Aide supplémentaire espérée par les restaurants du Québec pour rouvrir avec succès

La Presse Canadienne
La plupart des entreprises de services alimentaires du Québec n’auront pas les liquidités nécessaires pour pouvoir accueillir à nouveau leurs clients.

C’est ce que révèlent les résultats d’une enquête publiée jeudi par le regroupement Restaurants Canada qui signale que les établissements auront besoin de soutien additionnel pour demeurer viables jusqu’à ce qu’ils soient en bonne voie de se rétablir pleinement.

L’enquête conclut qu’environ 7 répondants sur 10 sont très ou extrêmement inquiets que leur entreprise ne dispose pas des liquidités nécessaires pour payer les fournisseurs, les loyers et les autres dépenses au cours des trois prochains mois. Le programme d’Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial (AUCLC) ne leur suffira pas pour rencontrer les obligations en matière de loyer.

L’enquête précise qu’environ 20 % des restaurateurs indépendants traitent avec un locateur qui n’est pas disposé à accorder de l’aide au loyer, soit par l’entremise du programme AUCLC ou autrement.

En avril, environ 14 % des restaurateurs indépendants n’ont pas été en mesure de payer leur loyer et près de 20 % se croient incapables de le faire pour mai.

Restaurant Canada réclame donc de l’aide supplémentaire pour les loyers et pour l’endettement et davantage de soutien pour les coûts de main-d’œuvre.

Restaurants Canada signale qu’avant le début de la pandémie de la COVID-19, le secteur québécois des services alimentaires représentait 4 % du Produit intérieur brut (PIB) du Québec. La crise a jusqu’ici provoqué environ 175 000 pertes d’emploi dans le secteur.

L’enquête a été réalisée entre les 1er et 5 mai.