Les instigatrices de l’activité JHLit, dans le sens des aiguilles d’une montre: Julie Boivin, Alex-Andrée Maurice, Carine Paquette et Audrey Philibert.

Ados à la maison : attraper le virus... de la lecture

Pour les ados, les journées se suivent et commencent à se ressembler? Jouer en ligne, écouter la télé, cuisiner des biscuits et faire une marche, c’est bien, mais ça laisse encore pas mal de temps à combler... Jamais l’occasion n’aura été aussi propice à la lecture. Carine Paquette en est convaincue.

«Il n’y a pas d’école, il n’y a pas grand-chose à faire, pourquoi ne pas se lancer dans la lecture? Pourquoi ne pas sortir de son isolement en voyageant dans sa tête?», lance la technicienne en documentation à la bibliothèque de l’école secondaire J.-H.-Leclerc de Granby.

S’il y a une chose dont elle est certaine, c’est bien celle-ci : «Ce n’est pas vrai que les jeunes n’aiment pas lire. Ils n’ont simplement pas trouvé ce qui leur plaisait. C’est tellement un beau divertissement!»

Il y a toujours moyen, assure-t-elle, de trouver LE livre qui leur donnera la piqûre. Cibler ses intérêts est une bonne façon de lancer la recherche. «Je demande aux jeunes quel genre de films ils aiment. De l’horreur? De la science-fiction? C’est une bonne idée de s’orienter vers le même style de livres. Et s’ils adorent les jeux vidéos, il y a plein de romans et de bandes dessinées en lien avec ce sujet», poursuit-elle.

Passionnée par son métier, Carine Paquette a d’ailleurs mis sur pied, en novembre dernier, le projet JHLit pour donner le goût de la lecture aux centaines de jeunes qui fréquentent l’établissement. «Je suis folle de littérature jeunesse et je cherchais un moyen leur transmettre ma passion», dit-elle.

Après quelques tentatives plus ou moins fructueuses, la jeune femme a compris que pour rejoindre les jeunes, elle devait passer par leur inséparable téléphone intelligent. D’où l’idée de créer un blogue littéraire accessible via un site web, une page Facebook et une chaîne YouTube. Rien de moins!

Pour lancer JHLit, elle s’est entourée de Julie Boivin, Alex-Andrée Maurice et Audrey Philibert, trois profs de français aussi créatives qu’elle. Avant et après les Fêtes, une vingtaine de jeunes avaient embarqué dans cette aventure parascolaire. Critiques écrites, suggestions, citations marquantes, clips amusants, faux bulletins de nouvelles, toutes les idées étaient bonnes pour «contaminer» les jeunes au plaisir de lire.

«Ça s’adressait aux jeunes de la première à la cinquième secondaire, mais aussi aux parents. Parce que la littérature jeunesse peut également intéresser les adultes!» ajoute Carine Paquette.

Mais ça, c’était avant que tous les élèves du Québec rentrent à la maison, que les écoles ferment leurs portes jusqu’à on ne sait quand.

Ouvert à tous

La bonne nouvelle, c’est qu’en période de retraite collective, tout le monde peut aller jeter un coup d’œil au blogue JHLit. Elle-même à la maison, Carine Paquette se fait d’ailleurs un plaisir d’alimenter le contenu régulièrement. Elle partage des liens, fait des suggestions, annonce des animations «live» d’auteurs...

La dame souligne, par exemple, que des maisons d’édition offrent actuellement des romans à télécharger gratuitement. C’est notamment le cas des Éditions Les Malins qui offrent les premiers tomes de neuf séries sans frais en version e-pub.

«Sur le site Internet, comme sur Facebook ou YouTube, les gens peuvent commenter les publications. On les invite à le faire. Par exemple, s’ils ont lu le livre affiché, ils peuvent donner leur opinion personnelle ou donner des suggestions similaires...», indique Mme Paquette, en rappelant que lire une recette, consulter les nouvelles sur son cellulaire ou dans le journal, et lire des «mèmes», c’est aussi de la lecture.

Reste qu’un livre «permet de ressentir une quantité impressionnante d’émotions, mais aussi de voyager à travers différents paysages et de découvrir des personnages qui nous font vibrer», peut-on lire dans la description du projet JHLit.

Parce qu’après tout, quand on lit, on ne s’ennuie jamais!

Pour en savoir plus, on consulte le site web projets.csvdc.qc.ca/jhlit ou la page JHLit sur Facebook.

Des suggestions de Carine Paquette par genre littéraire

Réaliste

La série Fanny Cloutier, de Stéphanie Lapointe, et illustrée par Marianne Ferrer

Jeanne Moreau a le sourire à l’envers, de Simon Boulerice

Fantastique

La trilogie À la croisée des mondes, de Philip Pullman

La série Nevermoor, de Jessica Townsend

Science-fiction

Des fleurs pour Algernon, de Daniel Keyes

Le meilleur des mondes, de Aldous Huxley

Horreur

La série Anna Caritas, de Patrick Isabelle

Démoniaque, de Camille Bouchard

Historique

Un sac de billes, de Joseph Joffo

L’orangeraie, de Larry Tremblay

Bandes dessinées et mangas

La grosse laide, de Marie-Noëlle Hébert

My hero academia, de Kohei Horikoshi