Bien que le directeur de la santé publique du CISSS du Bas-Saint-Laurent, le Dr Sylvain Leduc, confirme qu’aucun cas de coronavirus n’a été diagnostiqué dans la région, il est conscient que c’est une question de temps avant qu’il ne s’étende à la région.

Aucun cas de coronavirus confirmé dans l’Est-du-Québec

MATANE — Bien qu’un certain nombre de patients soient sous analyse, aucun cas de coronavirus (COVID-19) n’avait été confirmé, vendredi, dans l’Est-du-Québec. Cependant, les directions de la santé publique des centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, de la Côte-Nord, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine sont conscientes qu’aucune région ne peut prétendre être à l’abri de cette pandémie.

«Il y a des cas qui vont éventuellement être dévoilés partout au Québec, s’attend le directeur de la santé publique du CISSS du Bas-Saint-Laurent, le Dr Sylvain Leduc. […] À partir du moment où, au Bas-Saint-Laurent, il y a des gens qui ont voyagé dans différents pays au cours des deux à trois dernières semaines, il n’est pas impossible que ça puisse survenir.»

Selon le Dr Leduc, certains patients présentant des symptômes s’apparentant à la COVID-19 ont fait l’objet d’investigations. «Je n’ai pas l’autorisation de divulguer le nombre, précise-t-il. Je peux cependant dire que toutes les investigations qui ont été faites sont revenues négatives. En début de semaine, au Québec, il y avait plus de 500 tests qui avaient été effectués et à chaque jour, le nombre de tests s’accentue.»

Comme la moyenne d’âge de la population de l’Est-du-Québec est plus élevée que dans l’ensemble de la province, le CISSS des Îles restreint les visites à un maximum de deux personnes par usager au CHSLD Eudore-LaBrie et dans les résidences privées pour personnes âgées. De plus, les visites sont interdites à l’urgence de l’hôpital et aux soins intensifs, sauf pour des raisons humanitaires.

+

Milieu scolaire et municipalités se conforment

Toutes les commissions scolaires et les cégeps du territoire ainsi que l’Université du Québec à Rimouski se conforment à l’ordonnance de fermer leurs portes jusqu’au 27 mars. Les municipalités prennent également des mesures afin de limiter la propagation du virus. Si les villes de Matane, de Sept-Îles, de Sainte-Anne-des-Monts et de Gaspé interdisent tous les événements qui rassemblent plus de 250 personnes, d’autres annulent systématiquement toutes leurs activités communautaires, culturelles, sportives et de loisirs, peu importe le nombre de personnes. 

C’est le cas de Rivière-du-Loup, de Baie-Comeau, de Rimouski et des Îles-de-la-Madeleine, qui ferment aussi toutes leurs infrastructures culturelles, sportives et communautaires. À Baie-Comeau, même le centre de ski Mont Ti-Basse est fermé. À Sept-Îles, les installations demeurent cependant ouvertes, de même qu’à Sainte-Anne-des-Monts, à l’exception de la piscine et des gymnases. Plusieurs compétitions, spectacles, activités-bénéfices et festivals sont annulés ou reportés. La majorité des églises renoncent à la tenue des messes. Certains organismes ferment même leurs bureaux pour deux semaines, comme Autisme de l’Est-du-Québec. JOHANNE FOURNIER (COLLABORATION SPÉCIALE)