans la région et de la rentrée des étudiants de l’Université Laval, le Dr Jacques Girard a tenu jeudi à rappeler aux étudiants «l’importance de ne pas s’attrouper lors d’activités sociales». 

«Ces moments sont très propices à la transmission et il serait regrettable que de tels événements [comme les initiations] créent des conséquences auprès d’eux, de leur famille et de leurs amis. Je compte sur eux, et sur leurs parents, pour éviter cela et pour demeurer lucide à l’égard de cette situation qui doit être prise très au sérieux dans un contexte de pandémie», a-t-il déclaré par voie de communiqué.

Éclosion à la Clairière du Boisé

Le Dr Jacques Girard se sera par ailleurs réjoui trop vite de la fin des éclosions dans les milieux d’hébergement pour aînés de la Capitale-Nationale, mercredi. Dans son bilan de jeudi, le CIUSSS faisait état d’une nouvelle éclosion à la Clairière du Boisé, une résidence intermédiaire située dans le secteur Vanier. Jusqu’ici, deux cas ont été signalés chez les usagers. 

La résidence avait déjà été aux prises avec la COVID-19 le printemps dernier. L’éclosion avait alors touché 10 employés et sept usagers, et engendré un décès.

«Avec la hausse des cas dans la communauté, il est malheureusement probable que cela se répercute un jour ou l’autre dans les milieux d’hébergement. Toutes les mesures d’hygiène et salubrité et de prévention et contrôle des infections sont en place. Mais la réalité, c’est que les résidents, travailleurs ou visiteurs peuvent être asymptomatiques et circuler à l’intérieur comme à l’extérieur des milieux d’hébergement et font partie de cette communauté où circule encore le virus», explique une porte-parole du CIUSSS, Annie Ouellet.

Les 37 nouveaux cas enregistrés jeudi portent à 2153 le nombre de personnes infectées dans la Capitale-Nationale depuis le début de la pandémie. De ce nombre, 1776 sont rétablies, 197 sont décédées et six sont hospitalisées, dont aucune aux soins intensifs. Le nombre de cas (confirmés) actifs s’élève donc actuellement à 180 dans la région.