Dans les derniers jours, les supermarchés ont été pris d'assaut par des clients paniqués par le coronavirus.
Dans les derniers jours, les supermarchés ont été pris d'assaut par des clients paniqués par le coronavirus.

COVID-19: tablettes vides et files d'attente dans les supermarchés de Québec

Des images dignes d’un film de Hollywood. Les tablettes complètement vides, des files d’attente interminables, des clients dans l’incompréhension la plus totale. Les dernières 24 heures n’ont pas été de tout repos pour les épiceries. La crainte de la COVID-19 est bel et bien présente.

Papier de toilette, savon pour les mains, lingettes désinfectantes et même gants de protection, la plupart des épiceries et pharmacies ont vu leurs réserves fondre comme la neige au soleil depuis que le premier ministre François Legault a annoncé jeudi les nouvelles mesures pour contrer la pandémie.

«On a vendu l’équivalent d’une semaine en une journée de papier de toilette», a déclaré au Soleil Sébastien Plante, gérant de succursales Brunet sur la rue Cartier et en Beauce. 

«Je n’ai jamais vu ça de ma vie, personnellement. Du désinfectant pour les mains, on n’a en plus du tout. C’est dur de s’approvisionner. On nous demande encore des masques, mais ça doit faire au-delà d’un mois que nous n’en avons plus», a-t-il ajouté.

Le calme dans la panique

Malgré cette inquiétude au sein de la population, M. Plante n’a pas observé de comportements de clients affolés par les ruptures de stock pour certains produits. 

Même son de cloche dans les succursales Walmart, qui doivent composer avec un achalandage en continu depuis jeudi.

«Ça n’arrête pas un instant. Les gens rentrent et sortent sans arrêt avec des gros paniers remplis», a déclaré David Desbiens, représentant à la clientèle chez Walmart à Laurier.

«On sent la panique chez les gens, mais je vous dirais que personne ne se pile dessus pour acheter les produits. Les gens sont respectueux, même s’ils cherchent beaucoup de trucs.»

Se préparer au pire

À la sortie des épiceries et pharmacies, Le Soleil s’est entretenu avec quelques clients qui préfèrent se préparer au pire.

«Je crois que ça va se régler, mais on sait jamais. On n’a pas vécu souvent des pandémies alors on préfère acheter le plus de choses possible», a déclaré Gilles Côté. 

Pour d’autres personnes comme Isabelle Boulianne, la possibilité d’une quarantaine «dans l’ensemble du pays» est plus que probable et les gens se doivent de réagir en conséquence.

«Le gouvernement peut bien nous dire que demain ou après-demain, on ne peut plus sortir de chez nous. Moi, j’ai deux enfants, et je préfère acheter le maximum de nourriture si jamais on doit rester à la maison», raconte la mère de famille en sortant d’un Metro avec une multitude de sacs bien remplis.

«C’est inquiétant! J’aurais le goût d’aller retrouver ma famille, mais je pense que la meilleure solution, c’est de rester chez soi. J’ai pris le nécessaire pour au moins deux semaines», affirme Mathieu Giroux, un étudiant de l’Université Laval.

Mais pour des gens comme Michael Larouche, cette panique ne doit pas faire ressortir le pire de l’individu.

«Chacun pense à soi, et prend plus que nécessaire dans un élan  de panique», affirme-t-il, tout en ajoutant qu’il craint que cette «surconsommation» de certains articles puisse être problématique pour des personnes en difficulté qui n’auront pas eu le temps de se les procurer.

Vendredi, en conférence de presse, le premier ministre Legault a voulu rassurer la population qu’il n’y aura pas de pénurie alimentaire, et ce, malgré le fort achalandage.

Le Soleil a communiqué avec plusieurs grands détaillants comme Costco, Metro et IGA pour savoir si des mesures seront prises dans les prochains jours pour répondre à la forte demande des clients. Aucune entreprise n’a voulu donner de détail précis, mais des annonces devraient avoir lieu sous peu.

+

«Aucune pénurie» en vue, rassure le premier ministre

«Vous pouvez être inquiet d’attraper le coronavirus, mais ne soyez pas inquiet de manquer de nourriture!»

Après avoir vu dans les médias et les réseaux sociaux les tablettes des épiceries se vider et les files d’attente à la caisse s’allonger, à la suite de ses premières annonces de jeudi, le premier ministre du Québec a tenu à dire qu’«on ne prévoit aucune pénurie de nourriture».

«C’est important que les gens ne s’inquiètent pas. Les épiceries vont continuer d’être approvisionnées, les camionneurs vont continuer de livrer la marchandise», a insisté François Legault, lors de sa mise au point quotidienne de vendredi sur la progression du coronavirus.

M. Legault a précisé que les règles d’isolement de 14 jours, en cas de retour de voyage de l’étranger, ne s’appliquent pas au personnel de transport, que ce soit par camion, bateau ou avion.

«Moi aussi, j’ai vu les photos des gens qui attendent en ligne pour avoir de la nourriture ou du papier de toilette. En ce moment, on ne prévoit pas de pénurie. Alors, ce n’est pas nécessaire et je crois qu’il faut vraiment se concentrer sur le coronavirus.»

S’il a rappelé que le Québec ne connaissait toujours pas de cas de contagion locale vendredi midi, le directeur de la Santé publique continue de dire que toute prévision dans le domaine s’avérerait trop hasardeuse. «J’aimerais ça vous dire qu’à la Saint-Jean, il n’y aura plus rien au Québec comme coronavirus, mais on n’est pas en mesure de dire ça», admet Horacio Arruda.

M. Legault a conclu sa déclaration d’ouverture de vendredi ainsi : «Je réalise que je vous en demande beaucoup, mais on fait ça pour éviter que le pire arrive. Donc, on ne lâche pas, on se serre les coudes et je suis convaincu qu’on va passer au travers.» Olivier Bossé

+

De nouvelles mesures à la SAQ

Devant l’inquiétude envers la COVID-19, la Société des alcools du Québec (SAQ) a pris des mesures pour diminuer les risques pour la santé de ses employés et de sa clientèle.

Les dégustations sont suspendues jusqu’à la fin de la pandémie. La SAQ a également annoncé de nouvelles mesures d’hygiène additionnelles comme l’augmentation du nettoyage des succursales, la distribution de produits antiviraux et rappel régulier de ces nouvelles mesures aux employés.

Pour le moment, la SAQ ne prévoit aucun problème d’approvisionnement dans ses magasins. Et ce alors, que Santé Canada a rappelé que l’exportation de produits provenant de pays touchés par le Coronavirus ne risque pas de contribuer à la propagation du virus.

Tous les événements SAQ Inspire et SAQ Signature ont également été annulés.

Le Grand Marché de Québec reste ouvert au public

Malgré la situation actuelle avec la COVID-19, le Grand Marché de Québec a annoncé vendredi qu’il maintient ses opérations. Mais de nouvelles mesures d’hygiène ont été mises en place.

Le nettoyage des surfaces sera accru, les paniers seront régulièrement désinfectés, et des distributeurs d’antiseptique ont été installés aux entrées principales.
Par contre, en raison des directives gouvernementales, le Grand Marché a annulé les événements à grand déploiement.