COVID-19: un cas à l’École secondaire Les Etchemins, un autre à l’Université Laval

Un nouveau cas de COVID-19 a été signalé lundi après-midi dans la région de Chaudière-Appalaches, portant à quatre le nombre de cas confirmés dans cette région. Un des cas a été rapporté à l’École secondaire Les Etchemins (L’Esle). Dans la Capitale-Nationale, un cas a été recensé à l’Université Laval.

Dans une missive envoyée lundi aux élèves et aux membres du personnel de l’Esle, le directeur de santé publique de Chaudière-Appalaches, Philippe Lessard, annonce qu’une «personne fréquentant votre milieu scolaire» a reçu un diagnostic de COVID-19. 

Afin d’empêcher la propagation de la maladie, le directeur de santé publique demande aux élèves et aux membres du personnel de l’école de rester à la maison jusqu’au 26 mars inclusivement. 

«N’allez pas à l’école, au travail, au CPE ou à la garderie, ni dans aucun endroit public. N’empruntez pas les transports publics. Reportez tout rendez-vous médical non urgent. N’accueillez pas de visiteurs à la maison», demande Philippe Lessard. 

Les personnes visées doivent également surveiller leurs symptômes (toux, fièvre, difficultés respiratoires) jusqu’au 26 mars inclusivement. «Prenez votre température à l’aide d’un thermomètre buccal une fois par jour, idéalement à la même heure», recommande le directeur de santé publique. 

Les personnes présentant l’un ou l’autre des symptômes doivent appeler au 1 877 644 4545 pour prendre rendez-vous pour un test de dépistage. 

Aucun détail n’a été diffusé aux médias par le CISSS de Chaudière-Appalaches concernant les deux cas signalés dimanche et celui rapporté lundi par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

«Les trois nouveaux cas sont en investigation par la santé publique qui rejoint les personnes concernées. Je n’ai pas d’information additionnelle sur leur provenance et leur état», indique par courriel la porte-parole du CISSS de Chaudière-Appalaches, Mireille Gaudreau. 

La semaine dernière, le CISSS de Chaudière-Appalaches avait annoncé un premier cas de COVID-19 dans la région. Il s’agit d’une femme de Lévis qui aurait contracté la maladie à la suite d’un voyage en croisière dans les Caraïbes. 

Dans la région de la Capitale-Nationale, aucun nouveau cas confirmé n’a été rapporté par les autorités lundi. Selon les informations diffusées jusqu’ici par le CIUSSS, deux résidents de la région de Québec ayant voyagé en Europe ont contracté la maladie. Deux autres personnes, des touristes, ont aussi reçu un diagnostic positif à la COVID-19, a précisé dimanche le directeur de santé publique de la Capitale-Nationale, le Dr François Desbiens.

Faculté de droit

En soirée, lundi, Le Soleil a appris qu’un cas de COVID-19 avait été recensé parmi les élèves inscrits à la Faculté de droit de l’Université Laval. Selon le message envoyé par la direction de santé publique du CIUSSS de la Capitale-Nationale à certains étudiants, il s’agirait d’une personne qui a suivi le cours Contrat de vente, de louage et d’entreprise de service. 

«Une personne qui était présente au cours DRT 2251 du mercredi 11 mars 2020 est actuellement atteinte par la COVID-19. Étant donné que votre nom figure sur la liste des personnes inscrites à ce cours, vous pourriez avoir été exposé à la personne atteinte de la COVID-19. (...) Le risque de contracter la maladie dans une salle de classe est jugé faible, mais nous préférons vous en aviser afin que vous puissiez surveiller vos symptômes. La période de surveillance se terminera le 25 mars. Il n’est pas nécessaire d’être en isolement à domicile pendant votre période de surveillance, mais des mesures de prévention de base telles qu’éviter les foules et le lavage de mains fréquent devraient s’appliquer», dit la missive. 

Là aussi, la direction de santé publique invite les gens à appeler la ligne COVID-19 (1 877 644-4545) s’ils présentent des symptômes.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale ne confirme pas et n’infirme pas ces informations. Il précise que les enquêtes épidémiologiques sont «confidentielles». L’Université Laval n’a pas non plus voulu confirmer ce cas. 

Lundi, la clinique désignée COVID-19 de Québec a reçu 111 personnes. Six infirmières étaient à pied d’oeuvre pour effectuer les prélèvements, a indiqué le CIUSSS de la Capitale-Nationale en fin de journée. Les résultats des tests sont disponibles au bout de 24 à 36 heures.

Depuis l’ouverture de la clinique de dépistage adjacente à l’Institut universitaire de santé mentale de Québec, mercredi, 510 personnes ont été testées, et 99 résultats se sont avérés négatifs.

Une seconde clinique de dépistage ouvrira prochainement à Québec. Pour accélérer le processus, les prélèvements s’effectueront «à la voiture», a annoncé le CIUSSS dimanche. Aucun détail sur le lieu et la date d’ouverture de cette clinique n’a été transmis par l’établissement lundi.

+

PLUS DE PERSONNES POURRAIENT ÊTRE DÉPISTÉES

Toute personne qui présente des symptômes de rhume ou de grippe pourrait bientôt être dépistée pour le coronavirus, dit le ministère de la Santé.

Actuellement au Québec, seuls les personnes qui arrivent de voyage et qui présentent des symptômes, les contacts étroits des voyageurs qui présentent des symptômes, les contacts des cas confirmés de coronavirus de même que les patients hospitalisés qui présentent des symptômes qui ressemblent à la COVID-19 sont dépistés. 

«Selon l’évolution de la situation, la consigne pourrait être élargie pour inclure le dépistage de toute personne qui présente des symptômes. Toutefois, à ce stade, les efforts sont concentrés sur les voyageurs et leurs contacts», indique par courriel le ministère de la Santé.  

Le ministère demande la collaboration de la population «car l’attente aux lignes téléphoniques dédiées est longue». «Nous travaillons à augmenter la capacité de ces lignes et à augmenter le personnel qui y répond. Les effectifs seront doublés. En parallèle, de nombreuses autres cliniques désignées ont été ouvertes, avec d’autres à venir cette semaine, pour répondre à la demande», mentionne le ministère, qui précise aussi que «toute autre option pour le dépistage sera évaluée et nous ajusterons au besoin».