La boxeuse québécoise Kim Clavel
La boxeuse québécoise Kim Clavel

Boxeuse et infirmière, Kim Clavel récompensée pour son combat contre la COVID-19

La Québécoise Kim Clavel, championne des poids légers de la NABF, qui a repris son poste en soins infirmiers lorsque la pandémie mondiale de coronavirus a interrompu sa carrière de boxeuse, est la lauréate du prix Pat Tillman pour son implication en faveur de la communauté.

Le prix, décerné à la mémoire de l’ancien joueur de la NFL et de l’armée américaine, sera présenté au salon ESPY Awards 2020, le 21 juin. Créé en 2014, ce prix honore une personne «ayant un lien fort avec le sport qui a servi les autres d’une façon qui fait écho à l’héritage de Tillman.»

«En choisissant de revenir sur la première ligne des soins de santé en plein coeur d’une pandémie mondiale sans précédent, Kim incarne l’esprit de service, de devoir et d’altruisme que Pat incarnait, a commenté Marie Tillman, la veuve de Tillman qui est présidente du conseil d’administration et cofondatrice de la Fondation Pat Tillman.

«Malgré les dangers de la COVID et la mise en veilleuse de sa carrière naissante de boxeuse, Kim a choisi de concentrer son énergie sur ceux qui en ont le plus besoin. Au nom de Pat, nous sommes honorés de remettre le prix Tillman à Kim pour son implication et son leadership dans le cadre de son travail dans les soins de santé tout au long de cette crise.»

Clavel, âgée de 29 ans, qui a fait ses débuts dans la boxe professionnelle en décembre 2017, a pris un congé d’un an du Centre hospitalier régional de Lanaudière dans sa ville natale de Joliette en août dernier pour se concentrer sur sa carrière après six ans en poste.

Clavel (11-0-0 avec deux K.-O.) a remporté une décision unanime contre la Mexicaine Esmeralda Gaona Sagahon en décembre à Montréal pour mettre la main sur le titre vacant NABF des 108 livres.

Clavel devait affronter l’ancienne championne de la WBC et de l’IFC, Esmeralda Moreno, lors d’un combat sans titre lors de l’événement principal d’un programme à Montréal le 21 mars. C’était censé être le premier combat de Clavel avec son nouveau promoteur, Yvon Michel.

«C’était vraiment un combat important, a confié Clavel, qui a fait venir des partenaires d’entraînement du Mexique pour se préparer. J’ai eu un très, très bon camp d’entraînement. J’y ai dépensé beaucoup d’argent.»

Faire la différence

Mais le combat a été annulé une semaine avant et Clavel a troqué ses gants de boxe pour son uniforme d’infirmière.

«Un combat différent», a reconnu Clavel, qui a commencé à travailler le jour même où elle était censée monter sur le ring.

La boxeuse a précisé que l’annulation du combat l’avait d’abord attristée. Mais elle a vu les choses différemment quelques jours plus tard.

«Je me suis dit: "OK, je suis en bonne santé, j’ai deux bras, deux jambes et je peux faire la différence. Je veux le faire"», a-t-elle confié.

Elle a donc contacté le gouvernement provincial et envoyé son curriculum «partout».

«Ils m’ont rappelé très rapidement, a-t-elle dit. Je suis allée travailler le 21.»

Depuis, Clavel a travaillé comme infirmière dans plusieurs centres d’hébergement et de soins de longue durée à Montréal - faisant souvent des quarts de nuit.

Ça n’a pas toujours été facile.

«Ils ne comprennent pas la situation», a-t-elle dit à propos de certains de ses patients.

D’autres ont enrichi la vie de Clavel.

«Je sais que je peux les aider, mais ils m’aident aussi, a-t-elle noté. Parfois, je leur parle et ils savent tellement de choses et ils aiment partager leurs connaissances avec les autres. C’est incroyable.»

Clavel, classée no 3 par la WBC et IBF et no 7 par la WBA, prévoit reprendre les combats dès que les conditions le permettront. Entre-temps, elle s’entraîne de son mieux, faisant de la course à pied, du «shadow-boxing», du saut à la corde et du yoga.

«Je fais beaucoup de choses, mais ce n’est pas la même chose que d’être au gymnase. Mais c’est OK.

«Je reste en forme. Et quand tout reviendra à la normale, je ne partirai pas de zéro. Je suis en bonne santé en ce moment, je n’ai pas trop pris de poids. Je ne suis pas loin de mon poids de combat.»

À la suite des attentats du 11 septembre, Tillman a quitté les Cardinals de l’Arizona pour s’enrôler dans l’armée. Sa famille et ses amis ont créé la Fondation Pat Tillman après sa mort en avril 2004 alors qu’il était au service du 75e régiment des Rangers en Afghanistan.

La boxeuse québécoise Kim Clavel